Le chat qui lisait à l’envers – Lilian Jackson Braun

9782264017291fs

– Comme détective, Jim, vous êtes un grand critique d’art! 

4ème de couverture
Pour Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel, un poste de rédacteur artistique est une véritable gageure étant donné qu’il ne connaît rien à la question. Très rapidement, il se rend compte que son véritable travail consiste à contrebalancer celui d’un féroce critique d’art, attaché au même journal et détesté de tout le monde. Pourtant la maison de celui-ci est un véritable musée, sa table celle d’un fin gourmet et l’homme lui-même est brillant et satirique. Il possède aussi un chat siamois aristocratique, Kao K’o Kung – Koko pour Qwilleran – qui apprécie les vieux maîtres et sait lire à l’envers les manchettes de journaux. Dans le monde apparemment paisible des beaux-arts, trois morts brutales se produisent et c’est grâce au flair de Koko…

Le chat qui lisait à l’envers est la premier tome, d’une longue série policière écrite par une américaine, paru en 1966 dans un style so british. On découvre un personnage qui va être celui que l’on va suivre dans les autres histoires. Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel devenu journaliste artistique. Il n’y connaît rien en art, mais c’est d’autant mieux. Son trait physique caractéristique c’est sa moustache qui le titille par moment. Il n’aime pas l’alcool et adore boire des jus de tomates.

Bienvenu au coeur d’un journal, avec l’odeur du vieux papier, le bruit des machines à écrire et aussi le fameux Club de la presse où le serveur connaît pleins de ragots. Son journal le Daily Fluxion, était surtout réputé pour sa rubrique artistique avec les articles de George Bonifield Mountclemens III qui n’hésite pas à être acerbe et sans pitié. Ce dernier va être au coeur de l’intrigue qui va composer l’histoire. Jim va rencontrer George chez lui et toute sa vie va se transformer.
Suite à cela, il a un petit appart pour pas cher juste à l’étage en dessous de son compère journaliste et un nouvel ami très spécial. Un chat siamois à l’instinct développé au nom Kao k’o Kung dit Koko.

Le patron d’une agence d’art meurt assassiné, puis George Bonifield Mountclemens III, un artiste nommé Ciseau mais qu’est-ce qui relit toutes ces personnes? Un tueur en série? Il veut mener l’enquête pour comprendre et le chat va beaucoup l’aider. D’ailleurs, sans lui il n’aurait rien compris, il serait d’ailleurs même mort.

L’histoire n’est pas structurée comme peut l’être à un Agatha Christie. Ici tout est lent, calme et tranquille. Pas de précipitation pour découvrir la ville, les gens, les artistes, on a le temps. L’avantage, cela vide la tête. La lecture ne stress pas et ne perturbe pas. La lecture d’un nouveau tome dans quelque temps n’est pas à exclure.

L’avis de Les livres de Georges 
L’avis d’Asphodèle 

lc-sapristi-mais-tu-nas-jamais-lu-ce-livre

7 réflexions sur “Le chat qui lisait à l’envers – Lilian Jackson Braun

  1. Pingback: Sapristi tu n’as jamais lu ce livre – Août – Septembre – Réussi | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge 50 livres en 6 mois | 22h05 rue des Dames

  3. Le tome 2 m’attend toujours mais déjà que j’ai un cerveau de poulpe échoué, il me faut quelque chose qui bouge davantage ! Je le lirais quand je serai stressée justement !!! 😆 Un bon souvenir de lecture en tout cas !

  4. Pingback: LC – Sapristi… Aout – Septembre | Métaphore

Répondre à yuko Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s