Féroces infirmes retour des pays chaud

imagesEn première page, le nom de l’auteur en rouge, le titre en minuscules noirs, une image bicolore avec un perroquet avec des échasses. Qu’est-ce que cette couverture? En plus il fait 638 pages. L’apparence est trompeuse et comme souvent, il faut aller au delà. Mais attention, dès que vous allez ouvrir le livre, vous allez vivre une aventure littéraire surprenante.

La fin de présentation de la quatrième de couverture annonce cela « De l’Amazonie au Vatican, ce roman d’aventures picaresque balaie d’un trait de plume plein d’humour quelques-uns des plus grands mystères de l’humanité. » Cela peut laisser perplexe avant la lecture mais plus du tout quand le livre est terminé. Tom Robbins, auteur de la pop culture américaine prend les gens dans un état de simple lecteurs passifs pour les rendre un plus fous ou libérés au fur et à mesure de l’histoire.

Par exemple, le titre, étrange en soi Féroces infirmes retour des pays chauds. L’auteur américain a donné en titre une citation de Rimbaud de son recueil Une saison en enfer. « Je reviendrai, avec des membres de fer, la peau sombre, l’œil furieux : sur mon masque, on me jugera d’une race forte. J’aurai de l’or : je serai oisif et brutal. Les femmes soignent ces Féroces infirmes retour des pays chauds. » Voilà, ici tout est dit, dans le titre, dans la référence poétique. En toute honnêteté, je n’ai découvert que cela pendant la lecture. L’auteur pense un peu à ces lecteurs peu cultivé comme moi. Merci chez Tom.

Car l’histoire, il faut bien en parler mais sans en dire trop. Tout tourne autour de Switters, agent puis ancien agent de la CIA, il aime réfléchir, la contradiction, le voyage, le sexe, la liberté d’agir et de penser. Il possède une libido débridée, aime les femmes, les filles mineurs, rêve de coucher avec sa demie-sœur de 16 ans, tombe sous le charme d’une none. Il a été élevè par sa grand-mère Maestra, grande prêtresse de l’espionnage en ligne, qui lui a appris à ne pas avoir de remord mais surtout à réfléchir. Son meilleur ami, un agent de la CIA qui a son caractère bien trempé. Voilà pour les personnages principaux.

L’histoire débute simplement. Sa grand-mère veut que son petit-fils emmène son perroquet en Amazonie pour lui rendre sa liberté. Pour cela, il doit faire un petit détour après avoir discuter avec un agent de l’agence. Mais rentre la liberté à un perroquet en plein cœur de l’Amazonie s’annonce beaucoup plus compliqué que prévu, surtout si sur le chemin vous rencontrer la tribu des Kandakanderos qui vous lance un sortilège. Le chaman a la tête pyramidale le rendant infirme va lui faire découvrir le monde autrement. Mais il ne va pas en rester là à 5 centimètres au dessus du sol. Après la lamentation, la résiliation vient le temps du changement et du brisement du tabou amazonien.

Poussés par le vent, des nuages rasaient la surface du détroit comme des vesses-de-loups de duvet bactérien humide, et les deux hommes pouvaient presque sentir le goût de la moisissure dans l’air. L’atmosphère était de plomb et ténue à la fois, comme composée de quelque nouvel élément défiant les lois connues sur le poids atomique, et que seuls des habitants nés dans le Nord-Ouest auraient été capables de respirer.

Il part pour une mission et échoue en plein cœur du Moyen-Orient entouré de nonnes, au sein de l’ordre de St Pacôme qui milite pour la contraception des femmes dans le monde. Ces chrétiennes protègent un bien précieux : la troisième prophéties de Fatima qui va transformer le monde. L’interprétation de la prophétie permet à chacun de faire ces interprétations. Et si Switters avait la véritable interprétation? Si c’était lui qui pourrait ouvrir la porte à une nouvelle ordre?

