Delivrez-moi ! – Tome 2 – Jasper Fforde

Vous croyez aimer les livres vraiment beaucoup ? Et s’il y avait un monde extraordinaire dans les livres que vous ne connaissiez pas ? Venez suivre Thrusday Next. Vous allez découvrir des choses auxquelles vous n’auriez même pas pensé. Ecoutez, elle vous le demande : « Délivrez-moi ».


4ème de couverture
Thursday Next, détective littéraire et agent des OpSpecs, est de retour ! Après être entrée dans l’intrigue du roman Jane Eyre, elle bénéficie d’un repos bien mérité. Elle a aussi retrouvé l’homme de ses rêves, Landen, et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la voilà enceinte ! Seulement, la corporation Goliath ne l’entend pas de cette oreille, et pour la contraindre à libérer le criminel qu’elle a enfermé dans un poème de Poe, le groupe tout-puissant fait éradiquer son mari de la réalité ! Seule Thursday se souvient que Landen a un jour existé… Et le portail de la prose ayant disparu, elle doit subir un entraînement spécial à la Jurifiction – la police interne des livres -avant de pouvoir reprendre ses voyages à l’intérieur des chefs-d’oeuvre de la littérature. «Une lecture jubilatoire qui a recours à toutes les recettes de l’humour, y compris les plus débridées…» Jacques Baudou, Le Monde des Livres.Jasper Fforde vit au pays de Galles. Après avoir travaillé vingt ans dans l’industrie cinématographique, il a choisi de concrétiser son rêve d’enfant : devenir écrivain. Son premier roman, L’Affaire Jane Eyre, situé à la frontière du thriller littéraire et du conte fantastique, est devenu un livre culte aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Le troisième volume des aventures de Thursday Next a paru en 2006 au Fleuve Noir. Site de l’auteur : http://www.jasperfforde.comExtrait du livre:Je suivis leur voiture des yeux en me demandant que faire. Avant toute chose, il fallait trouver le moyen de pénétrer dans Le Corbeau pour libérer Jack Maird. Ce n’était pas difficile – c’était impossible. Mais ce n’était pas ça qui allait m’arrêter. J’avais déjà accompli l’impossible plusieurs fois dans le passé, et cette perspective ne me faisait plus peur. Je songeai à Landen et à la dernière vision que j’avais eue de lui, claudiquant vers le café en face du bâtiment des OpSpecs. Dans deux semaines, c’était son anniversaire : nous avions prévu d’aller en Espagne ou quelque part au soleil ; il serait moins simple de partir en vacances une fois que le bébé serait là… Le bébé. Avec tout ça, je ne savais même pas si j’étais encore enceinte. Je sautai dans ma voiture et fonçai en ville, surprenant au passage quelques grands pingouins qui picoraient dans une poubelle voisine. Je me rendais à la clinique de Shelley Street. Toutes les boutiques sur mon chemin semblaient vendre des poussettes, des chaises hautes, des jouets et autres articles en relation avec les bébés ; tous les bambins, toutes les femmes enceintes et tous les landaus de Swindon semblaient encombrer la route… et tous n’avaient d’yeux que pour moi. Je pilai devant la clinique. Il y avait un panneau d’interdiction de stationner, et la contractuelle qui traînait par là me regarda avec convoitise.


Ce que j’en ai pensé ?
Il est parfois un peu difficile de parler d’un roman que l’on a adoré, surtout lorsqu’il est loufoque et totalement addictif. J’étais déjà partie des univers un peu étrange mais celui est vraiment un gros cran au-dessus de tout ce que j’ai pu lire jusque-là.

Déjà, le personnage principal se prénomme Thursday Next. Ces parents avait le choix de prendre le prénom du saint sur le calendrier où le jour de la semaine. Ils ont choisi le jour de la semaine, donc le jeudi. En même temps, c’est une tradition familiale. Ne me demander pas comment ils font s’ils plusieurs personnes d’une même famille naissent le même jour. Pour l’instant, je ne sais pas. Faîtes preuve d’imagination.

Un prénom particulier à la hauteur d’une héroïne au combien exceptionnelle, forte et attachante. Il faut dire que Jasper Fforde ne l’avait pas ménagé dans son tome 1. Elle avait dû poursuivre un très gros méchant, Hadès, dans le top 10 des vilains, risquant sa vie et l’équilibre du monde. Et comble de tout pour arriver à ces fins, elle a dû changer la fin de Jane Eyre. En plus, elle a condamné un de ces ennemis, Jack Maird, de chez Goliath à vivre dans « Le Corbeau » d’Edgar Poe. Un endroit pas qui n’est très charmant au quotidien.

