Un funambule sur le sable – Gilles Marchand

Il y en a qui ont un petit vélo dans la tête et d’autre un violon. Le quotidien n’est pas toujours facile à gérer. Etre différent au final ne nous rend-il pas plus fort ou plus exceptionnel ?


4ème de couverture
C’est l’histoire de Stradi qui naît avec un violon dans le crâne. A l’école, il va souffrir à cause de la maladresse ou de l’ignorance des adultes et des enfants. A ces souffrances, il va opposer son optimisme invincible, héritage de ses parents. Et son violon s’avère être un atout qui lui permet de rêver et d’espérer. Roman de l’éducation, révérant la différence et le pouvoir de l’imagination.


Ce que j’en ai pensé ?
Je n’avais pas lu la quatrième de couverture afin d’en savoir plus sur l’histoire. J’avais déjà rencontré l’auteur lors de la publication de son roman et j’ai adoré la couverture. Les éditions du Vulcain font un magnifique travail sur l’objet livre. De plus, la couverture ne laisse absolument rien présumé du récit. Puis on commence à tourner les pages et l’on va à la rencontre d’un petit garçon pas comme les autres. Il a un violon dans sa tête et de la musique s’en échappe par moment. Les autres élèves l’on surnommé Stradi, comme Stradivarius. Sa différence l’empêche de se mêler aux autres ce qui ne l’empêchera pas d’avoir un ami, qui comme lui à une particularité. Une belle histoire qui parle du handicap de façon légère et sympathique.

Tout est raconté de façon simple même si le quotidien n’est pas toujours facile. Mais il y a des éclats de soleil qui rendent la vie plus jolie. Les pages se tournent doucement comme on pourrait manger une barbe à papa. Petit bout par petit bout pour savourer une rencontre agréable. Alors, il ne faut pas prendre ce livre si l’on est passionné de mystère, de policier, de meurtres… Ici, on prend son temps. On découvre les personnages, leur vie et leur monde. Rien ne sert de se brusquer, il y aura encore du récit sur les pages d’après.

On va rencontrer un père qui essaie de trouver une échappatoire au handicap de son fils, un frère qui ne sait pas comment se comporter, une femme amoureuse qui rompt avec sa famille, une amie obnubilée par le meurtre parfait, un demi-chien… Une galerie de personnage plus loufoque et étrange les uns des autres. Le tout englobé de musique qui vient inlassable se glisser entre les lignes, où l’on parle de Beatles, les Turtles, les Beach Boys… Le petit violon dans la tête du personnage principale vient prendre sa place dans la nôtre pour mieux nous accompagner dans son récit.

Gilles Marchand nous plonge au cœur d’une histoire qui a connu son envol et qui nous laisse à un renouveau. C’est à nous lecteur de prendre la suite et de s’imaginer une vie autrement.

Lire l’avis de Bric a book : « A lire pour cette grâce déposée, même dans les moments les plus difficiles, pour cette prose vraie et délicate : un récit aussi sensible que Stradi, cet homme violon. »

L’avis de Moka : « Il faut vraiment partir à la découverte de ces pages, il faut se laisser prendre au jeu de cette musique-là. Peut-être entendrez-vous alors, dans le silence de la lecture, la douce mélodie qui rythme la vie de Stradi. »

L’avis de Dealer de ligne : « Une belle leçon d’éducation pour tout ceux qui sont bourrés de fausses notes. Un concert de mots absolument réussi où résonne l’optimisme, le courage, la fantaisie, l’amour, l’amitié. Un véritable feu d’artifice pour le cœur. « 

5 réflexions sur “Un funambule sur le sable – Gilles Marchand

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 300 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s