D’ombres et de lumières – Jean-Marie Lecomte et Patrick Flaschgo

38

4ème de couverture
Visions du photographe Jean-Marie Lecomte qui arpente le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières depuis le début des années 80, à l’affût d’instants magiques et de moments de bonheur.
Souvenirs du journaliste Patrick Flaschgo qui s’est rappelé que Guignol l’avait déjà fait rire dans sa prime jeunesse et que ce fut une bonne préparation à ce qui l’attendait quelques décennies plus tard dans la capitale mondiale de la marionnette.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Patrick Faschgo nous présente dans un sublime ouvrage l’art de la marionnette et le festival international de la marionnette à Charleville-Mézières. Le texte se complète de photos pour montrer la richesse et la variété de ces personnages imaginaires par Jean-Marie Lecomte.

Tous les trois ans, la petite ville de Charleville-Mézières accueil le festival international de la marionnette et en devient la capitale. Le festival fondé par Jacques Félix et ses compagnons « Les Petits Comédiens de Chiffons » débuta en 1961. Depuis, la ville attire des personnes du monde entier venu à la découverte de cet art particulier qui peut rappeler des souvenirs d’enfance. D’ailleurs, l’auteur du livre commence ainsi l’ouvrage. Je me souviens qu’à la belle saison, ma grand-mère m’emmenait le dimanche après-midi voir le Guignol du Parc de la Pépinières à Nancy. Les années 60 venaient de commencer. Nous prenions le bus de la ligne 4 et hop… direction le grand poumon vert de la capitale de la Lorraine Sud!

Guignol fait partie de ce patrimoine grand public, mais tout comme les arts des rues, le théâtre, la marionnette se diversifie et s’enrichie de rencontres. Au détour d’une rue on peut voir un tout petit bonhomme comme un géant de fer, c’est une porte ouverte à l’émerveillement. Comment ne pas tomber sous le charme même sans voir en direct car la rédaction est faîtes avec tellement de passion et d’amour, que l’on ne peut douter de la véracité de l’histoire. Et que dire de ces personnes qui sourient les yeux brillant sur les photos à part de constater le bonheur de ce moment éphémère et magique. Mais que va devenir ces artistes? L’avenir le dira, car la marionnette est un art plein d’avenir. 

Une belle lecture qui m’a donné très envie d’aller voir des spectacles de marionnettes et d’enfin découvrir ce fameux Guignol dont j’ai tellement entendu parlé.

wonder

Une réflexion sur “D’ombres et de lumières – Jean-Marie Lecomte et Patrick Flaschgo

  1. Pingback: Mon auto-chalenge – 200 livres en 2014 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s