Gabriële – Claire et Anne Berest

Il y a des femmes exceptionnelles qui aident des artistes à se révéler mais qui reste à jamais dans l’ombre de l’histoire de l’art. Les sœurs Berest ont décidé de partir en quête du passé pour redonner vie à leur arrière-grand-mère, Gabriële Buffet-Picabia (1881-1985). Ensemble, elles vont nous plonger au cœur d’un récit palpitant qu’il va être bien triste de quitter.

Gabriële Buffet-Picabia n’évoque pas grand-chose. Son nom sous-entend qu’elle a été l’épouse du peintre Francis Picabia. Cela a été bien le cas et comme beaucoup d’épouse d’artistes, elles sont présentes à leur côté pour les aider à créer mais jamais l’histoire de l’art ne retient leur nom. En plus, cette femme s’est employée à être invisible malgré sa présente partout, à tous les évènements, à toutes les occasions créatives…

Déjà, c’était une femme de caractère. Très tôt, elle décide de devenir compositrice alors que c’est un poste qui est exclusivement masculin. Le talent n’a pas de sexe et elle va le prouver. Elle sera admise dans une école. Sa volonté et son courage la font accepter à bien des endroits où la musique est reine. Puis un jour, elle rencontre un homme que son frère amène dans la maison familiale, un peintre très connu : Francis Picabia. La jeune fille le connaît mais le trouve un peu prétentieux et fait comme-ci elle n’avait jamais entendu parler de lui. Il se sent piquer à vif dans son égo et va faire son intéressant. Il se passe quelque chose entre eux. C’est à partir de ce jour qu’elle va laisser la musique et devenir l’épouse de l’artiste. Elle va devenir sa muse, son amie, sa confidente, sa critique… A force d’échanges et de discussions, la peinture alors impressionniste du peintre va prendre un tournant radical et devenir non-figurative. Une avant-garde artistique prend place avec de nombreuses réflexions. Son atout n’est une beauté à renverser les hommes d’un regard. Elle brille par son savoir, son intelligence, sa réflexion sur le monde, l’art… Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire deviendront des amis très proches. D’autres artistes viendront à leur rencontre et pourront trouver une place plus importante grâce à l’entremise de Gabriële. Même si elle est mère de 4 enfants, l’Art passera toujours avant eux.

C’est un peu suite à cela que ce passionnant roman a pris vie. Anne et Claire Berest sont sœurs. Elles sont également les arrière-petites-filles de la fameuse Gabriële. Leur grand-père Vicente était le dernier de la lignée et il s’est suicidé à l’âge de 27 ans, laissant une petite fille de 4 ans, Lélia. De ce fait, elle n’a aucun souvenir de son père et sa grand-mère paternelle ne s’est jamais occupée d’elle. La famille Picabia était devenue un tabou et un secret. Pourquoi autant de secret ? Les deux sœurs ont alors menées une enquête pour leur mère, Lélia. Elle nous plonge dans une histoire incroyable, au cœur des réflexions autour du cubisme, du dadaïsme et de ces artistes en quête d’un autre chose, d’un autre langage. L’histoire de l’art prend vie avec du volume, du contexte, des croisements entre les arts et l’Histoire. Ce n’est plus une biographie d’une femme étrange et exceptionnelle. C’est un plongeon saisissant dans une époque pleine de remise en question et d’effervescence.

Les pages se tournent avec délice. Les deux auteures mêlent à merveille leurs mots pour raconter d’une seule voie un récit étonnant. J’ai adoré me sentir plonger au cœur de cette histoire où l’on m’a guidée de main de maître. Le plus difficile est d’arriver à la fin où on apprend vite fait que Francis Picabia meurt et que Gabriële continue sa vie. J’aurais voulu encore 200 pages pour continuer à suivre son chemin avec Marcel Duchamp et les autres hommes. J’aurais découvrir comment elle les a aidé à devenir meilleur dans leur art et d’aller au bout de leur démarche. Mais l’histoire liée à l’arbre généalogique s’arrêtait avec la séparation de l’artiste et de sa muse.

Une lecture passionnante qui vous entrainera au cœur d’un tourbillon d’aventures incroyables. Une fois ouvert, le livre nous coupe du monde pour nous emmener dans une autre dimension où l’Art est le maître mot.

L’avis de Bricabook : « Un très bel hommage au monde des artistes. L’art comme catalyseur et élévateur. Et ça, je ne peux qu’acquiescer d’un sourire. »

L’avis de Leiloona : « Un couple magnifique, magnétique, intense — le seul problème est qu’ils n’auraient jamais dû avoir d’enfants, car ces petits êtres bruyants et dépendants n’étaient pour eux qu’un poids, et du reste Picabia est tellement lui-même quelque part un enfant que ces quatre là étaient de trop, Gabriële étant totalement absorbée par son mari. D’où l’absence totale de Gabriële dans la vie des deux auteures, qui de manière admirable parviennent à redonner vie à cette femme, à en faire un très beau portrait appuyé sur de solides recherches, tout en gardant une certaine distance. »

L’avis d’Elora : « Évidemment, l’art, dans son sens le plus large, apparaît comme un protagoniste sous-jacent. Il n’est pas nécessaire d’être un connaisseur pour découvrir ce roman mais attendez-vous à avoir envie de découvrir certains personnages… »

L’avis d’A bride abattue : « Ce sont aussi deux très belles histoires d’amour, jalonnées l’une comme l’autre de périodes sombres qui font de ces êtres avant tout extrêmement humains… et éternellement vivants. »

L’avis de Plaisir à cultiver : « « Gabriële » est le portrait d’une femme d’exception, muse des avant-gardes du début du XXème siècle. Même si le livre n’est pas sans défaut (les apartés des deux sœurs ne sont pas toujours opportuns), il a la qualité de mettre en lumière cette femme moderne et captivante. »

5 réflexions sur “Gabriële – Claire et Anne Berest

  1. Un sacré bout de bonne femme, hein ! Se mettre ainsi dans l’ombre pour que l’artiste tire le meilleur de lui même ! Et elle l’a admirablement bien fait oui !
    L’art avant tout ! 😮

  2. Pingback: Challenge lecture 2018 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culturelle Février 2018 | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: 6ème édition du Prix Libraires en Seine | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s