Hit-Girl – Mark Millar et John Romita

images-4

Attention, tenez-vous bien à votre siège, car vous allez en prendre pleins les yeux. Pleins de quoi? Plein de sang car ici pas de pitié juste des combats.

La couverture donne le ton. Non, cette jeune fille de 12 ans ne coupe pas des tomates pour préparer un gaspacho. A moins que cela soit avec des morceaux fraichement coupés de ces bad boys qui tuent, vols, viols, raquettes les innocents. Comment leur faire comprendre de s’arrêter de s’en prendre aux plus faibles?

Une possibilité, il faut que des supers-héros fassent régner l’ordre comme dans les comics. De simples personnes s’habillent aux couleurs de leurs héros ou s’en imagine un. Mindy, créée Hit-Girl avec l’aide de son père, Big Daddy. Mais à la mort de ce dernier, elle doit aller chez sa mère qui vit avec un ancien collègue et ami de son père qui connaît sa double identité.

Ce spin-off de Kick-Ass ne nous laisse pas de repos. Surtout quand un super vilain refait surface, Red Mist, veut retrouver Kick-Ass pour lui faire la peau. Toute personne ayant des ressemblances physiques avec ce super héros va le payer de sa vie. Mindy va former David Lizeswki a affronter le milieu du crime organisé car c’est une véritable machine de guerre qui ne fait pas de cadeau. D’ailleurs pas amour, elle va faire de New-York une ville calme, pour un moment en tout cas.

Une excellente lecture où les pages se dévorent. Mais attention si l’hémoglobine vous fait tourner de l’oeil, je vous conseil de passer votre chemin car ici des hectolitres de sang s’écoule par page. L’innocence n’existe pas vraiment quel que soit l’âge. Il faut choisir son camp et protéger ceux que l’on aime.

wonder challengeus