La limace – Elise Grevel

Rien qu’à l’idée de la limasse vous vient l’image d’une bestiole gluante orange. Mais que savons-nous de cet étrange animal ? Elise Grevel va vous en apprendre.


4ème de couverture
La limace est vraiment une petite dégoûtante. Son corps entier est recouvert de mucus. Beurk ! Cela l’aide à se déplacer en glissant mais aussi à grimper sur des surfaces à la verticale ! Dégoûtante, la limace ? Oui, mais pas seulement, elle aide aussi à transformer certains déchets de la nature en bonne terre. L’AUTEUR Après avoir étudié le graphisme à Montréal en 2000, Elise Gravel s’est rapidement découvert une passion pour l’illustration. Son premier livre, Le catalogue des gaspilleurs (éditions Les 400 coups), lui a donné le goût de la littérature jeunesse. Aujourd’hui, elle écrit et illustre des albums dans lesquels l’humour absurde est à l’honneur.


Ce que j’en ai pensé ?
J’avoue je ne me suis jamais très intéressée à la vie des limaces. Mais ce sont des petits dégoûtants très intéressants. Déjà, ils sont polis car ils nous saluent dès la couverture. Et avec son dessin plein d’innocence, la dessinatrice nous ferait presque aimer cette bestiole à l’aspect assez répugnante. Elle fait partie de la famille des mollusques comme sa copine l’escargot qui elle a un toit pour se protéger. Elle a aussi deux paires de tentacules. Une paire qui lui sert de vue avec ces deux yeux. Et l’autre juste à côté, elle sert pour les odeurs et les goûts.

Mais comment respirait-elle alors ? Par la bouche ? Perdu ! Elle a un trou sur le côté droit du corps qui lui sert pour prendre une bouffée d’oxygène. C’est un peu étrange. Surtout que la dessinatrice lui fait faire une bulle par cet espace.

Et elle avance comment ? Avant de réponse à cela, savez comment s’appelle le corps de la bestiole ? Non ? Je m’en doutais. Donc quand vous prenez une limace à pleine main, vous prenez votre pied, ou plutôt son pied. Et souvent ça glisse et c’est visqueux. Normal, elle crée du mucus et il lui est très utile. Déjà pour avancer, pour rester toujours hydrater, pour mieux fuir quand on l’attrape et pour laisser des infos à un partenaire. Et en plus, qu’importe son sexe puisqu’elle est hermaphrodique. Pas besoin de discuter qui sera le papa ou la maman. L’échange se fera sur qui va porter les bébés pour les pondre dans un trou tranquillou. Après, il faudra espérer que les vilains jardiniers ne mettent pas plein de morceaux de coquilles d’œuf pour les piéger. Ce sont des gourmandes qui adorent manger les salades et quelques autres feuilles vertes.

Je vous l’avais bien dit que vous ne saviez pas tout de ces bébêtes. Vous serez peut-être plus gentil la prochaine fois lorsque vous en croiserez.

2 réflexions sur “La limace – Elise Grevel

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle d’octobre 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s