Artiste – Chef d’exception – Tome 4 – Taro Samoyed

Quand on est en cuisine, il peut arriver pleins de choses. Surtout quand on est un peu maladroit et en manque de confiance. Et cela peut arriver à tout le monde même à un mangaka.

Même si Gilbert a pris plus de confiance en lui, ce n’est pas facile lorsqu’il doit faire faire à un homme qui a du caractère. D’autant plus quand c’est quelqu’un avec qui il faut collaborer au quotidien. Difficile de vraiment se comprendre quand on ne fait pas le même métier qui sont pourtant complémentaire. Mais il ne faut pas pour autant baisser les bras. Doucement, un dialogue va se créer entre ceux qui travaillent en salle avec les clients et ceux qui préparent les plats. Ainsi un pont va se créer et la tension permanente va partir. D’autres choses se passent dans les cuisines puisqu’une jeune fille vient de faire son apparition. Une amie d’enfance de Gilbert qui ne s’est pas aperçu qu’elle était amoureuse de lui. Notre célibataire endurcie à bien des problèmes à penser à autre chose que de faire la cuisine. Déjà se faire des amis restent quelque chose de récent. D’ailleurs, cela met la demoiselle dans tous ces états car elle n’est pas encore aussi proche de lui. Le doute est présent aussi dans l’immeuble qui héberge Gilbert chez quelques artistes, comme le mangaka. L’insertion à Paris a été très difficile pour lui, déjà par la langue puis le mode de vie très différente. Quand il s’ouvrira aux autres, sa vie prendra un nouveau chemin.

On aurait pu croire suite aux précédents tomes de la série que le sujet était Gilbert et la cuisine. Que l’on rencontre les habitants assez atypiques de l’immeuble pourquoi pas pour mieux connaître notre héros, pourquoi pas. Mais là, le mangaka a décidé de prendre des chemins éloignés pour faire tarder le récit. Donc après avoir une petite histoire de Gilbert, on va à la demoiselle amoureuse et on finit par un mangaka à Paris. Jusqu’où allons-nous dériver? l’histoire des chats de la patronne? l’histoire des chefs restaurateurs? Une digression trop grande pour ne pas trouver cela dommageable. C’est insupportable ces séries où l’on trouve des écarts pour justifier de faire encore et encore des tomes. On retrouve comme prévu la jeune fille qui a tout fait pour se rapproche de son amour de jeunesse. Bien entendu, elle est dans l’excès voir l’hystérie. Le cliché de l’adolescente complétement gourde amoureuse et stupide à la fois est présent. Et après, on termine par un japonais à Paris qui sort tout pleins de clichés sur la vie parisienne. Les toilettes publiques autonettoyantes qui sont sales et payantes par exemple, ce qui n’est pas la cas. C’est un moyen de gérer l’hygiène publique aussi bien des citoyens, des touristes que des sdf. Donc au final, la déception est au rendez-vous. Espérons que la suite se recentre sur le sujet pour terminer avec 6 tomes et son happy-end.

Une suite qui ne nous plonge pas vraiment dans les cuisines d’un grand restaurant pour surprendre le lecteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s