Ecumes – Ingrid Chabbert et Carole Maubert

Elles s’aiment sincèrement. Comme de nombreux couples, elles veulent pouvoir avoir un enfant. Mais la conception est difficile et la perte est douloureuse. Peut-on se relever de la perte d’un enfant à devenir? 


4ème de couverture
Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur.
L’amour, l’évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l’eau, loin des Ecumes.


Ce que j’en pense? 
Elles s’aiment d’une façon sincère et tendre. De deux, elles ont envie d’être trois et de laisser une place à un enfant. L’impatience se fait dans l’attente de son arrivée. Un jour, la bonne nouvelle tombe. La vie s’est créée au coeur de ce ventre désespérément vide. L’espoir montre le bout de sonnez et le bonheur des beaux jours se fait attendre. Doucement, des formes se montrent. Mais voilà, c’est la désillusion qui va être au rendez-vous. Du rouge va s’écouler de ces jambes. Le diagnostic n’est pas optimiste. Puis, il va falloir faire face au deuil qui semble insurmontable. 

ecumes1

La première page où l’on voit une femme belle dans sa robe blanche, marchant pied nue sur le sable entourée de couleurs chaleureuses, promettait une belle histoire. Puis on tourne la page. Des gouttes de sang commencent à tomber. Les teintes deviennent plus sombres. C’est le signe que l’histoire va faire écho à nos sentiments. Impossible de rester insensible à ce récit bouleversant. Ingrid Chabbert trouve le juste équilibre dans l’écriture pour ne jamais en dire ni trop ni pas assez. Et le dessin de Carole Maurel accompagne à merveille son récit avec un sublime travail sur les couleurs, alternant noir et blanc et teintes denses. Je me suis arrêtée dans la lecture parfois juste pour regarder une planche tellement que je la trouvais magnifique. Comme par exemple, l’image de la couverture qui est magnifique. 

Dire le couple dans les épreuves n’est pas une chose facile. Et montrer l’amour dans sa pudeur et dans sa force est encore plus délicat. Ecumes arrive à le montrer avec beaucoup de subtilité, de sincérité et de tendresse. 

Lire l’avis de Moka : « Une lecture dont je suis ressortie absolument conquise, intensément touchée, sensiblement émue. »

L’avis de Noukette : « On entre sur la pointe des pieds dans cet album. Pourtant, l’auteure a réussi le pari difficile de faire oublier l’histoire personnelle, allant au-delà de l’émotion pure pour dire l’universalité de la douleur de la perte d’un enfant. Le dessin de Carole Maurel, sensible et pudique, en fait un récit poignant, une vraie réussite pour cet album que l’on referme le cœur serré… »

L’avis de Mo : « Un livre qui se vit plus qu’il ne se dit. Un récit sensible et touchant. »

J’ai trouvé assez étrange que sur Google je n’ai pu trouvé aucune image relative à cette album. Peut-être que certaines personnes ont bloquées les images car le sujet pouvait les déranger. C’est bien dommage.

3 réflexions sur “Ecumes – Ingrid Chabbert et Carole Maubert

  1. Pingback: Bilan culturel d’août | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2017 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Challenge BD – 4ème édition | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s