Green Class – Tome 1 – Pandémie – David Tako et Jérôme Hamon

La bande d’amis est contente de retourner au Canada. Seulement voilà, personne n’avait prévu qu’un terrible virus touchait les Etats-Unis et que la fin de la civilisation arrivait. Comment vont-il s’en sortir?

4ème de couverture
De retour d’un voyage scolaire dans les marais de Louisiane, une classe de jeunes Canadiens se retrouve immédiatement plongée en plein cauchemar. Un mystérieux virus s’est répandu, transformant peu à peu les humains en inquiétants monstres végétaux. L’armée a pris le contrôle du territoire. Mis en quarantaine, forcés d’abandonner un des leurs, cinq d’entre eux décident de se rebeller. Fin du monde ou pas, ils resteront maîtres de leur destin…

Mon avis
La couverture nous annonce tout de suite que l’on va vivre une aventure assez sombre. En plus, il y a un vrai travail d’édition sur cette image. D’une part, car nous voyons dans l’obscurité apparaître un crâne humain dans lequel se trouve une bande d’adolescents armés. Ils sont englobés dans une situation bien macabre et ils ont décidé de prendre les armes. Et d’autre part, cette première page est texturée avec des ressentis tactiles différents dans le noir et la lumière. Un choix judicieux qui montre l’investissement et la réflexion de l’éditeur qui annonce une série ultra-prometteuse. Le titre de la série ingénieusement nommée « Classe verte »/ »Green class » est bien trouvé. Il montre l’absurdité d’une situation où leurs apprentissages doivent mieux leur servir. Les canadiens venus en Louisiane pour une petite expédition dans la nature prend un virage improbable car un virus se répand à grande vitesse dans le pays. Les personnes touchées se transforment en quelque chose d’étrange. Toutes personnes qu’ils touchent est à son tour contaminer. Pas d’autre solution que les tuer le plus vite possible et de les cramer au lance-flamme. Quelle situation choquante. La tension va monter quand un des leur est contaminé. Faut-il l’abandonner pour survivre? Le consensus n’est pas trouvé et le groupe se divise en deux. Chacun va prendre sa route rempli de rebondissements. Il faut au moins ça pour se retrouver. Et si les monstres étaient autre chose? Et s’il y avait une autre vérité? La diversité de caractères des ados est aussi leur force. La complexité du récit fait monter progressivement la tension, le suspens. Le lecteur n’a pas le temps ni de s’ennuyer et ni de souffler. Tout semble improbable et pourtant la pandémie lui confie une autre dimension. L’ouvrage a été écrit avant la propagation de la Covid. David Tako voulait initialement faire un court-métrage. Jérôme Hamon lui suggère de plus partir sur la bande dessinée. Les deux hommes combinent leur génie, leur passion, leur univers pour en mettre pleins les yeux au lecteur. Quel régal de lecture de construire quelque chose d’aussi brillant pour une bd jeunesse et surtout avec des personnages complexes sur leur personnalité. On ne se moque pas de son lecteur avec de la légèreté et du niais ici. On lui propose du lourd, du raffiné, de l’intense… Le cadre est posé et nous avons qu’une seule envie : poursuivre la lecture.

Quel plaisir de se plonger dans une série jeunesse avec un récit dense et très bien construit. L’ennui est prohibé contrairement au stress à et la tension.


2 réflexions sur “Green Class – Tome 1 – Pandémie – David Tako et Jérôme Hamon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s