Jamais – Duhamel

Madeleine n’est pas du genre à se laisser impressionner par un élu. Alors lorsque le maire lui ordonne de quitter sa maison au bord de la falaise pour une maison de retraite. Elle refuse d’obtempérer. La nature choisira son avenir.


4ème de couverture
Troumesnil, Côte d’Albâtre, Normandie. La falaise, grignotée par la mer et le vent, recule inexorablement de plus d’un mètre chaque année, emportant avec elle les habitations côtières. Le maire du village parvient pourtant, tant bien que mal, à en protéger les habitants les plus menacés. Tous sauf une, qui résiste encore et toujours à l’autorité municipale. Madeleine, 95 ans, refuse de voir le danger. Et pour cause. Madeleine est aveugle de naissance.
 


Ce que j’en ai pensé ? 
J’ai tout de suite été séduite par la couverture de cet album de la collection Grand Angle. On y voit une plage lointaine avec une grand-mère vue de dos regardant au loin avec son chat. Les deux tiers de la page sont consacrés au ciel bleu et ces nuages blancs. Et dans ce ciel le titre écrit en lettres capitales : Jamais. Je voulais savoir qu’elle pouvait être le rapport entre ce titre et l’histoire de cette mamie avec sa canne blanche.

Madeleine est une mamie qui n’a plus que dans sa vie cette maison et à 90 ans, elle estime avoir fait son temps. Alors elle se donne le droit de mourir comme elle le souhaite sans se faire ennuyer par le maire. Tous ces bons souvenirs sont dans ces murs. Surtout depuis que son mari, Jules, est mort. Les souvenirs et son chat, c’est tout ce qui lui reste. Alors la nature peut ronger petit à petit la falaise. Elle accepte qu’elle la ronge elle aussi. Une histoire qui est un prétexte pour parler de l’érosion naturelle de la mer sur la côte normande. L’auteur connaît le sujet puisqu’il est originaire de là-bas. D’ailleurs, il mettre quelques photos à la fin de l’album de falaise et de mer. Et aussi de parler de l’isolement des personnes âgées qui doivent souvent quand il y a une perte d’autonomie penser à aller à la maison de retraite. Des endroits que l’on nomme encore mouroir où la vie s’essouffle.

Toutefois, ne croyez pas que l’album est alors plein de tristesse. Ce petit bout de femme a du caractère à revendre. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et j’avoue cela m’a fait rire. Entre le fait qu’elle n’a pas sa langue dans sa poche et puis le fait qu’elle nourrit son chat qui est énorme, on ne peut que l’aimer cette mamie. En plus, le dessin tout en rondeur et les couleurs pastel nous plonge dans quelque chose d’agréable.

Une histoire magnifiquement construite pour nous confronter au temps qui change la nature comme la falaise mais aussi les êtres humains.

L’avis de Mo : « De l’éclat de rire à la larme à l’œil, « Jamais » est un album que je vous recommande chaudement ! »

2 réflexions sur “Jamais – Duhamel

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel du mois de mars | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s