Raymond Devos, la raison du plus fou. Portrait d’un impertinant – François Morel

1324280-gf4ème de couverture
« Raymond Devos, mesdames et messieurs, est un miracle qui est apparu, singulier, sur la scène du music-hall français. Il ne ressemblait à personne. Personne, plus jamais, ne lui ressemblera.

C’est comme ça. Il faut se faire une raison. même si on n’est pas obligé… de se faire une raison. Il est plus opportun en évoquant Devos de se faire une folie. Un grain de folie capable d’enrayer la mécanique bien huilée de la logique, de la réalité, du quotidien.

Ceux qui l’ont eu s’en souviennent: Raymond Devos fut un phénomène rare. Comme les arcs-en-ciel de feu circulaire, comme les colonnes de lumière, comme les vents d’incendie, comme les nuages lenticulaires, il a surgi, miraculeux et mystérieux, derrière un rideau rouge qui s’ouvrait sur l’imaginaire. On n’avait jamais eu ça! Et, devant cet homme en apesanteur, on avait le souffle coupé. »

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Raymond Devos n’était pas qu’un simple humoriste. C’est un artiste très talentueux qui rendait hommage aux mots et à l’imagination pour provoquer le rire. François Morel a décidé de rendre homme à une personne qu’il admire et qui l’a inspiré.

A l’évocation de Raymond Devos, des idées, des jeux de mots, des images, de la musique, une voie, une gestuelle…viennent à l’esprit. Je ne me lasse jamais de revoir ses sketches où de les lire. Il y a toujours une richesse qui surprend à chaque fois. Il est bien normal que François Morel souhaite lui rendre hommage d’une façon originale avec un abécédaire où l’absurde côtoie le clown ou le funambule.

Quelque fois on me dit : Monsieur, est-ce que les histoires que vous racontez ne vous empêchent pas de dormir? Je dis : Si, mais comme se sont des histoires à dormir debout, je récupère! 

La préface rédigée par Pierre Herran, président de la Fondation Raymond Devos, est une véritable déclaration d’amour au talent de cette humoriste hors du commun. D’ailleurs d’autres personnes lui rendent hommage dans l’ouvrage comme Philippe Caubère, des frères Taloche, de Vincent Roca, Robert Hossein, Dany Boon, Guy Béart, Line Renaud, Juliette Greco, Jean-Claude Dreyfus, Claude Hagège, Gérard Davoust, Charles Aznavour, Fred Mella, Jean-Michel Boris, Yves Duteil, Daniel Pennac, André Gaillard, Gaspard Proust, Alain Decaux, Jacques Chancel, Jean Orizet…. Ils ont été des amis, des proches, des connaissances, des personnes qui l’admiraient… Ces textes transcendent le temps et les époques et raisonnent toujours d’une grande justesse.

Quand on demande aux gens d’observer le silence, au lieu de l’observer comme on observe une éclipse de lune, ils l’écoutaient… et tête baissée encore! Ils ne risquent pas de le voir le silence!

Raymond Devos proposait toujours un voyage en absurdie pour lequel il utilisait son côté clown, fantastique, imaginatif, fabuliste, funambule, équilibriste, musicien… Il naquit le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique, à une centaine de mètre de la France. Sa famille s’installe à Tourcoing pour après déménager sur la région parisienne. A 13 ans, il décide d’arrêter ces études et multiplie les petits boulots : crémier, coursier, libraire… En 1943, il est fait prisonnier et fait son STO en Allemagne. Afin que les autres gardent le moral, il fait le pitre.

Philippe Caubère : On croit que l’on rit de ses jeux de mots. C’est faux. On rit de ses mots non parce qu’il joue avec, mais parce qu’ils sont une porte d’entrée vers le tragique. 

A sa libération en 1945, il devient élève dans un cours dramatique du Vieux-Colombier puis est devenu apprenti mime à l’école d’Etienne Decroux. Accompagné de deux autres personnes, il va faire la tournée des théâtre. En 1950, il se produit en duo avec Pinson. En 1963, il se lance dans le one-man show et fréquente le théâtre des Variétés, l’Olympia, le théâtre Hébertot…. Il crée deux deux spectacles un 1961/1962 et un autre en 1965. Parallèlement, l’humoriste s’essaie au théâtre aussi bien comme acteur que scénariste.

Je ne parle pas de politique. Ce n’est pas mon truc. Je préfère jouer de concertino. C’est peut-être l’instrument de l’alternance : quand on appui à droite ça souffle à gauche, quand on appui a gauche, ça souffle à droite. Et à l’intérieur, c’est du vent. 

Son génie se fait très vite repéré et reçoit en 1989 le prix Molière du meilleur spectacle pour un homme seul, en 1994, le prix Brigadier, en 1995, la victoire de la musique du meilleur humoriste et en 2001, le grand prix de l’humour de la Sacem. D’autres prix plus personnelles lui ont été remis comme le Grand Prix du théâtre de l’Académie Française, le grade de Commandeur de l’ordre du mérite, Commandeur des Arts et des Lettres et Commandeur de Légion d’Honneur.

– L’après-vous, c’est pour quand d’après-vous? 
– D’après moi, c’est le plus tard possible. 

Homme exubérant à la scène, sa vie privée était quelque chose de précieux. Sa modestie était l’une de ces qualités les plus appréciés. Fidèle en amour comme en amitié, il est toujours présent pour les gens qu’il aime et la plupart lui ont bien rendus. Car c’est aussi grâce à des artistes qu’il a pu faire sa place et raconter des histoires fabuleuses et incroyables qui peuvent emmener dans des mondes surprenants. Ce livre nous fait découvrir un homme étonnant, amoureux de la vie, des mots et du rêve.

Un livre que j’ai pris grand plaisir à lire. J’ai découvert d’autres facettes de cet humoriste hors du commun avec une furieuse envie de relire de sketches pour rire aux éclats et être émerveillé par la qualité et l’ingéniosité des mots. Une rencontre inédite qui laissera une trace pour ne pas oublier un artiste exceptionnel.

 

6 réflexions sur “Raymond Devos, la raison du plus fou. Portrait d’un impertinant – François Morel

  1. Pingback: Mon auto-chalenge – 200 livres en 2014 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s