Comment vivre ensemble quand on ne vit pas pareil? – Christian Baudelot, Joël Candau, Barbara Cassin, Philippe Descola, Stéphane François, Maurice Godelier, Françoise Héritier, Bernard Lahire, Jean-Loïc Le Quellec et Fabien Truong

Ne faut-il pas remettre l’homme au coeur des discussions? L’anthropologie comme outil de pensée peut paraître audacieux. Mais n’est-ce pas ce qu’il faut pour changer les choses?

Lire la suite

Cher corps, je t’aime – Jessica Sanders et Carol Rossetti

Comment aimer son corps à l’heure des dictats de la mode? On veut atteindre une perfection illusoire cultiver par les industriels. Est-ce possible d’aimer son corps et de s’aimer?

Lire la suite

Le roman d’Ernest et Célestine – Daniel Pennac

images-2

Le roman d’Ernest et Célestine
Daniel Pennac
Editeur : Casterman
Nombre de pages : 199

Blogueuse : Un livre vraiment surprenant rempli de douceur et de tendresse qui se lit très facilement.

Lecteur : Normal c’est un livre jeunesse.

Blogueuse : Tout de suite. Ce n’est pas vrai, en plus la plume est de Pennac qu’il partage avec Ernest, Célestine, lui, le lecteur et d’autres animaux du livre. Difficile de résister à une si jolie histoire d’amitié et de tolérance en plus dans une magnifique mise en page, qui rend la lecture encore plus agréable.

Lecteur : Et sinon?

Blogueuse : Ernest est un ours et Célestine, une souris. Et dans leur monde, ils ne peuvent pas être amis, car ils sont censés se détester. Mais eux vont aller de l’avant. Ils ont un point commun : se sont des artistes. Lui aime la musique et elle le dessin. D’ailleurs grâce à leur talent, ils vont créer des histoires qui vont conquérir les petits comme les grands. En plus, Pennac rend ici hommage à une femme artiste qui a crée Ernest et Célestine, avec il partageait des univers créatifs. Maintenant, elle est décédée et voulait ici valoriser son imagination et son talent. Très beau geste artistique. Un bon moment de lecture.

Lecteur : Bon. D’accord, j’ai envie de le lire maintenant…

Blogueuse : N’hésite pas. Fonce…..

L’avis d’une autre internaute
Les livres de Georges

Si vous avez aimé, vous aimerez
Ernest et Célestine, musiciens des rues

Du même auteur 
Comme un roman

challenge-280010040_ochallenge-daniel-pennac

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Couvoiseaumoqueur

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
Auteure : Harper Lee
Editeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 448

Harper Lee nous livre un roman authentique rédigé en plein coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis. A travers, une famille on découvre un visage de l’Amérique, pas si méconnu, malheureusement.

Atticus Finch, avocat, élève seul ses deux enfants, Jem et Scout, à Maycomb, dans un petit village d’Alabama, pendant la Grande Dépression. Homme intègre, humaniste et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un homme noir, accusé à tort, d’avoir violé une blanche, Mayella Ewell issue d’un milieu où la misère ordinaire de l’inceste est légion. Un procès qui secoue toute une ville du Sud, engoncé dans ses réflexes racistes, issu d’un passé esclavagiste. L’avenir de cet homme est scellée dès le début. Comme le dit Atticus, désabusé après le verdict : « Et j’ai l’impression que quand ils font ça, cela ne fait pleurer que les enfants ». Car il n’est même pas besoin de preuve tant il est évident que Tom, parce qu’il est noir est un bouc émissaire destiné à cacher le misérabilisme dégénéré de la plaignante : « Pour commencer, cette affaire n’aurait pas dû être jugée. Elle est aussi évidente que la différence entre le noir et le blanc ». Harper Lee, nous livre, par le biais de son roman unique, sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et à la haine et qui décrypte la peur, la bêtise et la bonne conscience étriquée portée en étendard.

Le récit n’est pas concentré uniquement autour de l’affaire Tom Robinson, on y découvre la vie quotidienne sur trois ans de la famille, avec son frère, sa nourrice, leur ami Dill et les légendes urbaines comme celle Arthur « Boo » Radley, qui n’aurait jamais sortie de sa maison. Raconté par Scout, une petite fille de 8 ans, impertinente, bagarreuse, culottée avec  beaucoup de drôlerie et de finesse, qui permet de pouvoir comprendre une ambiance et une époque, admirablement décrits. Roman d’apprentissage qui décrit l’éveil à la conscience d’une petite fille. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, un an après sa publication, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier. Un roman qui est un hymne à la tolérance et à l ‘amitié.

Cinéma
Sortie en 1962, réalisé par Robert Mulligan, sous le titre anglais To Kill a Mockingbird, titré en français Du silence et des ombres, avec Gregory Peck dans le rôle d’Atticus Finch.

Si vous avez aimé, vous aimeriez peut-être :
La couleur des sentiments, Kathryn Stockett
Strange Fruit, Lillian Eugénia Smith