Les carnets de Cerise – Le zoo pétrifié – Tome 1 – Joris Chamblain et Aurélie Neyret

images-2Et mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. on a tous un secret enfoui au fond de nous, que l’on ne dit pas, mais qui fait ce que nous sommes.

Erica, c’est l’opposé complet de Line. C’est une éternelle  râleuse, mais elle a un bon fond. Elle a quatre grands frères, du coup elle a appris à se défendre! Avec Line, on ne l’entend même plus râler, tellement c’est naturel chez elle.  
Ses parents lui ont transmis, à elle et à ses frères, de vraies valeurs de respect, d’honnêteté pour faire d’eux des gens bien. 
Alors elle n’est pas contente quand les choses ne vont pas dans le bon sens. Râler c’est sa façon à elle de remettre les choses en question, d’essayer de les faire avancer, de les améliorer. Et je la respecte pour ça. 

Lire la suite

Le tag des onze choses

fleurA ma grande surprise, j’ai été taguée par l’adorable Plaisir à cultiver.

La règle de participation est la suivante :
– Poster les règles du tag sur sa page.
– Décrire onze choses à propos de soi
– Répondre aux onze questions posées et en créer onze nouvelles pour les personnes taguées.
– Taguer onze personnes et faire un lien vers leurs blogs.
– Prévenir les onze personnes qu’on a taguées.

Onze choses à propos de moi. Voilà beaucoup de choses à décrire.

Lecture et blog – J’adore vraiment lire. Depuis que j’ai découvert des blogs de filles qui lisent avec passion et gourmandise, j’ai été séduite de suite. C’est grâce à des filles comme AsphodèleGeorges Sand et moi, La Jument verte ou  Plaisir à lire qui m’a donné envie de faire mon blog, de partager des lectures et faire des lectures communes. Mon univers c’est ouvert considérablement. J’aime les files d’attente, les bandes annonces au cinéma… du temps pour lire.

Livre – Je ne sors jamais sans un livre. Je peux oublier mon portefeuille, ma clé ou mon calepin mais jamais un bouquin.

Inked – J’adore les tatouages. J’aimerai recouvrir une partie de mon corps de magnifiques dessins.

Cinéma – Je vais chaque semaine au moins une fois au cinéma pour voir un peu tout et n’importe quoi. J’aime être dans une salle de cinéma qu’elle que soit sa taille. Je choisis souvent un film par rapport à l’heure ou je suis devant le cinéma.

Apprendre à devenir raisonnable – On ne peut pas faire tout ce que l’on veut. Il y a d’une part le travail et de l’autre côté les journées ne font que 24h00 et je dois dormir la nuit. Il faut apprendre à gérer au juste et faire des choix. Dur dur de choisir.

Découvrir – Il en faut jamais rester sur ces certitudes. Il faut toujours aller plus loin, comprendre, s’enrichir, apprendre, réfléchir. Si j’aime ou pas, il faut pouvoir comprendre, en discuter, argumenter… C’est ainsi que l’on peut s’approprier les choses et comprendre et tolérer au mieux ce qui nous entoure.

Lecture en transport – Je ne lis presque que dans les transports en commun. Sinon, dans les lieux d’attente. 🙂

Communauté de lectrices – J’adore regarder les couvertures des autres lectrices en transport. J’ai l’impression d’appartenir à une communauté de lectrices spéciales. Il faut dire que c’est rare les hommes lecteurs. 🙂

Le chocolat – Je suis gourmande de chocolat et j’avoue que cela me remonte très souvent le moral. Un peu comme les oursons en chocolat au lait.

Le thé – Une bonne journée ne peut se faire sans boire un thé.

La librairie – Difficile de résister à la tentation de rentrer dans une librairie. J’adore me ballader à l’intérieur. Lire les notules. Faire des photos. Et surtout discuter avec le libraire, surtout s’il est charmant. Lorsque ce dernier me dit aimer les livres, il en devient charmant 🙂

1- As-tu toujours aimé lire ?
Quand j’étais plus jeune, j’aimais le support livre et la possibilité qu’il pouvait m’emmener partout.

2- Si tu étais Thursday Next, dans quel livre souhaiterais-tu entrer ?
C’est quoi Thursday Next?  J’aimerai rentrer dans n’importe qu’elle livre que je n’ai pas lu, tant que ce n’est pas du meurtre ou du très triste.

