L’erreur est humaine – Woody Allen

51ThlJG6HLL._SY445_

Je n’avais jamais rien vu de tel, déclara Homer Pugh, le chef de la police. D’habitude, ces choses-là n’arrivent jamais au Ruisseau de Wilton. Il y a bien eu la fois où quelqu’un est entré par effraction dans la boulangerie du coin et a aspiré toute la confiture des beignets. Mais au troisième coup, on a placé des tireurs d’élite sur le toit, et surpris le coupable en flagrant délit; il a été abattu sur-le-champ.

Quand à savoir si la peine de mort a un pouvoir effectivement dissuasif, cela demeure discutable, en dépit des études tendant à prouver que les criminels commettent moitié moins d’infractions après leur exécution. 

Eussé-je été un encornet que ce préambule aurait suffi à déclencher une éjaculation d’encre noire. 

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

4ème de couverture
« Ce que je sais, en physique, c’est que pour un homme se tenant sur la berge, le temps passe plus vite que pour celui qui se trpuve en bateau – surtout si ce dernier est avec sa femme. »

Dans L’erreur est humaine, Woody Allen renoue avec un sens du décalage, de la dérision et de l’absurde qui rappelle l’esprit de ses premiers films. Avec, comme toujours, des dialogues à hurler de rire.

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

La quatrième de couverture annonce un livre avec des dialogues à hurler de rire. Mais je crois que l’attachée de presse a prie une matière illicite pour rédiger la présentation. En effet, je trouve que l’absurdité et le non-sens est assez sympathique mais pas au point d’hurler de rire. Le sourire au coin des lèvres, j’ai prie plaisir à lire les nouvelles avec des situations plus rocambolesques les unes les autres.

Woody Allen a du talent aussi bien pour écrire que pour filmer et n’a pas vraiment d’équivalent. Une très bonne surprise que ce livre. Si un jour par hasard je retombe sur un de ces recueils, je pense céder à la tentation de l’étrange et du surprenant.

81330859_p challengeus