La mécanique du coeur – Mathias Malzieu

9782290012451fs

Leur jeu préféré consiste à m’enseigner des mots nouveaux. Elles ne me révèlent jamais leur sens, mais s’appliquent à ce que je les prononce parfaitement. Parmi tous les noms merveilleux qu’elles m’apprennent, mon préféré restera « cunnilingus ». J’imagine un héros de la Rome antique, Cunnilingus. Il faut le répéter plusieurs fois Cu-ni-lin-guss, Cunnilingus, Cunnilingus. Quel mot fantastique!

Si tu as peur de te faire mal, tu augmentes les chances, justement de te faire mal. Regarde les funambules, tu crois qu’ils pensent au fait qu’ils vont peut-être tomber lorsqu’ils marchent sur la corde raide? Non, ils acceptent ce risque, et goûtent le plaisir de braver le danger leur procure. Si tu passes ta vie à faire attention de ne rien te casser, tu vas terriblement t’ennuyer, tu sais… Je ne connais rien de plus amusant que l’imprudence!

Minuit pile derrière le train fantôme, mettez vos lunettes pour ne pas vous cogner à la lune et attendez-moi.

Cette nuit, je vais grimper à la lune, m’installer dans le croissant comme dans un hamac et je n’aurai absolument pas besoin de dormir pour rêver. 

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

4ème de couverture
Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à. l’accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d’éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d’état amoureux. Mais le regard de braise d’une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve prêt à toit pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l’amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d’une rugueuse force poétique où l’humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très. personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

Dès les premiers mots, j’étais transporté dans l’univers onirique de Tim Burton. Un petit garçon qui a à la place du coeur une horloge. Dès que des émotions fortes le touchent, l’effleurent, l’objet s’affole. Mais comment vivre son premier amour alors? Sa mère d’adoption, docteur Madeleine veut le protéger de souffrir. Mais un jour Jack se bagarre avec Joe et lui crève un oeil. Il va fuir et là débute une nouvelle aventure.

Il va rencontrer Méliés. Rien de moins que Georges Méliès qui va devenir son ami et le réparateur de son coeur. Une rencontre surprenante où j’imagine sans peine les échanges loufoques qu’ils peuvent se faire. Il va retrouver sa belle mais l’amour n’est jamais une chose simple quelque soit l’âge que l’on a. Le trouble émotionnel avec son lot de doute va toucher ces personnages, tellement entier, authentique.

Je suis partie dans un fabuleux univers rempli de poésie, de rêves, d’espoir, d’innocence, d’amour, d’amitié. Un conte pour les grands comme pour les petits avec tout ce qu’il faut pour ne plus le lâcher des mains. Bref, il me le faut dans ma bibliothèque pour relire encore une fois, et encore et mettre ainsi des milliers d’étoiles dans mon esprit.

L’avis de Métaphore : metaphorebookaddict.wordpress.com/2013/06/26/la-mecanique-du-coeur-mathias-malzieu/comment-page-1/#comment-3288
L’avis de Yuko : art-enciel.over-blog.com/la-mécanique-du-coeur-de-mathias-malzieu

Ce qu’en dit la presse
Le Figaro : Onirique, sombre et envoûtant
Les Inrockuptibles : La mécanique du coeur est le genre de livre qu’on aurait aimé lire quand on était enfant, à la lampe de poche, caché sous les draps après l’heure du couvre-feu.
Elle : On reconnaît l’incroyable talent de Malzieu pour les images désopilantes, enfantines et irréelles.

Du même auteur
Métamorphose en bord de ciel

Si vous avez aimé vous aimerez
L’étrange Noël de M. Jack
Coraline

81330859_plc-sapristi-mais-tu-nas-jamais-lu-ce-livre

Métamorphose en bord de ciel – Mathias Malzieu

images

Ici, tout est beige et gris décati avec de grandes fenêtres sévères. Chaque pas sur le linoléum fait le bruit d’un pansement qu’on arrache. Les gens s’ennuient, pleurent, crient. Des proches apportent des fleurs, un sourire cousu sur leur visage ; ils se débrouillent pour que leurs larmes coulent à l’intérieur de leurs orbites. Des blouses blanches aux gestes mécaniques, hantent les lieux. Bienvenue au service de cancérologie.

