Je vais rester – Lewis Trondheim et Hubert Chevillard

Comment continuer à vivre simplement lorsqu’on vient de subir un traumatisme brutal ? Voilà le sujet que Lewis Trondheim et Hubert Chevillard ont choisi de traiter dans leur bande dessinée : « Je vais rester ». Une bulle de délicatesse dans une période de souffrance.

Faut-il encore s’étonner du talent de Lewis Trondheim ? Rien ne l’arrête pour créer des histoires qu’il soit du côté du scénariste ou celui du dessinateur. Pour ce nouveau projet, il tient la plume et travaille avec Hubert Chevillard aux crayons. Un talentueux duo qui crée de la douceur et de la poésie dans le silence. Ils donnent à cette histoire une version touchante sans jamais tomber dans l’émotion facile. Ce couple qui part en vacances à Palavas-les-Flots pour discuter de leur avenir ensemble. Mais voilà qu’un incident imprévu et improbable change l’écriture de leur vie commune. Roland va mourir brutalement devant tous. Elle lui tenait la main. D’un coup le corps resté droit de Roland n’avait plus de tête. Fabienne ne sait vraiment comment réagir face à cette perte si soudaine. Elle décide de rester et de suivre le programme qu’avait établi Rolland. Le corps sans vie partira sans elle. Est-elle insensible à la perte subie ou ne réalise-t-elle pas encore ?

Seule parmi les vacanciers souriants, heureux, bronzés, elle suit étape par étape tout ce que Rolland avait prévu. Elle se laisse porter par les évènements et même les rencontres. L’étrange Paco, fasciné par les meurtres étranges tient une boutique de produits asiatiques et urine dans une bouteille en verre. Ils vont partager quelques moments de convivialité comme un repas pré-payé avec vue sur la mer. C’était un homme très organisé ce Rolland. Fabienne est impassible. La vie continue autour d’elle. Les plans centrés sur le visage du personnage principal ou des scènes quotidiennes apportent une douceur incroyable à cette tragique histoire. Les teintes chaleureuses contribuent à apporter un côté solaire, une chaleur incroyable. En tournant les pages, un sentiment d’empathie se développe pour Fabienne. On l’accompagne dans son deuil. Il va falloir prendre un nouveau départ alors faisons le plein visuel de bonheur simple et authentique. 

Un plaisir de lire une bande dessinée où l’osmose entre deux créateurs racontent une histoire dépassant les limites du sensible. A lire absolument.

L’avis de Chez Mo : « Un récit étonnant, qui interroge forcément. Le choix du personnage surprend. Quand on regarde cette femme qui interroge le sens de la vie, qui se confie une dernière fois à son homme et qui se laisse guider par le programme de vacances qu’il a prévu… ses dernières volontés. »

L’avis de Folavrilivres : « Une très jolie BD sur le deuil, qui m’a profondément déroutée et charmée. »

 

 

Une réflexion sur “Je vais rester – Lewis Trondheim et Hubert Chevillard

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s