Rural noir – Benoît Minville

Dans la Nièvre, on trouve des beaux coins de nature, des animaux, la tranquillité. Mais derrière cet aspect paisible, on trouve des dealers de drogues qui ne sont pas des rigolos. Que diriez-vous de prendre un rail d’espoir?

Il ni a pas grand chose à faire quand on habite dans le fin fond d’un trou paumé. Alors on se lit d’amitié, on crée un gang et on s’invente des aventures. Un lien fort unie Christophe, Romain, Vlad et Julie. Quoi de plus normal qu’un couple se forme. Julie et Vlad se rapprochent et se regardent avec des yeux plein d’amour. Un chaud après-midi, ils se prennent la main et vont dans une grotte se rafraîchir. Où du moins, découvrir d’autres aspects de leur corps et de leur relation. C’est ce jour-là que quelque chose changeant chez eux. Cédric un ami de Vlad lui aussi va être participant d’un évènement sans précédent dans la vie d’adolescents. Certains vont être marqués à jamais et d’autres vont avancés tant bien que mal. Mais les évènements du passé reviennent parfois hanter le présent. Il faut apprendre à laisser sa souffrance s’exprimer, à pardonner les échecs des autres et faire de son mieux. Une nouvelle histoire plus bienveillante reste surement à écrire, même si parfois coulera quelques larmes.

Benoît Minville a trouvé le juste équilibre entre les chapitres du passé et du présent pour construire sa noire intrigue. Deux frères qui se retrouvent après des années séparées, une amie en couple et enceinte, un ami à l’hôpital au bord de la mort et un trafic de drogue dans le coin de leur enfance. Les entrelas du temps se mélangent pour donner naissance à des situations où l’obscurité des âmes s’expriment. On trouve un retour à la terre, aux souvenirs, à l’enfance qui doivent se confronter au fait d’être devenu adulte et de devoir agir autrement. L’histoire est crédible car tous le monde se souvient de conneries qu’on a faite jeune. Ce qui facilite l’attachement à tous les personnages même les plus cinglés. Il ne faut pas s’attendre à pleins de noirceur, de souffrance, de sang. Mais des troubles émotionnels, une zone rurale désertée et des bonnes bagarres qui suffisent à montrer la souffrance et le mal-être humain. L’écriture est légère, simple et très compréhensive comme l’humain en général sans oublié le travail sur le parlé campagnard. Au final, on se laisse porter page après page pour connaître la finalité des conflits car on sent qu’un secret lie la plupart des intervenants et il nous sera révélé à la fin. C’est quand enfin il sera dit à haute voix, qu’une page pourra se tourner. Une aventure pour mettre en lumière l’importance et la force de l’amitié et des liens familiaux. Ensemble, on va toujours plus loin.

Une bonne mise en bouche pour un roman noir à la française par un auteur dévoreur de livres.

L’avis de Belette : « Rural Noir, c’est à la vie, à la mort, à l’amitié, à la fraternité. C’est la cambrousse mais tu évites la bouse de vache à tes chaussures. Quoique, on marche bien dedans, mais c’est une autre merde. C’est la Blanche… »

L’avis de FairyStelphique : « Lire ce livre, c’est s’enivrer de violence et d’amitié, se prendre un uppercut de « Rock’n’read » . »

L’avis d’Yvan : « Un art de conter une histoire si démonstratif qu’il prend réellement aux tripes ; boule dans la gorge, larmes aux yeux parfois, dents serrées à d’autres moments. Attachement viscéral aux personnages, alors que ce ne sont pourtant pas des tendres. »

Lire l’interview de l’auteur pas Yvan

L’avis de Collectif Polar : « Et oui, le livre de Benoit Minville a ce quelque chose de profondément humain et universel qui ne peut que vous parler. Et je pense réellement que, même si vous êtes un vrai urbain, vous serez vous aussi touché par ces mots simples. »

L’avis Sous les pavés la page : « Bien campé dans son époque, « Rural noir » est un petit roman noir fort bien écrit qui a ce mérite de faire replonger, l’espace d’un instant, dans une adolescence oubliée, la rendant presque plus séduisante qu’elle ne le fut. »

7 réflexions sur “Rural noir – Benoît Minville

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: La PAL 2019 | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culturel août 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s