Astérix chez les Pictes – Tome 34 – Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

images-11

4ème de couverture
Le Village d’Astérix enneigé se remet doucement d’un hiver glacial comme jamais, quand Astérix et Obélix font la plus étonnante des découvertes : un jeune homme enfermé dans un glaçon, échoué sur la plage ! Panoramix est formel : il s’agit d’un Picte. Mais qui sont les Pictes ? Des peuples de l’ancienne Ecosse, redoutables guerriers aux multiples clans, dont le nom, donné par les Romains, signifie littéralement « les hommes peints ». Astérix chez les Pictes, c’est donc un voyage épique, en compagnie de Mac Oloch et de la belle Camomilla, vers une contrée riche de traditions. Au fil des pages, on découvre un peuple attachant dont les différences culturelles se traduisent en gags et jeux de mots mémorables. De l’eau de malt, des noms en Mac, des lancers de tronc, des bardes adeptes de la cornemuse, les origines du mur d’Hadrien et du monstre du Loch Ness sont dévoilés ! Et même des Gaulois en kilts, par Toutatis !


Astérix et Obélix reviennent à grand renfort de communication dans toutes les librairies pour une nouvelle aventure. Une nouvelle rencontre qui va changer la mode au village et qui va les emmener en Ecosse. Allez hop, direction les pictes.

Un jour au village arrive un homme dans un grand glaçon. On le dépose devant un bon feu pour qu’il se décongèle. Il raconte qu’on l’a lâchement jeté dans la mer pour se débarrasser de lui. L’honneur et la justesse ne font qu’un tour de sang chez Astérix. Alors direction le peuple picte pour rétablir la vérité et faire triompher l’amour.

Au détour du chemin, on rencontre le fameux monstre du Loch Ness, adorable petite bestiole. Un gros vilain à la tête toute verte veut diriger le monde picte et cela bien entendu avec l’aide des romains. Mais bien entendu, rien ne se passer comme il pensait car grâce à Astérix et Obélix, le bien va triompher.

Je ne mettais pas beaucoup d’espoir dans cette bande dessinée et heureusement. Malgré un dessin et une colorisation très fidèle aux premières bandes dessinées, le texte me semble trop léger. Je recherchais les jeux de mots, les sous-entendu, de voir les différents niveaux de lecture… mais je n’en ai pas trouvé beaucoup. Pourquoi Idéfix doit rester au village? Pourquoi l’histoire va si vite sans subtilité? Pourquoi tant de légèreté?
La déception est là car la bande dessinée pour tous devient vraiment une bd plus pour les enfants. L’art d’écrire pour un large public est un talent qui n’est pas donné à tous le monde.

Exposition à la BNF sur Astérix jusqu’au 19 janvier 2014.

Wonderpatate

Une réflexion sur “Astérix chez les Pictes – Tome 34 – Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 180 livres en 2013 :) | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s