Les larmes de Pancrace de Mallock

Unknown-4

Les larmes de Pancrace
Mallock
Edition : Fleuve noire
463 pages

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59
4ème de couverture
Jean de Renom, un jeune châtelain, rentre chez lui un soir, heureux de retrouver sa femme Camille et leur bébé après plusieurs jours d’absence. Mais il est sauvagement assassiné à son arrivée et est retrouvé criblé de balles au bas de son escalier. Sa femme ne sait absolument pas ce qui s’est passé, mais l’enquête arrive à la conclusion que c’est elle qui a tué son mari. Sans aucune raison. L’affaire fait d’autant plus de bruit que la mère de Camille est une femme politique puissante destinée à devenir candidate pour la présidence de la République. Appelé à la rescousse par un ami, le commissaire Amédée Mallock va s’intéresser à un tout autre assassinat ayant eu lieu dans la même famille trente années plus tôt. Un meurtre étrange en chambre close. Celui du père de Camille agressé en même temps que son épouse Sophie retrouvée inconsciente.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Lorsqu’un meurtre paraît trop évident avec des preuves trop directes et que la personne incriminé touche un proche du commissaire, il faut alors la crème de la crème pour résoudre ce mystère. Alors, on fait appel à Amédée Mallock, commissaire à Paris. Son instinct va mettre à mal le coupable pour notre plus grand plaisir.

Mallock propose une quatrième aventure sur les sept prévues du commissaire Amédée Mallock. La ressemble du nom n’est pas fortuite. C’est un choix défini, où l’auteur donne quelques traits à son personnage mais en prenant le même nom met une distance, comme s’ils étaient de la même famille. Affectueux, sentimental, têtu, fidèle, il s’en ai pris plein la tête et ne se laisse pas faire facilement. Lorsque son ami le contact pendant ces vacances pour l’aider dans une affaire surprenante, il n’hésite pas à intervenir. Il est loyal à ces amis et il ne peut résister à une intrigue.

Il va mettre son savoir-faire au service de meurtre trop simple en apparence, entouré de son équipe et de leurs divers talents. Comment Camille, cette jeune femme a pu tuer sans mari sans aucun souvenir? Comment a t’il pu y avoir autant de morts dans cette famille? Que se cache t’il donc dans ce vin de Bordelais? L’enquête a mené la découverte d’une famille jusqu’à son origine et sa rencontre avec l’histoire tel l’ordre du Temple et de son trésor. Car la résolu du crime se trouve dans l’arbre généalogique et dans le sol de ces vignes si particulière.

Une enquête très originale dans sa construction et surtout dans les références exactes qui sont cités. Je comprend mieux qu’un ouvrage prend trois ans à écrire dont une année de recherche exacte sur l’ensemble des thématiques abordées que cela soit l’études des traces de sang, de travailler la vigne ou des pierres précieuses. Des informations qui donnent de la vraisemblance à l’histoire qui n’est en rien simple. La construction même de l’histoire en courte partie m’a emmené dans le passé et dans le présent, à fois en proposant des textes d’un autre temps comme le récit des faits et des rencontres.

Attention, vous risquez de s’attacher à se commissaire qui va vous faire aimer l’histoire et être charmé par sa part d’ombre comme de lumière. Sherlock est mort, et donc vive Mallock.

Merci Babelio pour l’envoi de ce livre et la très charmante rencontre avec son auteur.

13 réflexions sur “Les larmes de Pancrace de Mallock

  1. Pingback: Mon auto-chalenge – 200 livres en 2014 | 22h05 rue des Dames

  2. Bonjour ^^
    Avant tout, je vais régler un petit problème qui a failli me tuer net 👿 « Non, Sherlock Holmes n’est pas mort !! » Pour deux raisons : la première, la plus évidente, c’est que sa nécrologie n’est jamais parue dans le très sélect « Times » !

    Deuxièmement, on n’a pas pas vu son hommage chez Jean-Pierre Foucault ! 😀

    Bon, après ces petites digressions importantes, on va causer du livre que je n’ai pas encore lu ni acheté. J’ai fait le cimetière des hirondelles ou j’ai eu du mal avec le commissaire, ce ne fut pas le coup de coeur comme avec mon Sherlock 😉

    J’ai les larmes de dieu que je dois lire (ou un autre titre avec le mot Dieu dans le titre) et ensuite, je passerai à celui-là. 😉

    Merci pour ta chronique, elle donne encore plus envie 😈

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s