Dear Brother ! – Tome 3 – Maki Enjoji

L’amour n’est vraiment pas une chose facile. Momo doit faire face à ses sentiments et à des vérités troublantes. Que va-t-elle faire ?

4ème de couverture
Sôgô vient de rompre sa promesse. Alors qu’il avait assuré à Momo qu’il n’interférerait plus dans sa vie amoureuse, le voilà qui lui recommande Arisue, lorsque ce dernier, venu se présenter sur le pas de leur porte, lui propose officiellement de sortir avec lui. Amoureuse de son frère, la jeune femme ne peut se résoudre à accepter. Une dispute éclate très vite entre Momo et Sôgô et de fil en aiguille, certains mots sont lâchés… Les jours passent et face à cette tension qui persiste, Sôgô n’a d’autre choix que de déménager…

Mon avis
Quel chance pour cette Momo décidément. Il fallait juste que Sôgo ne soit pas son frère biologique pour espérer pouvoir vivre son amour au grand jour. Mais voilà que les choses ne sont pas si simples. Elle qui commençait à se faire une idée de garder son amour secret et de rester célibataire. Arisue reste un pion dans un pseudo triangle amoureux. Il est là plus pour être élément perturbateur qu’autre chose. L’histoire commence seulement à connaître des remous puisque la vérité vient d’éclater. S’ils n’ont pas de lien du sang, est-ce alors une vraie famille ? Vivre ensemble a-t-il un sens ? La mangaka interroge la notion de famille à travers son histoire d’amour qui n’est au final pas si malsaine que ça. Maki Enjoji continue d’exploiter l’image d’une jeune fille fragile, maladroite qui a besoin d’avoir un homme fort à ces côtés. L’héroïne ira jusqu’à se soumettre pour montrer sa servitude. La mangaka avait déjà exploité cela dans sa série « Check me up » ce qui m’avait assez horripilé. Quel exemple cela donne à des adolescentes ? Soit soumise et tais-toi car c’est ainsi une relation amoureuse normale ? Du grand n’importe quoi. Là on vient de quitter une relation incestueuse ou demi-incestueuse. « Sôgo et moi sommes nés du premier mariage de papa » fait quand même entre eux un lien du sang. A moins que cela soit les enfants de la femme du premier mariage du père de Momo. Toutefois, cela commencerait vraiment à complexifier les choses ce qui expliquerait néanmoins pourquoi ils n’ont pas tous le même nom de famille. Après tout, on peut aussi s’interroger sur les vraies démarches au Japon avec lesquelles la mangaka prendrait des libertés. On commence à se tirer les cheveux sur les étranges rebondissements qui vont mener à un happy end. Pourrait-il en être autrement avec une série de 5 tomes ? La suite nous le dira.

Un manga qui nous interroge sur l’amour, le rôle de la femme et les formes de couple ainsi que de famille.


L’avis Les blablas de Tachan : « Certes, c’est très classique comme histoire, c’est déjà vu et revu les histoires de frères et soeurs qui finalement ne le sont pas. Mais cela n’en reste pas moins sympathique avec plein de bons sentiments, à l’image des trois frères, puisque la fille Momo me casse quand même les pieds. J’espère juste retrouver dans les prochains tomes un peu plus d’humour et de légèreté comme l’auteur nous y avait habitués dans ses précédentes séries et continuer à voir Arisue dont j’aime bien l’esprit un brin sadique ^^’. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s