Dear Brother – Tome 1 – Maki Enjoji

Momo va bientôt se marier. Une belle occasion pour elle de profiter de ce moment entouré de ces frères qu’elle n’a pas vu depuis 15 ans. Mais rien ne va se passer comme elle l’attendait.

Depuis la mort de sa mère, Momo, vit seule dans la maison familiale. Alors elle décide de se marier avec un de ces collègues pour rompre la solitude. Pour l’occasion, elle convie ces trois frères qu’elle n’a pas vu depuis 15 ans. A sa grande surprise, ils ne sont pas très heureux pour leur soeur. D’ailleurs, ils ont mené une enquête et les résultats ne sont pas probants. Le pauvre gars voulait se servir de l’argent que sa future épouse allait récupérer de la vente de sa maison pour couvrir ses dettes. L’amour n’est pas au rendez-vous. Aussitôt démasqué, aussitôt elle se résigne au célibat. Mais au travail, l’ex-fiancé vexé à fait courir la rumeur qu’elle l’avait trompé. Une situation qui créé un malaise. Par chance, suite à une mise à pied, elle va pouvoir travailler dans une agence loin des commérages. A son domicile, c’est une autre histoire car ses frères décident de rester comme avant. Ils veulent rattraper toutes ces années séparées les uns des autres. Chacun doit trouver ses marques et comprendre les limites. Maintenant qu’elle a 23 ans, ils ne peuvent plus dormir ensemble en toute innocence. Par amour, ils vont se forcer d’être à l’écoute des uns des autres.

En regardant le couverture, on pourrait croire à une histoire d’amour. En effet, avec le titre « Dear Brother! » on pourrait émettre d’autres hypothèses. Mais l’homme qui embrasse une jambe pourrait être le petit copain et le frère un garçon protecteur. Et là, paf, on met à côté. C’est le grand frère qui léchouille la jambe de sa jeune soeur. Dans le premier tome, on n’assiste pas vraiment à ce genre de choses. Momo qui a grandi avec sa mère se retrouve seule à son décès. Pour combler sa solitude, elle prend le premier gars à l’air sympa qui passe pour se marier avec. Voilà, le personnage féminin est posé. Une fille jolie, naïve qui se fait avoir par n’importe qui. Heureusement que ces frères débarquent pour remettre de l’ordre. Il faut un homme, un vrai pour lui mettre du plomb dans la tête. Son grand-frère n’arrête pas de la corriger. Elle doit se soumettre et accepter. La chose étrange est cette volonté des garçons à vouloir dormir avec elle comme lorsqu’ils étaient petits. Une impression qu’il se passe quelque chose de malsain règne dans l’air. L’idée qu’une petite fille puisse être amoureuse de son grand frère passe encore. Toutefois, maintenant c’est une femme adulte et le sentiments aurait du changer. La cerise sur le gâteau repose sur un baiser entre eux avec la description du ressenti confus et heureux de l’héroïne. Mais qu’est-ce qui passe par l’esprit de la mangaka? Maki Enjoji va sur une pente sablonneuse. Va t’elle arriver à remonter la pente avec des personnages drôles et pétillants et non pervers?

Une lecture un peu déroutante allant sur une relation incestueuse. L’amour doit-il être ainsi avec de la soumission? J’en doute.

L’avis de LesblablasdeTachan : « Début classique et typique de l’auteur (une femme soumise un peu bête, face à un beau gosse intelligent). On voit déjà se profiler certaines choses avec les frères. Sans que cela soit passionnant cela reste agréable à suivre et en plus la série est courte, alors pourquoi pas. »

4 réflexions sur “Dear Brother – Tome 1 – Maki Enjoji

  1. Je comprends que tu te sois sentie déroutée. Après, il faut savoir que les japonais ne semblent pas avoir le même rapport que nous à l’amour incestueux j’ai l’impression. On trouve tout plein d’histoires fantasmées autour de cette idée, notamment dans les shojos mangas. Et même si c’est souvent contourné à l’aide d’une pirouette bien connue, je reconnais que c’est assez particulier ^^!

    • Surtout que tu sais que culturellement cela ne se ferait jamais dans la vraie vie au Japon. C’est tordue comme approche. Et puis les femmes toujours soumises, car toujours faibles. C’est récurrent mais j’ai du mal à comprendre. Surtout que c’est écrit par une femme qui utilise ce schéma. Alors est-ce pour vendre des livres ou est-ce psychologique?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s