Six heures du matin. Le chef d’orchestre des interrupteurs fait claquer les néons et l’hôpital s’embrase comme un soleil électrique. 

Je voudrais hiberner et me réveiller guéri. Cette idée me réchauffe pendant quelques secondes. Puis la réalité refait surface.

Je prends les arbres dans mes bras et j’essaie de lire un peu. Je cherche les stimulations, mais la Betterave a installé un périmètre de sécurité autour de mes rêves, on se croirait sur les lieux du crime.

 Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

4ème de couverture
Tom Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire. Jusqu’à ce qu’un médecin qui le soigne pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu’il appelle  » la Betterave « . Lors d’une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l’hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de voler rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : « Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, ruais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l’amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter. » Dans la tradition de ses contes pour grands enfants, Mathias Malzieu nous raconte l’histoire merveilleuse d’un homme qui veut tuer la mort et tutoyer les cieux. Ce faisant il nous livre une réflexion rare sur le pouvoir de la vie, et de l’amour.

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

Ce livre est rattaché à un souvenir. Je suis allée à une lecture d’extraits de ce livre par Mathias Malzieu. Il arrive vers la scène et une ambiance toute particulière débute. Son physique et son charisme m’a tout de suite attiré. Il s’assied, pose son livre sur un pupitre et dépose son youkoulélé sur sa jambe. Il lit quelques phrases, joue de l’instrument, chante. Puis à un moment, il ouvre un objet, se lève, se déplace dans le public et jette des plumes un peu partout sur le public. Il est son personnage, il est M. Cloudman.  J’étais émerveillée d’une telle situation. Incroyable, improbable et surprenant. Voilà.

Alors voilà, quand la géniale Métaphore a proposé dans le cadre de son challenge Jacques à dit avec l’aide de Minou comme sujet la même lettre pour le nom et prénom de l’auteur, ce livre rentrait dans les conditions. Direction la médiathèque, rayon jeunesse pour emprunter ce livre. J’ai attendu deux jours pour l’ouvrir et le dévorer en deux jours.

J’ai été séduite par l’univers onirique du chanteur de Dionysos, j’ai tout de suite été emmené dans l’univers farfelu de Tom. Un rêveur loufoque qui aime l’éphémère et l’émerveillement. Même atteint d’une grave maladie, son monde imaginaire reprend le dessus, même si la femoiselle y est pour beaucoup. Le sujet de la maladie se retrouve chez beaucoup d’auteurs, mais l’approche varie toujours. Ici, il prend le choix de l’espoir et d’une idée de métamorphose. Ici pas de mort juste une autre étape vers autre chose qui demande d’accepter sa situation physique.

J’ai retrouvé l’univers de Tim Burton en noir et blanc et de Benjamin Lacombe. Lorsque je rentrais chez moi, le chant des oiseaux me paraissait plus magique. Lui aussi était peut-être un homme avant et à renaît dans la peau de cette petite mésange.  J’ai été emmené loin avec les images qui provoquent des visions de couleurs, d’odeurs ou de sensations. Un vrai délice à chaque page. Maintenant, je n’ai qu’une envie lire un autre livre de Mathias Malzieu.

Site officiel : www.metamorphoseenborddeciel.com

Du même auteur
La mécanique du coeur

Livres sur le sujet de la maladie
Little Joséphine – Raphaël Sarfati et Valérie Villieu
La pluie avant qu’elle tombe – Jonathan Coe
Oscar et la dame en rose – Eric-Emmanuel Schmitt

logo-jacques1challenge-2critiquesABC2013