3- Quelle ville a pour toi le plus fort potentiel littéraire ?
Tokyo ou New-York

4- Avec quel détective souhaiterais-tu suivre une enquête ?
Je ne lis pas souvent de policier. Je ne connais que les classiques. Docteur Who, cela compte?

5- Quel livre n’est pas assez connu à ton goût ?
Je n’ai pas assez de culture littéraire pour cela.

6- Quel livre n’arrives-tu pas à finir ?
Belle du Seigneur. Trop trop chiant.

7- Quel auteur, lu il y a longtemps, t’étonnes-tu de ne pas avoir relu depuis ?
Mon bel oranger  de José Mauro de Vasconcelo

8- Quelle est votre héros(ïne) préféré(e) de Shakespeare ?
Je n’ai pas lu encore Shakespeare. Je vais le voir au théâtre et je ne suis pas encore très convaincu pour le lire.

9- Pour le moment, quel est ton coup de coeur de l’année ?
Le vieux qui ne souhaitait pas fêter son anniversaire.

10- Liseuse or not liseuse ?
Not liseuse. J’aime le papier, sa texture et son odeur.

11- As-tu une autre passion en dehors de la lecture ?
J’aime aller au théâtre, au cinéma et découvrir des choses. C’est un vraie passion.

A mon tour de taguer 11 personnes avec 11 questions 🙂
Asphodele 
Georges Sand et moi et sa réponse
Deuzenn’s Garden
La jument verte et sa réponse
Le blog de Yuko
Camille
Adalana
L’oeil qui fume
Denis 
Près du feu et sa réponse
A vue de nez

Les onze questions
1) Quel est ton premier souvenir de lecture?
2) Si tu étais un auteur, qu’elle livre aurais-tu aimé écrire?
3) Quel livre offriras-tu à quelqu’un qui n’aime pas trop lire et que tu as vraiment aimé?
4) As-tu assez de place pour ranger tous tes livres chez toi?
5) Vas-tu emprunter des livres à la médiathèque?
6) Qu’est ce qui t’a donné envie de créer un blog autour de tes lectures?
7) Comment choisis-tu tes lectures?
8) Si tu étais un héros ou héroïne lequel souhaiterais-tu incarner?
9) Vas-tu voir au cinéma les adaptations de romans/bd?
10) Combien de livres te restent-ils à lire dans ta PAL?
11) Combien de temps peux-tu rester sans lire?

Et puis Paulette… – Barbara Constantine

images-28

Les chats, s’est simple, il ne les aimait pas. Fourbes, sournois, voleurs et compagnie. A peine bons à chasser les souris et les rats. Et encore, si on tombait sur un bon. Question obéissance, on savait d’avance que c’était zéro. Et pour l’affection, c’était quand ils voulaient. Possible aussi que ce soit jamais!
Résultat : le soir même du déménagement, la boule de poils s’est installée sur son lit, sans qu’il ose le chasser, il était si petit…, le deuxième, sous l’édredon, collé tout contre lui, le museau dans le creux de l’oreille, carrément trognon, le quatrième, il faisait ses griffes sur les pieds du fauteuil, sans que cela n’éveille en lui le moindre pincement, la moindre émotion, et arrivé à la fin de la semaine, il mangeait sur la table dans un bol marqué à son nom. Manquait plus que le rond de serviette pour que ce soit complet!

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

4ème de couverture
Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. A l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus ( 6 et 8 ans ) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette….

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

Et puis Paulette… ce livre, gros coup de coeur des libraires et de la presse, m’a tenté par son gentil résumé plein de bons sentiments. Un petit ouvrage qui nous emmène au pays des bisounours où tout est presque beau et gentil. Ces vieux qui décident d’habiter ensemble, de faire de la culture bio et pourquoi pas même installer des toilettes sèches.

Les pages se tournent avec douceur et rien ne perturbe la lecture. Bien au contraire, il est très pratique pour se vider la tête et penser à autre chose, voir à rien. Son soupçon de partage donne envie de croire au partage, à l’échange et à la générosité. Nous ne sommes pas vraiment dans une société au chacun ne pense qu’à soi, il peut être amener à vouloir aider les autres et sortir du carcan de l’épanouissement personnel par la consommation.

Un bon petit livre d’été, de plage histoire de lire du très léger et du positif.

