Le noir qui infiltra le Ku Klux Klan – Ron Stallworth

Certains croient que les Etats-Unis est le pays des droits de l’Homme et des citoyens. Mais au final cela reste le pays de la différence et de la ségrégation. Peut-on éviter la monter de la haine?

« Le noir qui infiltra le Ku Klux Klan », c’est l’histoire d’un mec qui décide de vouloir changer la société en mieux. Mais cette homme n’est pas n’importe qui. Ron Stallworth est le premier policier noir a intégré la police de Colorado Springs en 1978. Une aventure difficile dont il est prêt à affronter toutes les tourments : le rejet de ces collègues, les insultes, les humiliations…. Il fera ces preuves comme policier intègre. Sa couleur de peau ne change pas ces valeurs. Dans le cadre de son travail il doit éplucher les petites annonces dans la presse locale pour identifier « des activités subversives ». C’est là qu’il tombe sur une annonce « Ku Klux Klan Pour toute information…. ». Il décide d’envoyer un courrier pour faire de ces motivations. A sa grande surprise, deux semaines plus tard, il reçoit un appel : « Bonjour, Ken O’Dell à l’appareil. Je suis chargé de monter la section du Ku Klux Klan de Colorado Springs. J’ai reçu votre courrier. » Le voilà dans le pétrin car comment un policier noir peut-il intégrer un groupe d’intégriste blanc.

Débute ainsi une enquête dont il implique certains de ces collègues. En effet, il ne peut se rendre aux réunions du KKK, un petit souci de couleur. L’infiltration permet d’avoir quelques informations protégeant ainsi les habitants. Aucune croix n’a pu être cramée pendant que son dossier est ouvert ni personne n’a été blessé ou tué. Mais quand on lui propose de devenir le responsable de la section de sa ville, son chef direct lui refuse cette prise de risque. L’enquête doit alors se clore. Tout se termine ainsi. Ron Stallworth n’a pas pour autant baissé les bras dans sa quête de justice et de tolérance. Il poursuivra sa carrière dans différents services à travers son pays. Son travail est reconnu par ces pairs et des enseignants. Maintenant, il partage ses espoirs dans une société plus juste et tolérante.

D’ailleurs, il débute son roman avec cette introduction. « Si un seul Noir, épaulé par une poignée de Blancs et de Juifs motivés, progressistes et éclairés, est capable de l’emporter sur une bande de racistes et de montrer quels abrutis illettrés ils sont vraiment, imaginez ce que pourrait accomplir une nation entière, animée par le même état d’esprit. » Un message si positif qu’il donne envie d’y croire. Si chacun veut un monde meilleur alors il pourra l’être. Cependant les faits prouvent que les gens préfèrent la haine et la colère. La preuve avec la montée des extrémistes de tout bord partout dans le monde. On apprend jamais de l’Histoire puisqu’elle se réécrit à chaque fois à peu près pareil.

L’auteur nous permet de mieux connaître le KKK avec son fonctionnement, ses objectifs, sa façon de recruter, tous les éléments de propagande… Son discours se retrouve dans d’autres groupes extrémistes et pas uniquement pour le culte de la peau de couleur blanche. Ceux qui veulent dénoncer les discriminations ne sont pas toujours pas dans une démarche sans violence. Est-ce cela fait mieux passer les messages? En tout cas, le KKK sait effrayer avec ces croix brûlés. Un choix étrange pour une groupuscule prônant le respect de la religion. Et quand un président soutien ce genre de personnes, que faire?

Un livre simple, efficace et drôle qui pousse autant à sourire qu’à réfléchir.

L’avis de Belette : « Un excellent roman qui m’a fait sourire tout en me serrant les tripes car ces suprémacistes, ils sont toujours parmi nous. Y’en a même qui veulent construire des murs. »

Un grand MERCI à Belette de m’avoir fait découvrir ce roman.

5 réflexions sur “Le noir qui infiltra le Ku Klux Klan – Ron Stallworth

  1. Je suis contente de te l’avoir fait découvrir et qu’il t’ait plu. Il donne envie de rire mais aussi de trembler… L’Amérique a encore un gros problème avec les droits des Noirs, des minorités et des droits de l’Homme tout court.

  2. Pingback: Challenge lecture 2020 – 20 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culturel – Janvier 2020 | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Bilan culture – Janvier 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s