Blond and Blond and Blond au Sentier des Halles

illustrationBBB1

Tø, Glär et  Mår sont frères et soeur et ont grandi dans un orphelinat en scandinavie. C’est grâce au père Olav et radio Nostalgie qu’ils ont découvert la musique et se sont passionnés pour musique française, ils ont décidé de venir sur le territoire pour conquérir le public autochtone. Ainsi, ils décident de rendre « Hømåj » à la chanson pour proposer leur interprétation des grands classiques comme Chantal Goya ou Ophélie Winter.

Lire la suite

Meurtres à la table de billard – Glen Baxter

Unknown

– Mais vos parents furent-ils prévenus? s’enquit oncle Roderick.
– Ne me parlez pas de ces deux-là! siffla Gladys. Plutôt que de me donner la petite rallonge que je leur demandais pour couvrir mes achats de produits chimiques, ils ont préféré vendre la maison, changer de nom et quitter le pays.

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

4ème de couverture
Pris séparément, les éléments qui composent une table de billard sont parfaitement inoffensifs. Ce que peu de gens savent, c’est qu’une fois mélangés, ils peuvent devenir redoutablement meurtriers. Pourtant, à la découverte du premier cadavre, l’inspecteur Trubcock a de quoi être sceptique. Scepticisme qui sera de courte durée puisque la liste des morts va bientôt s’allonger. Avec quelques points communs : tous ont mangé des cannellonis, tous ont été les amants de la redoutable Gladys Babbington Morton. Une poursuite effrénée s’engage alors qui, durant de longues années et aux quatre coins du globe, mènera notre intrépide inspecteur de Scotland Yard sur les traces de cette femme mystérieuse, acquise au crime depuis l’âge de quatre ans et dédaigneuse des lois de la société civilisée autant que des principes fondamentaux de la cuisine toscane. Où il sera question, entre autre, d’aéronef, de robots gentlemen, de chapeau-gramophones ou de chaussures de claquette en éponge…

On connaissait l’illustrateur Glen Baxter (Le livre de l’amour) pour ses dessins parfaitement incongrus et absurdes au plus haut point. Cette première incursion dans le roman (illustré bien entendu) confirme qu’on est en présence soit d’un fou furieux soit d’un humoriste de génie (ce qui n’est pas incompatible). – Georges Louhans

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

Voilà une lecture bien surprenante. On retrouve tout ce qui est relatif au policier : des meurtres, une tueuse folle, un policier de Scotland Yard, un billard, une poursuite et de l’amour. Tout les ingrédients y sont, mais le mélange ne donne pas toujours ce que l’on croit. Si on ne connaît pas l’humour absurde anglais avant on connait tout à fait après. Un exemple pour que cela soit plus parlant? La tueuse a un signe distinctif, il y a toujours un billard à proximité du mort. Un billard? Oui, promis.

Le texte rencontre l’image. Des dessins en noir et blanc illustrent le texte d’une façon assez décalée. Chaque page est une surprise en ce qui concerne l’évolution de l’histoire. On s’inquiète, on se surprend à être surpris et on va jusqu’à s’interroger de sa propre lucidité. Suis-je folle? Non. Peut-être qu’un grain de folie est venue délicatement germer dans mon cerveau depuis la lecture. Va falloir que je lise un autre ouvrage du même auteur pour faire pousser la graine.

Bref, une lecture surprenante qui monte le talent à afficher leur particularité culturelle.

keep-calm-and-readchallenge-2