Arte – Tome 1 – Kei Ohkubo

L’art s’invite dans les mangas. Komikku a décidé d’ouvrir ces pages à la première série de Kei Ohkubo, consacrée à une femme artiste en Italie. Vous allez me dire quoi d’étonnant à cela ? Les femmes ne pouvaient pas vraiment devenir apprentie à la Renaissance et pourtant une va y arriver. Vous voulez en savoir plus maintenant?


4ème de couverture
Le hobby d’Arte, jeune fille aristocrate, à toujours été de dessiner et peindre. Une activité que son père à toujours encouragé et que ça mère à toujours dénié.Lorsque son père vint à décéder subitement, sa mère lui ordonne d’arrêter ses activités futiles. Arte repousse alors sa mère et se met un quête d’un atelier ou elle pourrait pratiquer sans peine et sans avoir ce sentiment de discrimination.Porter par son amour de l’art, Arte, au tempérament toujours optimiste, quitte ainsi l’aristocratie et entre dans la vraie vie difficile des artistes.


Ce que j’en ai pensé ? 
La série Arte a débuté au Japon en 2013 dans le magazine Comic Zenon. Et comme les séries historiques ont le vent en poupe comme Thermae Romae, Cesare ou Pline, une place pouvait se faire autour d’un personnage féminin. Kei Ohkubo créée une histoire autour d’une jeune fille de 16 ans, Arte (art en italien) issue de la noblesse qui ne vit que pour l’art, pendant la Renaissance italienne. La mort de son père change son statut. Elle doit alors trouver un mari et abandonner le dessin. Elle s’y refuse et affirme vouloir devenir une artiste. Le plus difficile va être de trouver un maître mais quand on est motivé, on peut escalader des montagnes.

Vous en en doutez, elle va trouver un maître, Léo. Et doucement, elle va faire ces preuves car la demoiselle a du talent même si l’on ne voit jamais le résultat de son travail. La mangaka pour rendre l’histoire plus vraisemblable peint un monde en pleine effusion culturelle malgré la présence de l’église. Les ateliers de peintre sont présents partout. Pendant le carnaval, c’est une autre ambiance qui règne où certaines choses sont tolérées comme la vivisection en public.

L’angle étant sur l’art, cela va être l’occasion de parler de l’organisation des ateliers avec les tâches des apprentis qui vont du ménage à la préparation des peintures pendant 3 ans avant de pouvoir commencer à faire des détails sur des toiles. La peinture à la tempera est légèrement évoquée ce qui est bien dommage. La recette n’est pas très compliquée à expliquer : œuf + pigment. Je trouve que cela aurait donné une plus-value technique à l’histoire. Peut-être que cela sera fait par la suite.

Car il faut dire que c’est encore une histoire d’amour qui est sous-jacente. Elle a 16 ans et son maître est gentil avec elle alors elle en tombe amoureuse. Je vous avoue que je ne m’attendais pas à cela. Je voulais suivre une femme autour de la pratique de l’art dans un monde d’hommes et pas forcément les évolutions sentimentales d’une midinette. Pour souligner que c’est le sexe faible, elle veut pleurer quand elle a une bonne nouvelle. Un homme ne ferait pas cela. C’est peut-être introduit ici pour faire du comique de situation. De plus, on sait que cela va passer puisque le personnage d’un jeune garçon a été introduit. On en saura plus par la suite car la courtisane va apprendre l’amour à Arte. Comment ? Il va falloir lire le tome 2 pour en savoir plus. Je vais lire la suite car je voudrais en savoir plus sur le fameux portrait que doit faire Arte et savoir si elle va plus se consacrer sur son art que sur son cœur. Donc affaire à suivre.

Un manga sur l’art à destination des jeunes filles. Et oui, elles y apprendront qu’elles peuvent faire ce qu’elles veulent qu’importe ce qu’impose la société. En plus, elles pourront quand même aimer des beaux garçons. Quoi demander de plus ?


Des femmes peintres à la Renaissance
Artemisia Lomi Gentileschi (1593 – 1652)


Liviana Fontana (1552 – 1614)


Sofonisba Anguissola ( 1535 – 1625)


Elisabetta Sirani (1638 – 1665)

7 réflexions sur “Arte – Tome 1 – Kei Ohkubo

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge BD – 4ème édition | 22h05 rue des Dames

  3. Et plus tard, Arte donna naissance à une chaîne de télé qui volera toujours plus haut que les autres 😆

    Il y a tellement de manga que jamais de ma vie je ne saurai tous les lire, pas encore terminé les saga de Vinland, La main droite de Lucifer, One Piece, Detective Conan… argh !

  4. Pingback: Bilan culturelle décembre 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s