Liaisons dangereuses – Préliminaires – Tome 2 – De l’amour et de ses remèdes – Stéphane Betbeder et Djief

Quel avenir possible pour une jeune fille dont son père est mort ruiné et une mère trop croyante? Grâce à son oncle, une nouvelle vie se dessine pour elle. Mais elle va devoir choisir entre amour et tempérance.

Un jour, un prêtre reçoit quatre lettres d’une femme. « Chaque lettre est une promesse d’une nouvelle vie et se conclut par un mort, une rupture, un échec…. » Elle a besoin de son aide. Et afin qu’il lui donne sa confiance, elle va tout lui confesser. Déjà enfant, elle ne suivait pas les ordres que l’on imposait sans en trouver la raison juste.

A 9 ans, elle est ravie du cadeau de son père même si sa mère savait qu’il l’avait gagné au jeu. Une mère qui culpabilise des infidélités répétées de son mari. La confession l’aide à se sentir mieux. Leur vie change radicalement à la mort de leur époux et père. Pendant 5 ans, elles vivent reclus dans la maison familiale.

Une fois les dettes épongées, elles vont loger chez le baron de Choisy. L’oncle d’Isabelle lui porte un grand intérêt. « Laisser une perle prendre la poussière dans une ruine loin de tout eût été assassin ». Il va s’occuper de son éducation et va en faire une charmante et intelligente manipulatrice. Une démarche qu’elle interprète comme une véritable affection. Ce qui ne sera pas le cas. Blessée de cette révélation, par provocation elle va épouser le marquis de Merteuil, cinquante ans son aîné. Au début, elle réponds aux besoins sexuels de son mari puis prend confiance en elle lui permettant de prendre la parole lors de salon. Une déclaration qui le rendit malade et qui l’incita à prendre plus soin d’elle par la suite. Le plaisir de la vie, elle l’apprendra auprès de libertin choisi par son époux. Toutefois cela dura qu’un temps car son vieux mari mourut. Elle profita tout de même pendant son année de deuil pour apprendre et de se faire plaisir. Le mot d’ordre pour son retour à Paris est jouissance jusqu’à sa rencontre avec le vicomte de Valmont. L’amour la touche et elle ne veut pas céder à ses pulsions. Le prête va t’elle l’aider à lutter contre ses tentations?

En 1782, Choderlos de Laclos publie un roman épistolaire qui connaît un grand succès. Les adaptations sont légions depuis aussi bien au cinéma qu’au théâtre. Stéphane Betbeder et Djief décident d’adapter en bande dessinée cette sulfureuse histoire des « Liaisons dangereuses ». D’ailleurs pour débuter le récit, on trouve les références à des lettres qui font référence au genre littéraire. On y trouve également la troublante ambiguïté du roman, une légère apologie du libertinage et une bonne dose de sentimentalisme. Quelques personnages phares ont leur place aussi comme le fameux marquis de Merteuil et le vicomte de Valmont qui sont des libertins assumés. Même si, ils ne sont pas eu coeur de l’histoire. Le scénariste a choisi une jeune fille qui passe de l’innocente à la femme fatale. Mais ils ont leur importance ces deux hommes. Le premier a fait découvrir les plaisirs sexuels à la belle Isabelle et le deuxième lui crée des tourments émotionnels. Il aura beaucoup plus de place d’autant plus que c’est un homme aux multiples talents pour faire souffrir d’amour et de plaisir les femmes. Aucun doute qu’il ne manquera pas de contenu pour faire la suite même si c’est plus soft. La sexualité n’est ici pas le thème le plus capitale. L’angle qui a été choisi se tourne plus vers la critique de l’éducation des femmes au 18ème siècle. L’auteur écrira l’année suivante « De l’éducation des femmes », un ouvrage en avance sur son temps et un peu oublié de nos jours. Les jeunes ingénus, souvent enfermées dans des couvents, n’étaient pas préparées à affronter le mariage et le danger de la vie mondaine. L’hypocrisie de la société s’affiche partout aussi bien par des philosophes bien pensants, des libertins aux apparences d’honnêtes hommes ou les mères qui vendent leurs filles sans les prévenir de ce qui va leur arriver….

Djief propose une création graphique mêlant un dessin assez classique avec quelques scènes assez atypique. Par exemple, Isabelle qui occupe presque une page avec des hommes qui montent sur plusieurs parties de son corps. Une image très parlante qui vaut bien des long discours. Les couleurs choisies sont vivent et correspondent assez bien à l’univers affectif d’une jeune demoiselle. Un ensemble cohérent qui donne encore de belles heures à l’oeuvre de Choderlos de Laclos.

Une bande dessinée qui a encore de l’avenir devant elle.

Une réflexion sur “Liaisons dangereuses – Préliminaires – Tome 2 – De l’amour et de ses remèdes – Stéphane Betbeder et Djief

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s