Fnac alors!

Fnac

Voilà bien longtemps que j’achète mes livres dans des librairies, mais l’on m’a offert un bon Fnac, donc passage obligé en magasin. Et bien entendu, direction le  rayon livre. Quelle surprise ce changement en boutique dans la présentation des livres, à croire que la théorie de longue traîne n’a pas été très productive pour le magasin avec les 4% de baisse des ventes.
Des plafonds plus bas, de la lumière plus directe et plus douce et surtout la valorisation des coups de coeur des vendeurs. Des livres mis en avant et pas forcément des nouveautés ou des ouvrages chers. Des cartels avec quelques mots d’un vendeur Fnac France, cela va des classiques comme Des Souris ou des Hommes ou des ouvrages de Katherine Pancol et quelque soit le genre littéraire. Le plus, des vendeurs livres qui aiment lire ce qui n’est pas le cas pour toutes les enseignes de vente de « produits culturels ». J’avoue que le fait d’avoir travaillé plusieurs fois à la Fnac me confirme le fait que souvent les vendeurs aiment les livres, même si ils sont bien souvent mépriser par la direction.

Il y a aussi un espace avec la sélection des vendeurs du magasins par catégorie qui sont sur un grand panneau noir, couplé par les conseils entre les rayons avec le même code couleur.

Je dis pour une fois bravo la Fnac, mais le positif va s’arrêter là pour un magasin qui vend dorénavant des machines à café et des aspirateurs. L’esprit des deux anciens trotskistes, André Essel et Max Théret, qui créèrent la Fnac en 1954 a disparu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s