Moi, jardinier citadin – Tome 2 – Min-ho Choi

Faire son jardin n’est en rien quelque chose de facile. Ce n’est pas Min-ho Choi qui pourra dire le contraire. Il continue à partager son quotidien d’explorateur de la nature.

4e de couverture
Cela fait maintenant plusieurs mois que Min-ho CHOI a déménagé en banlieue de Séoul. Au fil des mois, grâce aux bons conseils des ses voisins, il a appris à s’occuper de ses légumes, à les observer grandir, avec amour… Et puisqu’on parle d’amour ! C’est avec joie et impatience qu’il attend la naissance de son fils. Pour lui, voilà d’ailleurs une raison de plus pour cultiver des légumes sains et de qualité. Peu à peu, son enthousiasme fait des émules, et tandis que notre héros revendique l’importance de préserver les semences locales et la biodiversité, c’est tout son quartier qui commence à bouger… Et si la solution au marasme général se trouvait dans la solidarité locale ?

Mon avis
Min-ho Choi poursuit son récit des rebondissements dans la gestion de son jardin. Il est encore un néophyte et ne connaît pas toutes les subtilités d’entretien, de protection, de conservation… Heureusement que ces voisins savent lui donner des conseils et lui transmettent leurs expériences. Chaque jour lui réserve son lot de surprises. Pas le temps de s’ennuyer car les saisons réserves leurs lots de stupéfactions. Rien de tel pour expliquer aux lecteurs ses découvertes. Il en profite pour les sensibiliser à un sujet qui lui tient à cœur apparemment. Il aborde la problématique des semences en dessin et aussi avec des interviews en fin d’ouvrage. Le mangaka se rend compte que les graines qu’il sème viennent majoritairement de l’étranger. La Corée ne produit plus grand chose. Et beaucoup de ces graines ne permettent pas de faire des plantes stériles. Par conséquent, il faut enrichir chaque année des multinationales qui contrôlent toute la chaîne jusqu’aux lois internationales. Quel rôle joue alors la personne au bout de la chaîne? Peut-elle vraiment concevoir une vraie culture dans le respect de la biodiversité si l’ingrédient de base est modifié? Vous ne trouverez pas une histoire continue. Juste des impressions et des constats dans des petits chapitres. Il évoque la grossesse de son épouse, son travail de dessinateur, son beau-père… On apprécie les dessins en aquarelle d’une grande douceur et légèreté. Même si on ne s’intéresse pas à l’aspect qui rappelle « Rustica », on se fait plaisir aux yeux. On peut juste développer notre façon de voir sur le jardinage. Faire son jardin n’a rien de facile et d’évident.

Un livre qui se picore et qui nous incite à poser un autre regard sur la nature qui nous entoure.

L’avis Les Blablas de Tachan : « Ainsi malgré l’intention de nous faire découvrir un titre éminemment positif qui pourrait donner envie de se démener pour plus tard et de vivre autrement, je me suis trop souvent retrouvée devant un manuel pratique et ce ne sont pas les préfaces et autres prologues qui l’ont démenti. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s