Vestiges d’empire – Thomas Jorion

Que reste t’il des anciennes colonies françaises? Le photographe Thomas Jorion a décidé de répondre de cette question, son appareil à la main. Prêt à découvrir les témoignages de ces architectures aujourd’hui oubliées? 


4ème de couverture
Le photographe est parti sur les traces de l’Empire colonial français, de la Guyane Au Cambodge, en passant par la Chine, le Sénégal, l’Inde, l’Algérie ou encore Madagascar. Il présente dans cette série des lieux emblématiques de l’époque, en ruine ou non, dont certains ont retrouvé de nouvelles fonctions : maisons, gares, ponts, moulins, hôtels, etc.


Ce que j’en ai pensé? 
Pendant plus de trois ans, le photographe Thomas Jorion a voyagé son appareil photo en mains dans les anciennes colonies françaises en quête des architectures oubliées. Rien n’échappe à son regard avisé. Rues désertes, intérieurs délabrés, bâtiments décrépis ou abandonnés, façades fissurés ou à moitié détruite… qui marquent le souvenir de l’absence, de la fuite, de l’exil et de la déchéance. Il leur donne une nouvelle vie dans un éclat esthétique lumineux et nostalgique introduisant une réflexion sur la matérialité et la temporalité renforcée par le contraste des couleurs, de l’ocre, du jaune, du bleu, du vert et du rouge sang. 

Il nous emmène à Madagascar, au Cambodge, en Algérie, au Vietnam, au Maroc, au Sénégal… Partout où il part, il va avec sa chambre 4×5 qui impose une certaine immobilité. Mais de l’image s’en ressort une atmosphère très particulière. La nature reprend souvent le dessus et laisse quelques traces du passage des hommes. Des morceaux d’éclat de la suprématie étrangères s’effacent doucement mais l’Histoire reste écrite avec ces traumatismes. Un livre qui est un vrai régal pour les yeux qui pousse également à se poser des questions.

Si vous aimez la photographie d’architecte, ouvrez ce magnifique livre, vous serez conquis par le magnifique travail de Thomas Jorion. 

 

Quelques photos m’ont plus touché que d’autres comme cette église du Sacré Coeur au Vietnam. 

Les racines des arbres qui poussent et envahissent cette section administrative du bagne de St Joseph sur l’île du Salut

Une prison retrouve la liberté au Petit-Canal, Guadeloupe

Une église oubliée d’un temps des prosélytes, au mont Ba Vi au Viet Nam


Les +
– le vibrant avant-propos de François Cheval, directeur du musée Nicéphore-Nièpce,
– les photos sont sublimes,
– l’objet livre en magnifique,
– cela donne envie de découvrir le travail de Thomas Jorion,
– un plaisir à voir et revoir.

Les –
– il y une erreur d’impression sur la photo de la maison de Pondichéry où il y un texte gris imprimé sur l’image.

Inaugurée vers 1885, la gare ferroviaire de Ndande, au Sénégal, menace aujourd'hui de s'écrouler.

Découvrez le travail de  Thomas Jorion


Prix 
2017 : Prix Roger Pic – Finaliste
2015 : Camera Clara – Finaliste
2015 : Photovisa – Finaliste
2014 : Archiphoto Sélection internationale de la photographie d’architecture – Strasbourg
2011 : Honorable Mention winner the 2010-2011 Exhibit A photography
2010 : Sélection Bourse au talent #44 Paysage
2010 : Sélection Critical mass Top 50
2010 : Archiphoto Sélection internationale de la photographie d’architecture – Strasbourg
2009 : Sélection internationale Prix Voies Off Arles

4 réflexions sur “Vestiges d’empire – Thomas Jorion

  1. Pingback: Bilan culturel de septembre 2017 | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2017 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s