Drôle, malin, surprenant et surtout magnifiquement bien écrit, car le sens des mots est bien pesé et soupesé. Ce type a fait plus de sales trucs dans sa vie qu’une pute dans une mine de charbon. Un livre dont on ne le relit pas tout de suite, il faut du temps pour digérer la densité et l’ingéniosité des mots et des références. A la fin de la lecture, je me suis demandée comment j’ai bien pu passer à côté d’un tel livre si longtemps. C’est dans ces moments que j’ai envie de me diriger vers la librairie et d’embrasser le libraire qui me l’a que trop recommandé. Est-il possible de ne pas vouloir continuer de découvrir son œuvre et son univers? Non, après ce choc des mots, la loufoquerie fera toujours partie de moi. Il y a des lectures dont on garde un long souvenir, un sentiment de bien-être, de chose étrange, bref une lecture qui ne nous laisse pas indifférent. Là c’est absolument le cas. Mais attention, il ne faut pas le mettre entre toutes les mains, adaptes du roman roses, passe ton chemin. Car même si il tombe sous le charme de la none et l’a demande en mariage cela ne voudra pas dire qu’ils auront des enfants et seront heureux, même en compagnie d’un tube de vaseline. Attention aussi oreille chaste, car ici peu de tabou, on pénètre dans le vif du sujet. Toutefois, on discute, on échange et on se contredit quelque soit le sujet. De plus, l’auteur fait référence à beaucoup de choses réelles dans son argumentation, l’encrant encore plus dans le réel.

Bon sang, finit-il par murmurer en secouant la tête. Si J. Robert Oppenheimer avait autant réfléchi, ce n’est pas le bombe A qu’il aurait inventé, mais le vidéo poker.   

Si les hommes étaient capables d’inventer des réfrigérateurs autodégivrants et des fours autonettoyants, pourquoi la nature n’avait-elle pas réussi, dans toute la splendeur complexe de sa créativité, à nous fabriquer des dents autobrossantes?
– Il y a la naissance, il y a la mort, et entre les deux, il y a l’entretien, marmonna t’il.

Si l’aventure d’un nouveau style littéraire vous tente et que vous êtes prêt à être surpris, je crois que vous pouvez les yeux fermés lire ce Féroces Infirmes. Et comme un bon chocolat, vous voudriez tout mangé d’un coup mais le plaisir n’en sera que plus furtif. Alors vous ferez durer le plaisir de ces mots. Vous regarderez votre sac où ce cache le pavé et la journée de travail paraîtra plus courte car à la fin, ce délice étrange, ce livre.

Ce qu’en dit la presse
Lire : Ce conteur résolument plombé du tuyau ressuscite l’esprit hippie avec ce gros roman d’aventures et d’espionnage sous psychotrope.
Le canard enchaîné : Un sacré courant d’air, un bain d’oxygène. Un traitement écologique à l’usage de l’humanité.
Le Point : Sa prose a tellement de classe qu’on en a les neurones éblouis. Sa capacité d’invention est telle qu’on se dit qu’il devrait donner des cours à tous les jeunes romanciers.
Chronic’art : Absurde, loufoque, vicieux, rythmé, outrageux et irrésistiblement, drôle, cet énorme roman d’aventures en Technicolor à l’intrigue joyeusement tarabiscotée forme à coup sûr l’une de nos plus attachantes lectures de ces derniers temps.

Du même auteur
B comme Bière

Dans le même genre
La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole
Le vieux qui ne souhaitait pas son anniversaire

wonder challengeus Jaimemonlibraire

11 réflexions sur “Féroces infirmes retour des pays chaud

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 200 livres en 2013 | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge ABC Critiques Babelio 2013 – 2014 | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Les lectures du mois de décembre | 22h05 rue des Dames

  4. Cela m’a fait plaisir de me replonger dans les souvenirs de ce livre (un livre que j avais pris un peu au hasard à la bibliothèque ….)
    Ah ah ah le passage sur les dents autonettoyantes:-)

  5. Pingback: L’ensemble de toutes les lectures par auteurs | 22h05 rue des Dames

  6. Pingback: Mercredi – Pascale Gautier | 22h05 rue des Dames

  7. Pingback: Le challenge USA | 22h05 rue des Dames

  8. Pingback: L’Apostrophe – Epernay | 22h05 rue des Dames

Répondre à valentyne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s