Quand la situation était revenue à la normale, elle pensait revenir tranquillement chez elle et profiter de son mari, Landen et de son dodo, Pick Wick. Elle doit faire la tournée des médias et raconter une certaine version de l’histoire. Puis voilà que Goliath vient lui faire du chantage. L’entreprise a éradiqué son mari. Seule elle, se souvient qu’il a existé et qu’ils ont bâti quelque chose ensemble. Pour récupérer son époux, il faut juste qu’elle aille chercher le pauvre gars coincé dans « Le Corbeau » pour qu’il puisse être poursuivi. Du moins, c’est ce que l’on veut lui faire croire. Elle ne voit pas d’autres alternatives pour retrouver sa vie d’avant. En plus, elle va être maman et tout n’est pas facile à gérer, surtout sans son amoureux. Heureusement, elle peut le voir dans ces rêves.

Bien entendu, les gens malhonnêtes ne changent pas et ne tiennent jamais leurs promesses. Par chance, son entrée dans la jurifiction, qui fait la loi dans les livres, est gérée par presque que des personnages de fiction. Un univers complètement loufoque où l’on rencontre le chat de Cheshire, la Reine Rouge, Miss Havisham (personnage de Charles Dickens)… Je rêve de pouvoir y rentrer. Peut-être que le Docteur Who pourrait y aller avec son Tardis ? Les personnages de fiction peuvent même changer de livre pour prendre des vacances tant que c’est pour être figurant. C’est d’une richesse étonnante que les gros lecteurs devraient encore plus apprécier avec les très nombreux clins d’œil qui sont données pages après pages. De plus, ce n’est pas un étalage de la culture de l’auteur. Il y a de l’élégance dans la rédaction.

Thrusday doit développer ces compétences pour voyager dans les livres. Pour l’instant, elle apprend mais au bout de quelques mots elle peut être plongée directement dans le livre. Qui ne rêverait pas parfois d’aller faire un tour dans l’univers des livres et discuter avec des personnages ? J’adorerais aller dans ce roman et rencontrer l’héroïne, voir son dodo et rencontrer son père qui voyage dans le temps. Tout est tellement étrange, absurde et incroyablement ingénieux.

J’ai adoré le moment où Thrusday part à la chasse aux vampires et morts vivants avec un certain Spike. Je me suis tout de suite cru dans Buffy contre les vampires, où notre héroïne prenait le visage de Sarah Michelle Gellar et qui est amoureuse d’un homme, Angel (David Boreanaz), qu’elle ne devrait pas aimer. Je crois d’ailleurs que je vais regarder quelques épisodes. 

Le petit pavé de 560 pages se dévore avec une gourmandise joyeuse. Tout paraît complexe avec de nombreuses ramifications et pourtant tout est très cohérent et drôle. Parce qu’en plus de la quête pour sauver son mari, elle doit sauver le monde de la destruction. Sympa le cadeau de papa. Alors tout s’entremêle pour mon plus grand plaisir car c’est jouissif à lire. Même la vie du dodo qui adore manger des chamallows est sympathique. Rien n’est laissé au hasard. Tout est fait pour qu’une fois arrivé à la fin on ne puisse avoir qu’une seule envie : lire la suite. Je ne vais pas avoir le choix d’aller me plonger dans le tome 3 pour savoir ce qui va encore se tramer et qu’elles sont les rebondissements qu’il va y avoir pour me surprendre.

Alors si vous trouver que lire Harlequin, c’est mou du gland. Si vous trouver que l’aventure n’est pas au rendez-vous avec Marc Levy. Si vous trouvez que votre littérature manque de fantaisie, entrez dans l’univers de Jasper Fforde. Promis, plus jamais vous ne verrez un livre pareil.

Un énorme MERCI à Valentyne de m’avoir fait découvrir cette série 🙂 

Lire mon avis sur le tome 1

3 réflexions sur “Delivrez-moi ! – Tome 2 – Jasper Fforde

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Coucou
    Contente que la série te plaise 🙂
    Pour les gens d’une famille qui sont nés le même jour , il reste la solution de traduire le jour
    Donc si la fille de Thursday (ce sera forcément une fille ne me demande pas pourquoi !) elle peut l’appeler Jueves, Giovedi , Donnerstag (ça fait plus garçon non ? ) , Csütörtök (je me mets au hongrois demain) , Mokuyōbi 🙂
    Bisessss

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s