L’atelier des sorciers – Tome 1 – Kamome Shirahama

Coco depuis son plus jeune âge est fascinée par la magie. Hélas, elle n’est pas une élue. Mais un jour l’inimaginable se produisit. La porte d’un univers singulier va s’ouvrir à elle.


N’importe qui ne peut devenir magicien. Du moins, c’est ce que veut faire croire une communauté très fermée de pratiquants. Le mythe qu’il faut être un élu choisi dès son plus jeune âge perdure. Coco rêve d’intégrer ce monde qui la fascine. Et cette envie se renforce au passage du sorcier, Kieffrey, dans son village. Après avoir discuté ensemble, elle lui parle de ce fameux livre de magie qu’elle a acheté à étrange homme dans la rue. En plus, il lui a offert de l’encre et une plume. Voilà une information qui intrigue Kieffrey qui ne pourra en savoir plus pour le moment. Le soir venu, à la lueur de la bougie, Coco ressort le livre et tente de reproduire un dessin. Aussitôt, la maison et les environs se transformèrent en pierre ainsi que la mère de Coco. Cela aurait été aussi son cas si le sorcier ne l’avait pas sauvé. Elle est bouleversée suite à cet évènement. Le sorcier décide alors de la prendre sous son aile afin de mieux comprendre ce qui a pu se passer et qu’elle est ce mystérieux livre. Mais une fois dans l’école de magie, l’accueil n’est pas des plus chaleureux. Coco garde le moral et le sourire, elle fera tout pour devenir une bonne sorcière et sauver sa mère. Toutefois son destin ne dépend pas uniquement d’elle. Des hommes tapis dans l’ombre veulent un autre destin pour la magie et Coco doit les y aider.

Kamome Shirahama possède un univers graphique très riche et détaillé. Etonnant travail pour la deuxième série de la mangaka. Normal que la sortie de « L’atelier des sorciers » n’est pas passée inaperçue sur la blogosphère. Les avis positifs fleurissent par-ci, par-là, alors j’ai décidé aussi de me lancer dans sa découverte. Ce premier tome a déjà été tiré à plus de 700 000 exemplaires au Japon. Alors quoi de plus normal qu’il séduise dans l’autre pays du manga. La magie fascine de tout temps et on la retrouve dans les tous les supports existants. Mais l’angle choisi est assez original. La magie est accessible à tout le monde dans la pratique. Un groupe a décidé qu’il fallait que cette information reste secrète et qu’elle ne soit transmise qu’aux futurs adeptes, triés sur le volet. Pourquoi me direz-vous ? Gardez un pouvoir et ainsi la main mise sur certains intérêts. Peut-être. Il faut plutôt imaginer vu du regard d’un enfant. C’est pour préserver la paix. Si tout le monde apprenaient la magie cela serait partout la guerre. Il y a fort longtemps le monde a failli tomber dans le sang et l’horreur à cause de cela. Ces magiciens sont les garants de la paix dans le monde, un beau rêve de miss monde. Bien entendu, un personnage étrange avec une capuche pointu (qui rappelle « Ubu Roi » d’Alfred Jarry) cherche à mettre le chaos dans cette organisation. On se demande bien pourquoi et pourquoi a-t-il besoin de Coco ? Le tome 2 nous en dira plus.

 Aucun doute que toutes les générations fan de manga et de magie vont tomber sous le charme de cette série.

L’avis de Malecturothèque : « Je vous recommande vivement L’Atelier des Sorciers qui saura vous transporter dans un univers enchanteur, aux côtés de protagonistes réussis, que l’on a envie de connaître et avec qui l’on a envie de partager des aventures.  »

Une réflexion sur “L’atelier des sorciers – Tome 1 – Kamome Shirahama

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s