Embrassons-nous Folleville!

Embrassons-nous_Folleville_-_Romane_Bohringer_-_La_Pepiniere_theatre

Eugène Labiche est un auteur dramatique et comique, qui prend plaisir à se moquer de l’institution du mariage. Dans le vaudeville « Embrassons-nous Folleville! », il s’y applique avec douceur et humour.

Ce spectacle a été joué pour la première fois à Paris sur le théâtre du Palais-Royal le 6 mars 1850. Le marquis de Manicamp, un passionné souhaite marié sa fille Berthe, au chevalier Folleville (Matthieu Rozé) pour le remercier de lui avoir sauver son honneur. Ce dernier, si faible n’arrive à affirmer qu’il n’aime pas sa fille, et cela est en plus réciproque. La jeune fille, remarquablement interprétée par Romane Bohringer, à elle aussi un sacré caractère. Elle en oubli même les bonnes manières, car sans détour, elle flanque une baffe au Viconte de Chatenay, l’humiliant pour son méconnaissance de la danse de salon. Son père affolé par l’affront qui peut lui couter cher, demande à sa fille d’aller présenter ces excuses. Cette dernière refuse, par chance le Viconte arrive à la demeure familiale. Là, coup d’éclat en chanson, c’est l’Amour. Photos : Marion Stalens

Le père, veut que sa fille épouse Folleville, Folleville veut épouse sa cousine Adélaïde et Berth veut épouser le Prince. Le tout dans un rythme dépotant, en costume d’époque, mouche comprise avec des vols d’assiettes et de pots de fleurs qui éclatent en mille morceaux.

Le repas entre le marquis, Thierry Gimenez et le viconte, Gabot Rassov est totalement désopilant, surtout entre joute verbale et de nourritures. Pour donner une idée, on y entend cela  « Non, je ne bois du vin que  lorsque je suis de bonne humeur… – Diable!… une bouteille doit vous durer longtemps. ». Cela donne une idée de la finesse du texte qui se complète par l’interprétation en playback, surjouée de l’ensemble des comédiens qui ajoute à la drôlerie des situations. Le plus dommage, cela ne dure qu’une seule heure, vraiment trop court, surtout quand c’est bon.

Photos : Marion Stalens

Vu en décembre 2012 à la Pépinière Opéra

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s