Don Jon d’Alan Taylor

images-11

Direction le cinéma mais que voir? Plusieurs films se proposent à moi et qui correspondent à l’horaire où j’arrive au cinéma. Moi voilà, qu’une affiche bleue me sourit avec le séduisant Joseph Gordon-Levitt. Aller hop, je prend un ticket.

J’arrive 15 minutes après l’heure censée du début de la séance, car au Pathé maintenant il y a plus de 20 minutes de publicités et de bande-annonce. L’affiche avec le fond bleu et le beau gosse m’ont séduite mais je n’avais pas lu le texte. Car si j’aurais lu le texte, j’aurais su de quoi parlait le film. Un beau mec qui fait de la muscu, qui est maniaque chez lui, qui aime sa voiture, aller à l’église, voir ces potes surtout pour draguer pour permettre de coucher avec de jolies femmes et puis après une branlette devant un porno.

Le pauvre Joseph Gordon-Levitt veut vraiment se séparer de cette image de jeune et beau adolescent malgré son incarnation de Bruce Willis jeune dans Looper. Alors, il réalise et écrit son film. Il s’invente ou raconte sa vie de macho accro aux pornos et à la masturbation. Bref, un vrai rôle viril de mec et de petit puceau tout gentil. Mais pourquoi aller dans le trash tellement creux? Il prend soin de son corps et joue de son charme pour coucher tous les soirs avec des femmes différentes. Elles sont juste des socles de réception de sperme ou de vide bourses. Puis voilà, la sublime Scarlett Johansson dont il tombe amoureux. Toutefois, elle se rend compte qu’il se masturbe plusieurs fois par jour devant le porno, même après avoir fait l’amour et donc le quitte. D’ailleurs, le mot PORNO est le mot le plus prononcé dans le film avec bien entendu les images pour illustrer au cas où l’on aurait un doute sur ce que cela signifie. Le we, il va à la messe et confesse ces actes et fait pénitence chaque semaine à la salle de musculation.

Il va rencontrer une autre femme qui va lui apprendre à se donner lorsqu’il fait l’amour alors là il pourrait quitter son addiction au porno. Une histoire bien inintéressante quand même et tellement creuse. Si on retire les acteurs connus, le film sera juste sortie dans l’anonymat dans les espaces de location de dvd et de vhs. Bref, moralité il ne faut pas se fier à l’affiche d’un film, je choisirais par rapport au titre la prochaine fois.