Atelier d’écriture n°281

La charmante Leiloona revient pour un nouvel atelier d’écriture avec une photo pleine de mystère de Jordane Saget. Qu’est-ce que cela a bien pu m’inspirer? 

Il y a des jours où l’on ne peut plus supporter les remarques, les gestes déplacés, les agressions physiques… Dès fois, on est spectateur des violences sur les autres dans le cadre du travail. On devrait dire NON, hurler, le dénoncer, montrer le fautif du doigt mais la réalité est tout autre. C’est bien difficile de trouver un travail et de le garder. Et dans une époque où l’on vente la flexibilité, on sait que l’on a plus beaucoup de valeur dans une entreprise. Il faut apprendre à fermer sa gueule pour espérer payer son loyer à la fin du mois. Combien de fois j’aurais aimé que quelqu’un vienne m’aider quand mon chef s’est approché de moi pour déposer sa main sur mon épaule et parfois la descendre sous la jupe. Je n’ai rien fait pour les autres quand j’ai vu cela se faire. Pourquoi quelqu’un aurait fait pour moi?

Quand j’ai vu le regard de la stagiaire dans le local à photocopie en pleur, terrifié, je savais ce qu’il avait fait. Ce jour-là, j’ai décidé qu’il fallait que cela s’arrête définitivement. Il fallait réfléchir comment sans que cela puisse m’être préjudiciable. Il m’a fallu du temps pour trouver une idée et mettre tout en place. Du jour au lendemain, je me suis habillée plus jolie, séduisante, appétissante, cela le rendait fou. Je faisais semblant d’être ravie des regards de pervers et de ces abus dans son bureau. Quand l’homme en voulait plus, je lui ai proposé de se retrouver dans un hôtel dans Paris. J’avais un fantasme dans un hôtel chic sous une passerelle de Paris.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour trouver l’endroit et convenir d’une soirée. J’étais tellement excité à l’idée de le retrouver dans la chambre. Je m’étais habillée de telle façon qu’un seul regard suffisait à le faire bander. Dans la chambre, j’ai joué à l’allumeuse timide. Juste assez pour qu’il puisse enlever ces vêtements. Puis je lui ai attaché la main droite, la main gauche, le pied droit, le pied gauche au lit et cela doucement pour qu’il puisse prendre son temps pour regarder la marchandise, celle qu’il avait bafoué. Je lui ai dit qu’il avait été très vilain alors je l’ai bâillonné. Il était excité le petit père. Et son pénis est devenu tout mou quand j’ai sorti de mon sac un couteau. Je m’étais entrainée à traiter de la chair, c’est mon boucher qui a été content. Et pendant des heures, j’ai appris à faire des nœuds. Il ne pourra pas bouger. Il ne pourra être entendu. D’un coup de lame, hop, plus de pénis. C’est incroyable comme cette chaire est fragile. Pas de forcer pour l’enlever. Par contre, la douleur est tellement vive qu’il est tombé dans les pommes. Il a l’air tellement moins courageux maintenant. Son regard ne brille plus de fierté. Le souci c’est que le sang coule beaucoup. Alors, un peu de bougie pour coaguler le tout. Je ne suis pas une sauvage. Et puis, je n’ai pas fini de jouer non plus. Il faut qu’il se réveille. J’ai encore pleins de ressource pour m’amuser et prendre plaisir de ma vengeance.

Ce n’est que quelques heures plus tard, que j’ai pu partir soulagée et heureuse. Plus jamais il n’agressera une femme de sa vie et plus jamais, je ne laisserais quelqu’un m’agresser.

18 réflexions sur “Atelier d’écriture n°281

  1. Ah oui… Tu n’y vas pas avec le dos de la cuiller dis moi…
    Bien noir et bien sanglant.. En un seul mot..
    Je ne m’attendais pas à ça. Mais c’est bien mené et bien écrit…

