Visite guidée du musée Guimet

guimetLe musée Guimet propose deux fois par semaine de découvrir sa grande collection d’art. J’ai prie rendez-vous jeudi à 14h00, et c’est parti pour 1h30 de voyage en Asie.

Il est 14h00, la guide arrive. Par chance, nous sommes que deux dont moi à faire la visite. Une bonne occasion de pouvoir poser de nombreuses questions. On débute avec un petit historique du musée. Le bâtiment a été fait pour accueillir la collection d’objet en partie

Guimet1

recueilli par m. Guimet en partenariat avec l’Etat et la mairie de Paris. Le musée des arts des religions d’Asie va devenir le musée des arts asiatiques. Toutefois le lieu a été fermé en 1996 pour rouvrir en 2001 et pouvoir ainsi proposer aux voyageurs des oeuvres assez imposantes.  Après cela, on débute avec le Cambodge et une impressionnante statut avec des serpents (référence au dieu serpent) et des statuts d’hommes qui était à l’entrée d’un accès d’eau (voir photo ci-contre). Dans son lieu d’origine, il y avait d’un côté les statuts aux visages souriants et de l’autre des visages grimaçants. Seul une oeuvre est présente et pas dans intégralité, toutefois cela en impose beaucoup déjà.
Des notions de religions nous sont renseignées car à partir de maintenant nous allons parler d’hindouisme et de bouddhisme. Pour cela, une présentation de la triade hindoue la trimûrti : Shiva, Brahma et Vishnou.
– Shiva :  dieu de la destruction et de la dissolution. Il est reconnaissable grâce entre autres à son troisième oeil frontal, et à son le trident/morceau de lune qu’il porte sur sa coiffe.
– Brahma : dieu de la création. Il est traditionnellement représenté avec quatre têtes.
– Vishnou : dieu de la protection. Il porte une petite maison dans sa coiffe et un cakra (arme de jet en forme de disque).

PhotoMuséeGuimetsiteweb

Shiva.Cambodge, province de Siemreap, Phnom Bok
Époque Angkorienne, style du Bakheng
fin du IXe – début du Xe siècle
Grès- Brama :

Quadruple tête de Brahma, sculptée au Cambodge (province de Siemreap, Phnom Bok) dans le style du Bakheng (fin ixe - début xe siècle)

Quadruple tête de Brahma, sculptée au Cambodge (province de Siemreap, Phnom Bok) dans le style du Bakheng

Il est important de nous les présenter car nous allons les retrouver tout au long de la visite. Car l’hindouisme est présent dans les représentations de Bouddha. Il a eu plus de 240 vies ce qui a donné beaucoup de possibilité de représentation artistique que cela soit sur des entrées de temples, en sculpture de divinité ou en ex-voto. Le dieu serpent aide beaucoup bouddha et le protège aussi.
Les dieux qui sont forcément des hommes, avaient des femmes, des déesses qui elles aussi avaient des pouvoirs. Leurs noms changeaient selon les histoires et on peut souvent les reconnaître par les objets qu’elles tiennent. Elles sont également reconnaissable par leur poitrine.
On quitte le Cambodge, on voyage dans l’Asie du Sud-Est, puis l’Asie centrale, l’Inde, l’Himalaya, petit arrêt au Pakistan. Suite à un accord du Pakistan, une fouille a pu être réalisé dans le désert de Gobhi, sur la passage de la route de la soie. Ils ont découvert dans le sol, dans des petits espaces totalement fermé un trésor. Des bouteilles en verre en forme de poissons, presque intacte. A quoi cela pouvait bien servir? Cela reste un mystère, on ne sait pas non plus pourquoi cela a été conservé de cette façon. Aucune fouille n’a pas être effectué aux alentours. Les formes sont très jolies avec des couleurs en plus. On y voit un vrai savoir faire. 
guimet3

Petit tour dans la bibliothèque de M. Guimet, la rotonde des arts graphiques, qui conservait tout ce qu’il pouvait trouver dans toutes les langues concernant les arts religieux d’asie. Le musée a conservé d’ailleurs cette objectif de conservation des données qui est en plus ouverte au public.
guimet4Le chemin se poursuit pour finir en Chine. Le musée possède 20 000 objets couvrant sept millénaires d’art chinois, depuis ses origines jusqu’au XVIIIe siècle. On s’arrête devant des statuts funéraires qui étaient mise avec les morts avec aussi de la nourriture, des boissons, des animaux (qui ont été vivant à un moment), des habits… Sur les statuts, on découvre des femmes avec avec des robes traditionnelles mais avec des décolletés et des danseuses avec des longues manches. Cela montre l’influence du commerce avec la route de la soie, du thé… Les manches longues sont propres aux danses russes qui sont devenues traditionnelles maintenant dans de nombreuses danses chinoises. Puis on conclut sur un long parchemin montrant une chasse sur des rouleaux qui font des kilomètres. La particularité en plus du talent des artistes, c’est le cheval de l’empereur avec l’empereur. Car c’était peint par un jésuite italien à la cour chinoise. Certains jésuites étaient autorisés à rester dans le pays en échange de leurs talents que cela soit en peinture ou astronomie, leur pratique et leur enseignement.

J’ai appris tellement de choses, et 1h30 passe trop vite. On n’a pu qu’approcher une trentaine d’objets faute de temps. C’était passionnant. Je vous invite à la faire.

Informations pratiques
Musée Guimet
6, place d’Iéna
75116 Paris

Tarifs : www.guimet.fr

Visite libre 
Droit d’entrée :
-Collections permanentes : plein tarif : 7,50€ – tarif réduit : 5,50€
-Exposition temporaire : plein tarif : 8€ – tarif réduit : 6€
-Collections permanentes + exposition temporaire (billet jumelé) : plein tarif : 9,50€ – tarif réduit : 7€.

Visite guidée
Billet d’entrée à acquitter en sus du droit de conférence indiqué ci-dessous :
-1 heure : plein tarif : 4,20€ – tarif réduit : 3,20€
-1h30 : plein tarif : 6,30€ – tarif réduit : 4,80€.

Gratuit : Enseignants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RMI ou du RSA, titulaires du minimum vieillesse, mutilés de guerre, personnes handicapées (titulaires de la carte d’invalidité ou de priorité).

Gratuit pour les enfants : moins de 18 ans, 18-25 ans ressortissants et résidents de l’Union Européenne, étudiants de l’Ecole du Louvre, étudiants des universités et des écoles d’art publiques

Site officiel : www.guimet.fr

Transports
Métro
– Ligne 9 : station Iéna, au pied du musée.
– Ligne 6 : station Boissière, puis descendre la rue Boissière jusqu’à la place Iène

Bus
– 63, arrêt Albert de Mun ou Iéna
– 82, arrêt Iéna
– 30, arrêt Kleber-Boissière, puis descendre la rue Boissière jusqu’à la place Iéna
– 22, arrêt Kleber-Boissière, puis descendre la rue Boissière jusqu’à la place Iéna
– 32, arrêt Albert de Mun ou Iéna

Vélib’
– Station 4 Rue de Longchamps (n° 16007)
– Station 1 Rue Galilée (n° 16008)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s