Et si je trouvais enfin ce que je veux faire de ma vie? – Isabelle Servent

Nous sommes tous à un moment ou à un autre confronter à une question : qu’est-ce que l’on veut faire comme boulot? Mais comment arriver à une réponse? Isabelle Servent propose de vous aider à vous interroger.

La question de l’orientation professionnelle s’oriente en premier aux collégiens et aux lycéens. On commence déjà à leur demander ce qu’ils veulent faire quand ils seront grands. Pour la plupart, c’est bien difficile à répondre. Et c’est bien normal car comment se projeter quand on a jamais travaillé de sa vie. D’autant plus quand leur vie se limite à école, jeux, dodo et voir les potes. Etre adulte, cela ne leur arrivera jamais. La fin de la puberté n’est pas encore pour tout de suite. Mais ils n’ont pas le choix d’imaginer le futur pour choisir leur filière. Général ou technique? Quelles options? Métier physique ou mentale? Ingénieur ou plombier? Que d’interrogations auxquels il ne veulent pas répondre. Isabelle Servent propose alors de progressivement via des séries de questions de définir le genre de personnes qu’ils sont, ce qu’ils aiment, quel regard ils ont sur le travail…. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Juste des réponses honnêtes à donner pour mieux imaginer demain. L’avantage est que l’on a le droit de se tromper. Rien n’est jamais gravé dans le marbre. On peut essayer plusieurs choses jusqu’à trouver ce que l’on peut aimer à une période. Et en vieillissant, on peut changer et découvrir d’autres métiers.

J’ai acheté ce livre pour l’offrir à mon neveu de 16 ans qui doit réfléchir à son avenir. Mais comme juste faire un tableau avec 5 choses qu’il aime et qu’il n’aime pas est trop difficile à faire pour lui. Comment un livre de 127 pages pourrait l’aider? Comment lutter contre ce j’en foutisme adolescent? Par un bon coup de pied au cul peut-être? Même je trouve ce livre très bien fait avec des citations et son flot de question, à la fin il n’y a pas de réponse sur dans quel secteur tu pourras te sentir bien ou les métiers qui existent. C’est juste une porte pour apprendre à mieux se connaître et pousser l’introspection. Donc ce livre s’oriente vraiment vers des pré-adolescents et adolescents qui raisonnent, qui se demandent de quoi demain pourra être fait, commencent déjà à se poser des questions, ont déjà des passions et s’intéressent aussi à autre chose que leur nombril. Pour les autres, ce n’est pas du tout adapté car il manque d’image et il y a trop de texte. Cela va être trop fatiguant pour eux et cela va demander trop d’effort. En plus, il y a des liens vers des vidéos en anglais. C’est encore plus rédhibitoire. Donc si votre enfant à déjà de l’envie, ce livre est idéal. Sinon passez votre chemin. Visez le questionnaire sur le site de l’Onisep qui prend moins de 5 minutes.

Quand on veut, on peut. Mais quand vraiment les adolescents préfèrent glander, ce livre n’est pas adapté.

 

 

4 réflexions sur “Et si je trouvais enfin ce que je veux faire de ma vie? – Isabelle Servent

  1. Certains ados préfèrent glander parce que c’est facile, parce que ça leur donne l’impression qu’ils sont maîtres de leur vie, parce que leur fait oublier le futur stress de la vie professionnelle. Lorsque nous étions en dernière année, la rétho (en Belgique), chez les français, ce doit être le collège et la fameuse terminale…

    Nous rêvions tous et toutes de foutre le camp, de voir arriver juin, prendre nos diplômes et aller ailleurs, au travail ou aux études supérieures et un prof nous a dit que nous regretterions l’école car après, nous ne serions jamais que des numéros, alors que maintenant, les profs connaissaient nos noms et qu’un jour, on repenserait avec nostalgie à ces belles années d’école. On a ri, juré que « non, non, jamais » et je vais t’avouer qu’ensuite, j’ai souvent repensé aux paroles du prof et putain, il avait cent fois raison !!!!

    Bien souvent, on fait des études et elles ne nous servent à rien parce qu’on ne nous prépare pas à la vie professionnelle.

    • Après c’est possible de préparer à la vie professionnel, tu peux bosser à partir de 16 ans, tu peux faire du bénévolat, faire partie de la vie associative… Mais bien souvent à cet âge, on préfère souvent rien faire, jouer aux jeux vidéo, des films…. Puis à la fin du lycée, te voilà propulser dans un autre monde. Cela correspond aussi avec la fin de la puberté. Tes hormones arrêtent de changer et enfin tu deviens plus raisonnable. Entre 18 et 20 ans, tu commences à voir le monde autrement. Avant tu vis souvent dans le monde des bisounours.
      Quand je vois mon neveu, il n’aime pas l’école car il doit apprendre des trucs qui ne servent à rien, il y a des devoirs. Il voudrait rester à rien faire à la maison et voir ses potes. Il a 7 de moyenne général au premier trimestre et il est content de ça. C’est le moment de se poser des questions et il n’a pas envie. Comment lui faire comprendre que choisir n’est pas renoncer à son oisiveté? comment lui dire qu’il a un âge où tout est possible s’il fait le minimum?
      Et comme je suis une adulte, mon message n’a pas d’importance. Dommage.

      • Certaines filières te préparent à la vie professionnelle, mais pas toutes, et même très peu, dans l’ensemble (du moins, dans mes souvenirs) et puis, tu es jeune et tu n’as pas envie d’aller bosser durant tes vacances, tu veux glander, t’amuser, la vie professionnelle te semble lointaine… les filles deviennent plus vite sérieuses que les garçons, eux restent gamins plus longtemps. Les paroles d’un adulte ne toucheront jamais un jeune, ou alors, il fera semblant de s’en foutre, même si ce n’est pas le cas… quand il sera balayeur de rue parce qu’il n’a pas eu les bons diplômes, il râlera sur le monde de merde qui l’a foutu à un poste ingrat (pour lui et pour la société en général). Mais il se sera amusé, au moins :/

        Plus tard, il repensera à tes messages et se dire, trop tard, que tu avais raison 😦

      • Quand j’avais son âge je faisais du bénévolat et du sport. Je voulais profiter de ce temps pour faire des choses, découvrir, tester… Lui , juste glander. Quel choc cela va etre quand on va lui demander de faire plus de choses, plus vite… Pourquoi vouloir toujours rien faire? C’est facile, tu as raison. Pourquoi toujours choisir la facilité? surtout quand tu as l’âge de pouvoir apprendre le plus, retenir le plus de choses, des opportunités….

        Je ne pense pas que plus grand il se dira ça. Il m’ignorera car pas assez fashion, branché, dans le culte de l’apparence comme mes autres neveux.

Répondre à noctenbule Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s