  2. GOsh ! Tu n’y es pas allée avec le dos de la cuillère là ! j’ai lu ton texte avec en fond sonore l’interview de l’actrice italienne violée à 21 ans par l’autre porc américain il y a plus de 20 ans… dans ton texte tu dis qu’il « faut fermer sa gueule pour espérer payer son loyer à la fin du mois », elle, elle avait peur de ne pas avoir l’oscar… je ne sais pas vraiment quoi penser. Le sujet est d’actualité, les débats sont intenses, la colère des victimes à vif dans leurs révélations… mais à côté de tout cela, j’ai peur que le combat que nous menons dans l’égalité des sexes se transforme là en guerre et les hommes vont avoir peur des femmes… Est ce vraiment ce que nous voulons ? ça me semble difficile d’arriver à de l’apaisement là mais il est peut être trop tôt pour attendre des discussions sereines… une chose est certaine, les femmes sauront plus affirmer le respect dorénavant… mais l’ambiance dans laquelle nous évoluons m’effraie… ça éclate de partout sur tous les sujets… serait ce un mal pour un bien plus tard… verra t on le bien ? mais bon là je m’égare… à très vite miss, trop hâte d’être au 4/11 !

    • Il y a des hommes qui commencent à avoir des femmes et pour d’autres cela ne change rien. J’entends souvent que les femmes se plaignent toujours, qu’elles sont susceptibles, jalouses, que ce n’est pas pratique de travailler avec des femmes… Alors la discrimination aura encore de beaux jours.
      On parle des souffrances et des abus des femmes, mais est-ce que cela fait évoluer les esprits?
      Je te dis à la semaine prochaine alors 🙂

      • Si je me réfère à ma petite expérience professionnelle, j’ai envie de confirmer ce qui se dit sur le fait de travailler avec les femmes… Un vrai calvaire… ai été rodée pendant 10 ans… Depuis 6 ans je navigue dans un univers d’hommes, pour la plupart machos certes mais qu’est ce qu’on peut s’amuser en joutes verbales et réparties ! (Les règles US sont appliquées au niveau ethique dans ma boîte internationale pour info). Pour le peu de nanas présentes, jalousie & méchanceté les attirent plus… T’imagine bien vers quel groupe je suis plus souvent ! On a tous une part masculine et féminine en soi, mon côté masculin doit dominer donc au taf mais rassure toi, je sais retrouvé ma part féminine avec ma gente masculine ; -) à samedi prochain en Live yeaaap ! 😉

      • Je ne sais pas s’il y a un univers de travail agréable.
        Je travaille presque tous les jours toute seule, c’est peut-être cela le cadre idéal au final. 🙂

  3. Ton texte est très bien construit et aborde parfaitement les sombres sujets que sont l’abus sexuel et la vengeance…La violence de ta narratrice est à la hauteur des actes horribles de ces hommes qui usent de leur force et de leur grade pour assouvir leurs pulsions sexuelles. Je peux comprendre le sentiment de contentement qu’apporte la vengeance, mais n’est-il pas éphémère ? Ta narratrice ne se trompe-t-elle pas de combat ? Se reconstruire ne reste-t-il pas le plus important ? Une chose est certaine : Ce bonhomme-là ne fera plus grand mal aux femmes qui le croiseront ! 🙂 En tout cas, ton texte force à la réflexion ! Bravo !

    • Merci beaucoup pour ton message.
      Sous le coup de l’émotion, c’est bien difficile de savoir ce qui est juste ou pas. Tout n’est-il pas une question de point de vue?
      On pourrait largement en discuter 🙂

  4. Il est terrible ce texte. Il renvoie à une réflexion que je me suis faite c we…. Ce déferlement sur les réseaux ne va-t-il pas mener )à une nouvelle forme de violence, et de fracture entre les 2 sexes. Il est temps de dire stop… mais à quel prix cela va se faire, si on glisse sur cette pente vengeresse ?

    • je ne pense que nous arriverons à cet extrême. Les mecs vont continuer à faire des réflexions et des gestes déplacées et se plaindre que les femmes disent non. On en parle en ce moment puis cela tombera dans la boîte à oubli.
      Plus de 90% des femmes continueront à perdre leur emploi pour avoir dénoncé un pervers. Et les hommes resteront tranquille avec le droit du service trois pièces.

      • Malheureusement je pense que n’as pas tort… mais comme tous les buzz dans les médias, les dérives vont bon train, et s’essoufflent, pour laisse stagner la situation comme avant… aucune amélioration de fond n’est à attendre, dans cette société si individualiste

      • peut-être que cela aura réveiller quelques consciences. J’ai beaucoup entendu des mecs me dirent que les femmes cherchent toujours à être séduite et que l’on ne parle jamais des hommes qui se font draguer par les femmes. Le chemin sera encore très long. 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s