Le chevalier inexistant – Italo Calvino

imgres

Le chevalier inexistant
Italo Calvino
Editeur : Folio

Italo Calvino a rédigé une trilogie ayant en commun l’absurdité, une de ces composante est Le Chevalier inexistant. Allons voir ce que ce livre nous raconte.

L’histoire nous est racontée par Soeur Théodora, dans son emploi de nonnain livrière qui doit faire pénitence en écrivant l’histoire d’un chevalier. Lors d’une campagne militaire de Charlemagne, les troupes sont passées en revue. Chaque chevalier soulève son casque et se présente. C’est au tour de la blanche armure, celle d’Agilulfe Edme Bertrandinet des Guildivernes et autres de Carpentras et Syra, chevalier de Sélympie Citérieure de Fez. Il ne souhaite soulever  la visière du heaume, car personne ne vit à l’intérieur de son armure. Seul sa volonté, sa passion le fait agir. Il est très carré et accompli chaque tâche avec honneur.

Personne ne l’apprécie vraiment. Une scène assez cocasse montre sa volonté de vouloir être comme tous le monde mais en faisant cela il montre sa singularité. Lors des repas, les chevaliers se retrouvent chacun à sa place et parlent de leurs exploits. Le chevalier  pinaillent sur les détails pour que toutes les histoires soient précises ce qui contrarient tous les présents à la table et il ne peut pas manger. Il prend un peu de chaque plat et joue avec le pain de façon ordonné.

D’ailleurs, lors d’un de ces repas, toute sa vie va basculer. Son honneur est mis en cause. Accompagné de son fidèle et étrange écuyer, Gourdoulou, il va partir en quête de la femme qui pourra défendre sa valeur, la princesse Sofronie. Son écuyer à la particularité de se prendre pour de nombreuses choses comme un poirier, une soupe ou un canard. Deux autres personnages vont accompagner ce chevalier atypique. Une dame, la belliqueuse Bradamante, qui manie avec talent l’épée, tombe éperdument amoureux de ce chevalier. Et Raimbaut du Roussillon, lui tombe sous le charme de cette dernière et sympathise avec ce chevalier qui l’aide à venger son père.

D’aventures en aventures, les personnages se rencontrent, s’aiment, se détestent et deviennent une autre personne.

Un livre qui se dévore avec plaisir et sourire, où l’absurde est présent avec justesse. L’appréhension était présente avant la lecture et maintenant j’ai envie de lire la trilogie et découvrir l’oeuvre d’Italo Calvino, un homme engagé. Une lecture facile et très agréable, avec des bons mots comme la Surintendance des Duels et Vengeances et Atteintes à l’Honneur ou Raimbaut qui venge son père car son adversaire ne voyait rien car il n’avait plus de lunettes. Je remercie mon libraire qui m’a conseillé ce livre, en me disant qu’il était drôle.

Le petit plus : une biographique d’Italo Calvino en fin de l’ouvrage.

Les deux autres livres de la trilogie 
Le vicomte pourfendu
Le baron perché

Lecture commune avec l’écho des écuries, son avis : l-echo-des-ecuries.over-blog.com/article-le-chevalier-inexistant-italo-calvino-116703378.html

Jaimemonlibrairechallenge-2Torino

7 réflexions sur “Le chevalier inexistant – Italo Calvino

  1. Pingback: Lecture commune – Le chevalier inexistant – Réussi | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge Il Viaggio | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Challenge 100 livres en 2013 | 22h05 rue des Dames

  4. Ah Calvino…. je voulais profiter de ce viaggio pour le relire mais je crois que je n’aurai pas le temps ! Je ne connaissais pas ce titre -ci, merci d’en parler. Je le dévorerai plus tard avec plaisir.

  5. Le meilleur moment au niveau drôlerie (selon mes goût) est d’imaginer l’armure au fonds de la mer qui poursuit son périple à la recherche de Sofronie 😉
    Pour ma part c’est ma quatrième lecture de cet auteur (mon préféré reste le premier lu ) « le baron perché » : la magie de la découverte d’un auteur je crois
    Bonne soirée Noctembule 😉

    • Tu as raison, c’était assez drôle et cocasse qu’il traverse l’océan sous la mer et qu’il n’a pas rouillé en plus.
      Je vais lire les autres avec plaisir. J’ai prie un dvd à la média sur l’auteur pour le connaître mieux.

  6. Pingback: Le baron perché – Italo Calvino | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s