Antigone – Régis Penet

Il y a des femmes qui ont marqué la littérature. Antigone fait partie de ces personnages qui pour l’honneur de leur frère décédé, font le choix de mourir. Allons à la rencontre de la tragédie grec vue à travers la plume de Régis Penet.


4ème de couverture
Antigone, fille d’Œdipe, s’apprête à braver l’interdit du roi de Thèbes en accomplissant les rites funéraires destinés à son frère, le paria Polynice. Pour ce geste, elle risque la mort. Mais c’est le prix à payer pour ce qu’elle estime être son devoir : envers l’amour qu’elle porte à son frère, envers les dieux. Son propre oncle, le roi Créon, ira-t-il jusqu’à la condamner en dépit des lois divines, non écrites et éternelles ? Antigone, son fiancé Hémon et le devin Tirésias parviendront-ils à le faire changer d’avis ?

Régis Penet adapte Antigone de Sophocle restituant, dans un époustouflant travail graphique en peinture sur bois, toute la force dramatique et la puissance philosophique de ce récit fondateur. En fin d’ouvrage, un appareil critique rédigé par un spécialiste de Sophocle recontextualise l’importance et la contemporanéité de la pièce originale.


Ce que j’en ai pensé ?
J’ai choisi cette bd, non pour son titre mais pour sa couverture que j’ai trouvé magnifique. Puis ensuite pour la référence à l’histoire d’Antigone. Un personnage tragique sorti de l’imagination de Sophocle qui depuis n’a jamais cessé de hanter les programmes scolaires et les théâtres du monde entier. La pauvre jeune fille n’a pas eu de la chance dans la vie. Elle a dû avoir Œdipe comme père et ces deux frères se sont affrontés pour avoir le pouvoir de la ville.

Puis, paf ces deux frères meurent dans le combat. L’un est honoré et l’autre bafoué. Son corps doit reposer hors de la ville et sans sépulture. Antigone ne peut accepter cela et rendra hommage à son frère qu’importe le prix. Un sacrifice qui n’est pas négligeable car il va lui en coûter la vie. Ce n’est pas une tragédie pour rien non plus. Le dessinateur nous épargnera toutes les scènes de violence.

Ce qui est le point fort de cette bd est son graphisme incroyable. Un véritable ravissement pour les yeux. Cela au point que je me suis attardée sur des pages juste pour admirer le dessin et le rendu incroyable des visages ou des robes à certains moments. Les décors majestueux inspirent la grandeur et la force d’un pays. Régis Penet varie les plans avec des grandes cases, des pleines pages, des espaces segmentés verticalement, des portraits, des gros plans… L’adaptation d’une pièce de théâtre en bd n’est pas non plus chose aisé. On pourrait se demande si au final le dessin passe au-dessus de l’histoire. Qu’importe la réponse car c’est un plaisir à lire et à regarder. J’ai même envie de me plonger dans ce texte et pourquoi pas retourner le voir au théâtre.

Un voyage vers la tragédie nous est proposé à travers la figure mythique d’Antigone. Une bd qui pousse à la curiosité d’en découvrir plus sur ce mythe devenu une légende.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s