Wonder Woman – Warbringer – Leigh Bardugo

Avoir le titre d’amazone sans jamais avoir combattu, cela n’aide pas à se faire accepter. Par chance Diana a elle aussi un destin incroyable. Elle va devoir faire face à l’horreur et cela va changer sa vision du monde. Allons découvrir comment elle est devenue Wonder Woman.


4ème de couverture
Quand un bateau explose au large de l’île de Themiscyra, où vivent les Amazones, la princesse Diana enfreint les lois de sa communauté et recueille Alia, une jeune fille de 17 ans comme elle. Mais cette dernière est une Warbringer, une semeuse de discorde sur laquelle pèse une malédiction. Le destin de Diana se trouve lié à celui d’Alia. Un retour aux origines de Wonder Woman.


Ce que j’en ai pensé ?
J’avoue que j’avais quelques aprioris de lecture à l’idée de me plonger dans un roman dont l’histoire est tirée d’un comics. En plus, je ne suis pas été allée Wonder Woman au cinéma car je n’ai lu que des critiques négatives. Mais parfois, il faut essayer et voir. Je n’ai pas été déçue de ma lecture. D’ailleurs, j’avais l’image de l’actrice, Gal Gadot, pendant la lecture. Je pense que je regarderais le premier film et j’irais voir la suite qui devrait sortir d’ici un an ou deux.

Diana dans le roman à 16 ans donc c’est assez loin de l’âge de l’héroïne sur les grands écrans. C’est bien d’avoir des romans à destination des adolescentes avec des personnages féminins forts qui ont des doutes et des faiblesses et qui sont présents dans l’univers des comics comme des références tel Thor ou Hulk. La demoiselle est très belle et intelligente donc elle n’est pas représentative d’une moyenne de population. Elle reste quand même dans l’image de la femme qui doit être belle et qui est apprécié des autres aussi et grâce à son apparence. C’est une icône donc elle doit être séduisante et majeure.

Outre cela, les 400 pages de ce petit pavé se dévore assez bien. L’écriture y est prenante et efficace. Si tu ne connais pas Diana ni les amazones, ce n’est pas un souci. L’auteure va tout de dire et t’emmener sur la quête d’identité d’une adolescente qui cherche son identité. Grâce à son courage et à son amour pour l’Homme, elle va affronter le mal et devenir ce qu’elle a toujours voulu être. L’amitié qu’elle va nouer avec des humains, (Alia, Théo et Nim) pourrait nous faire penser à celle de Superman avec Loïs Lane. Et tout comme lui, elle a une tenue un peu particulière, mais sans slip sur le pantalon. Elle possède un lasso de la vérité et des bracelets pare-balle, sans omettre bien entendu, sa force herculéenne. Toutefois, comme les humains, Diane Prince doit faire face à ces préjugés, non du à sa couleur de peau, son orientation sexuelle ou son physique mais à son origine sur Themiscyra.

D’ailleurs, elle retournera sur sa terre natale mais elle sait (et nous aussi par conséquent) qu’elle reviendra sur terre pour de nouveaux aider ces Hommes qui aiment tant la guerre et la violence. Cela fera peut-être office d’un tome 2, en tout cas l’auteure laisse la porte ouverte à la fin du roman.

Ce que j’ai apprécié également se sont les rappels historiques avec Hélène de Troie, Jason, Athéna… et avec la rencontre de la pythie qui connait l’avenir. On se rend compte que les croyances d’un autre temps ne sont pas si lointaines finalement. C’est pratique aussi pour mélanger les genres et les époques. J’ai trouvé cela très bien amené dans le récit même si parfois les rebondissements sont un peu trop nombreux. Cependant, l’auteure prend quand le temps de nous plonger dans le quotidien des amazones et des humains. J’ai refermé le livre ravie et s’il y a une suite prévue, cela sera avec plaisir que je me plongerais dedans. Pour l’instant, se sont d’autres récits initiatiques des super-héros comme Batman ou Superman, qui restent à l’ordre du jour.

Un livre young adult assez séduisant, qui a su surprendre la lectrice que je suis. Un avant Wonder Woman qui m’a donné envie de redécouvrir la super-héroïne. Affaire à suivre.

« Vivre dans la crainte, ce n’est pas vivre. C’est bien joli de se demander ce qu’on aurait pu accomplir en d’autres circonstances, mais il arrive un moment où il faut se lancer, et essayer. »

« Sœur d’armes, je suis ta lame et ton bouclier. Tant que je respire, tes ennemis n’auront point de répit. Tant que je vis, ta cause est mienne. »

A lire en comics, Miss Marvel

Une réflexion sur “Wonder Woman – Warbringer – Leigh Bardugo

  1. Pingback: Bilan culturelle novembre 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s