Docteur Strange

Dans l’écurie Marcel, je voudrais le Docteur Strange. Le fameux personnage interprété par le surprenant Benedict Cumberbatch va nous initier à la magie et aux mondes parallèles. Etes-vous prêt à un moment de perplexité ?


De quoi ça parle ?
Quand on évoque l’univers Marvel, on pense plus souvent à Hulk, Iron Man, Thor, Avengers… Alors un être capable de manipuler le temps et l’espace fait un peu tâche. Mais avec Benedict Cumberbatch, l’excellent Sherlock Holmes version BBC, on partait sur une base d’un bon acteur. Il incarne Stephen Strange, un brillant et égocentrique neurochirurgien. Un jour, pour aller à un gala, il partit avec sa luxueuse voiture en conduisant bien trop vite. Il doubla sans regarder la route et se trouva la victime d’un très grave accident de voiture. Ses deux mains, son instrument de travail se trouve en très mauvais état. De ce fait, il ne peut plus exercer son métier. Impossible de renoncer si facilement, il n’a pas fait tout ça jusqu’à présent pour être quelqu’un d’ordinaire. C’est alors qu’un infirmier lui parle d’une guérison miraculeuse d’un homme, dossier médical à l’appui. Le secret de la remise sur pied ? Un voyage dans l’Himalaya s’impose avec une rencontre avec une guérisseuse surnommée l’Ancien. A partir de là, il va falloir qu’il abandonne tout ce qu’il croyait savoir pour s’ouvrir aux arts mystiques. Par chance, il y a un don et beaucoup de curiosité. Suivre les règles n’est pas trop son fort et heureusement. Car un méchant va arriver pour anéantir l’équilibre de l’univers et la présence de Docteur Strange va changer la face du monde. Savoir manipuler les dimensions et le temps se trouve un atout non négligeable.


Un indispensable à voir ? 
Cela reste un peu difficile qu’un petit stage d’éveil mystique à Kamar-Taj suffit à se transformer en super héros. Tout va tellement vite qu’il semble peu évident qu’il arrive à tout comprendre et tout maîtriser. Ouf, heureusement que l’on nous rappelle assez souvent qu’il est doué et c’est pour cela qu’il arrive à maîtriser la pierre d’infinité.

Le méchant s’incarne dans Mads Mikkelsen, qui a le physique de l’emploi (malheureusement pour lui). Son côté cruel compense le charme du Docteur Strange, devenu d’un coup le sorcier le plus fort du monde. L’histoire pêche quand même alors le réalisateur a investi dans les effets spéciaux. Magie, ésotérisme et multi-mondes voilà de quoi construire un univers avec d’infinies possibilités de forme, de mouvements et de couleurs. Les immeubles et rues qui se mettent à bouger sont très visuels et ne sont pas sans faire penser à « Inception ». Pour ce qui est du côté de la magie, on se rapproche plus du film « Avatar, le dernier maître de l’air » que des Harry Poters. L’ensemble reste assez agréable à voir et surtout est cohérent tout en étant très loin des autres films Marvel. Je trouve dommage qu’aucun risque dans la construction visuelle n’a été pris et informe toujours de ce qui va se passer.

Les 1h30 de film passe à tout vitesse et manque de substance. Heureusement que Benedict Cumberbatch est là pour donner du volume au personnage avec sa cape de lévitation. Le public a été au rendez-vous lors de sa sortie au cinéma puisque nous l’avons vu récemment dans la méga bataille des super-héros et il va un avoir une suite qui va sortir très prochainement.

3 réflexions sur “Docteur Strange

  1. Pingback: Bilan culturelle juillet | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s