La guerre des salamandres – Maison des Métallos

La littérature de science-fiction a travers le temps à fait de nombreuses prédictions qui se sont révélées exactes. Karel Čapek en 1935 raconte une folle épopée où des salamandres se rebellent contre l’exploitation humaine. La fin du monde est-elle proche?  Lire la suite

L’avenir dure longtemps – Maison des métallos

Tuer quelqu’un est-ce si difficile? Et est-ce que cela change véritablement les personnes? Michel Bernard a décidé de raconter l’histoire Louis Althusser qui a étranglé sa femme et a fini dans un centre psychiatrique. L’avenir alors dure t’il longtemps?  Lire la suite

Nés Poumon noir – Maison des Métallos

PoumonNoir-c-Juliette-DelpechLe spectacle Nés Poumon noir a sa place toute trouvée à la Maison des métallos. Le passé ouvrier belge rencontre le passé ouvrier français dans un lieu à diffusion artistique et de découvertes culturelles. Direction un concert d’enfer dans la fumée des usines.

Lire la suite

L’homme qui valait 35 milliards ou Un indien dans la ville

lhomme-qui_0

Le collectif Mensuel, complètement barré et belge, adapte le roman de Nicolas Ancion,L’homme qui valait 35 milliard, sur scène à la Maison des Métallos. Trois comédiens-chanteurs, accompagnés de deux musiciens-chanteurs (guitare/batterie) et un écran géant pour la projection afin de raconter l’enlèvement de Lakshmi Mittal.

Lire la suite

René, qu’est-ce qui te fait vivre? à la Maison des Métallos

thumbLaurence Vielle, auteure et comédienne a décidé de donner la parole à ceux qui vivent où passent un moment dans un centre hospitalier psychiatrique. Accompagnée d’un musicien, Bertrand Binet et d’une plasticienne, Eva Grüber, ils donnent une autre réalité aux réponses à la question : Qu’est ce qui te fait vivre ? Lire la suite

L’oeil du loup – Daniel Pennac et Clara Bauer à la maison des Métallos

oeil-du-loupLe spectacle L’oeil du loup c’est d’abord une histoire d’une rencontre : celle d’un fabuleux auteur, Daniel Pennac et d’une metteuse en scène italienne, Clara Bauer. Et cela à donner naissance à une histoire extraordinaire.

Un jour Clara Bauer a pris contact avec Daniel Pennac car il voulait adapter son roman jeunesse L’oeil du loup de théâtre. Interloqué et surpris, il se demande comment rendre cela possible car l’histoire se déroule dans le monde entier. Mais il connaît le talent et la tenacité de la femme avec qui il a déjà travaillé pour la mise en scène de son roman Journal d’un corps. Puis le projet est lancé, les comédiens trouvés. Et quels comédiens en plus. Vincent Berger et Habib Dembélé passent les costumes du loup, de la chèvre, du chameau, de petits garçons….

Le spectacle débute avant même l’arrivé de tout le public. Un homme tourne autour de luminaire comme une sorte d’animal blessé. Les gens s’interrogent pour savoir ce qui passe, jeux ou folie? Puis la lumière descend totalement et la lumière ne reste que sur scène. Le comédien est un loup qui tourne dans sa cage. Un loup qui a un oeil blessé, pourquoi s’interroge le jeune homme, Afrique? Mais cela vaut bien une histoire extraordinaire.

Le loup autorise le jeune garçon à découvrir son histoire à travail son oeil blessé. A partir de ce moment, j’ai été emporté dans un voyage surprenant dont j’en garde encore de merveilleux souvenir. On va apprendre l’histoire de ce loup sauvage d’Alaska capturé pour être exhibé dans le zoo et aussi découvrir l’histoire de cet enfant abandonné qui a possède le talent de conteur et de parler avec les animaux.

Avec quelques costumes, quelques changements de décors par le biais d’accessoires qui sont bougés par un homme parlant en espagnol que l’on voit sur scène. Il participe au spectacle et échange parfois avec les comédiens; cela donne un côté décalé, loufoque très rigolo. La simplicité et l’ingéniosité du décors donne un charme qui se complète à merveille avec la talent des artistes. J’étais émerveillée jusqu’à la rencontre avec les artistes car j’ai voyagé partout.

oeil-du-loup-4

J’ai eu un véritable coup de coeur pour la scène quand Habib Dembélé  joue un chameau qui transporte le jeune Afrique avec qui il a lié d’amitié. Il parle avec un mors dans la bouche tout doucement, comme le rythme de marche de l’animal. Et le jeune Afrique est derrière comme si il était dans son dos et échange sur l’avenir et sur les histoires. Cela peut paraître simple décrit ainsi, toutefois je vous assure que sur place j’étais dans le dessert et je voyais un chameau qui parlait avec un enfant.

j’ai vraiment eu un véritable coup de coeur pour ce spectacle tellement emplie de tendresse, de douceur, d’onirisme, d’imagination…. Et un grand bravo aussi bien à l’équipe du spectacle que celle du théâtre, la Maison des métallos, qui pris le génialissime risque d’accueillir le spectacle dans ces murs. Alors, si prêt de chez vous vous voyez ce spectacle, courrez-y, je vous garantie les paillettes qui pétilles dans vos yeux en sortant et pendant longtemps. Au pire, courrez-vous voir votre libraire et prenez un peu de magie Pennac.

Lien vers le théâtre

Ce qu’en dit la presse

Télérama (TTT)
« Le conte de Daniel Pennac, porté à la scène par Clara Bauer, bien loin de perdre de sa profondeur et de sa beauté, renaît ici sous une nouvelle forme, l’émotion restant vibrante. On ne peut que saluer le travail collectif qui a présidé à cette création (adaptation, mise en jeu, en espace…). Sans oublier la magistrale interprétation de cette histoire d’amitié. »

L’Humanité
« Quels acteurs ! Vincent Berger, excellent, et Habib Dembélé, acteur malien enchanteur, à la voix et au geste magnétiques. Ils changent de personnage, cherchent les situations, jouent avec des objets et convoquent des lieux imaginaires. […] Ils trouvent en eux toute la liberté et la poésie pour composer le souffle des neiges de l’Arctique et du sable du Sahara. Ils parviennent avec émotion et humour à y embarquer le public avec eux. »

Toute la culture
« On est saisis par la poésie et la justesse de la proposition qui sans mélo, nous touche en plein cœur. Un merveilleux conte à voir dès 10 ans dont la devise semble être : osez regarder le monde, que vous soyez comédiens ou personnages, il n’est pas si laid. »