Opium – Maxence Fermine

images-21

Dès l’adolescence, Charles Stowe avait pris l’habitude de boire plus de quinze tasses de thé pa jour. Cela lui donnait une énergie hors du commun et un penchant précoce pour la méditation. Et surtout, lorsqu’il  buvait du thé, il lui semblait respirer le parfum de chacune des femmes, qui avaient cueilli, pour lui, pour ces feuilles étranges à l’arôme doux et amer. Un parfum dont il s’enivrait sans jamais se lasser. 

Il pensa que le bonheur était aussi impalpable qu’une bouffée d’opium, aussi éphémère qu’une gorgée de thé. 

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

4ème de couverture
C’est une route aux mille parfums, aux mille périls aussi : celle qui, partant de Londres pour atteindre les Indes, se perd irrémédiablement dans l’Empire de la Chine. Un périple que l’on nomme la route du thé. Pour la première fois, en 1838, un homme va s’y aventurer, décidé à percer le secret des thés verts, bleus et blancs, inconnus en Angleterre. Au fil de son voyage, il va rencontrer Pearle, un riche négociant irlandais, Wang, le gardien de la vallée sacrée, Lu Chen, l’invisible empereur du thé, et Loan, une Chinoise aux yeux verts qui porte, tatouée sur son épaule, une fleur de pavot. Au terme de sa quête, l’opium. Un amour que l’on ne choisit pas.

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

Une couverture légèrement verte, des fleurs de pavot et une femme au regard lointain. Pour une fois, ce n’est pas une simple illustration, c’est une mise en bouche des éléments clés de l’histoire. Charles Stowe, influencé par son père tombe amoureux du thé et par conséquent du thé. Pour respecter une parole donnée à son père, il va partir dans l’empire du milieu. Il va aller à la découverte du thé tout en partant en quête du thé blanc et de cette femme qui a conquis son coeur.

Me voilà embarqué dans un conte philosophique où je tourne chaque page avec un bonheur simple et évident. Une aventure, de l’amour, de la folie, de la peur, un délicieux mélange servi avec une plume simple et au combien efficace. J’étais parti dans les denses forêts en plein coeur de la Chine en quête de ces feuilles de thé et de l’opium. Un vrai délice de lecture. J’ai beaucoup apprécié la référence à Robert Fortune, cet anglais qui a vraiment fait l’aventure pour découvrir le secret du thé et qui y est arrivé, d’ailleurs.

Bref, une bonne lecture dont il serait bien dommage de passé à côté.

Merci Asphodèle du conseil 🙂

L’avis du Bison : leranchsansnom.free.fr
L’avis d’Asphodèle : leslecturesdasphodele.wordpress.com

Du même auteur
Neige

Si vous avez aimé, vous aimerez
Soie – Alessandro Barrico
La route du thé et des fleurs – Robert Fortune

Jaimemonlibraire81330859_p logo-jacques1

Ernest et Célestine, musiciens des rues – Gabrielle Vincent

Unknown

– Tu es triste, Ernest?
– Non, je réfléchis. Il faut trouver de l’argent!

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49
Quatrième de couverture
Il pleut dans le grenier ! Il faudrait réparer le toit. Mais comment faire ? Cela coûte cher ! Célestine a une idée : et si Ernest jouait du violon dans la rue ?

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

C’est toujours avec un plaisir simple que je lis les aventures d’Ernest et Célestine. J’ai découvert ces personnes avec Pennac, qui a rendu hommage à une amie, Gabrielle Vincent avec laquelle il a correspondu pendant des années. Ernest, l’ours et Célestine, la souris, s’apprécient vraiment, comme de véritables amis. La morale est toujours positive. Ici, suite à une fuite dans le grenier, les personnages doivent trouver une solution pour réparer  le toit avant l’hiver. Pour cela, suite à des échanges, ils vont chanter et jouer de la musique dans les rues. Grâce à l’argent récolter, ils vont faire des courses, partager un bon repas et s’offrir de beaux cadeaux. Il ne reste plus d’argent, mais l’important c’est d’avoir partagé un bon moment ensemble.

Une belle série à offrir aux enfants et à lire avec eux, encore et encore.

Du même auteur
Un jour, un chien

Si vous avez aimé, vous aimerez
Ernest et Célestine de Daniel Pennac

challenge-2