Sin city : The Hard Goodbye – Tome 1 – Frank Miller

jpeg4ème de couverture
Sorti pour la première fois en France en 1994 (un an après sa sortie en album aux États-Unis), le premier volume de la saga de la Ville du péché est considéré comme une des oeuvres majeures de Frank Miller, qui a marqué l’histoire de la bande dessi-née. Politiciens véreux, prostituées, femmes fatales, voyous et pauvres types se croi-sent dans les pages de Sin City, composant une fresque cynique et parfois ironique d’une société malade. Hybridation entre roman noir, univers des super-héros et codes du manga, Sin City surprend encore aujourd’hui par son scénario admirable-ment construit et l’élégance puissante du noir et blanc de Miller. À l’occasion du vingtième anniversaire de sa première sortie, Rackham réédite l’intégralité de la série dans un nouveau format et avec de nouvelles couvertures, en commençant par ce premier volet qui va prendre désormais le titre de The hard goodbye que Miller lui a attribué en hommage à Raymond Chandler.

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.51.27

Franck Miller. Ce nom vous évoque forcément quelque chose, même que ce soit uniquement comme un maître du comics ou comme un dessinateur qui maîtrise le noir et le blanc avec talent. Alors partons à la découverte de Sin City, son oeuvre qui marqua et va marquer encore longtemps l’univers du 9ème art.

sin-city-1

Dans un univers tout en noir et blanc, dans des contrastes très marqués, Franck Miller va nous plonger dans une Amérique où règne la loi du plus fort, du plus riche et du plus véreux. L’espoir n’est que l’apanage des innocents qui croient qu’il est possible d’avoir des lendemains meilleurs. Marv, solitaire, taciturne, bourru à quelques principes comme il faut respecter les femmes et là dessus, il est intransigeant. Alors lorsqu’une sublime femme s’offre à lui sans rien demander en échange, qu’il la retrouve morte dans son lit au réveil et que les flics arrivent. Il se doute que quelque chose cloche et pourquoi tuer une si innocente et adorable femme. Cela ne va pas en rester là et sa vengeance sera terrible.

The-hard-goodbye-ill

Qui a voulu tuer Goldie? Pour cela, il va mener son enquête qu’importe ce qu’il va se trouver sur le chemin. Mais au fur et à mesure, les choses les plus noires vont apparaître et ça va saigner. Enfant muet qui adore dévorer les femmes et naturalise leurs têtes comme des trophées, la police qui tue sans vergogne des innocents…. la noirceur envahit chaque parcelle d’humanité qui subsiste. On s’en prend plein la tête et plein les yeux avec cette histoire intense sans demi-mesure qui est renforcée par ce travail du noir et du blanc. La violence des scènes ne nécessite nullement de couleurs et notre imagination complète ce que l’on ne peut voir.

Sin-City-Comics-Une

Les femmes sont sublimes et la violence est dense. Le découpage rythme à l’histoire et les pages se tournent avec une intensité surprenante. Impossible de ne pas regarder ces sublimes dessins dans le détail tellement il s’en dégage quelque chose de puissant. En plus, du côté esthétique, on trouve un côté critique sur l’hypocrisie des politiques, des religieux, de la police… A lire absolument mais attention, une fois que l’on tombe dedans on a envie de connaître toute l’oeuvre de cet artiste incroyable.

9782878271652_1_75

Des filles et des flingues – Frank Miller

37692_1762278

4ème de couverture
Un gars paumé recherche un peu de chaleur dans les bras d’une fille à la beauté renversante, une petite frappe est à la recherche d’un coup tordu à faire, des pauvres types ne font que se retrouver au mauvais moment au mauvais endroit, pendant qu’un grand gaillard marche silencieux sous la neige… Onze histoires courtes où l’on retrouve des personnages bien connus : Marv, Miho ou le tandem Klump & Schlubb. Tueurs, règlements de comptes et femmes fatales sont, comme à l’accoutumée, au rendez-vous…

Après le jaune de Cet enfant de salaud, Frank Miller ajoute des petites touches de couleur à l’univers en noir et blanc de Sin City… du bleu, du rose, du rouge pour souligner caractères et situations. À l’occasion du vingtième anniversaire de la publication du premier épisode de Sin City, Rackham réédite l’intégralité de la série dans un nouveau format et avec de nouvelles couvertures, spécialement dessinées par Frank Miller. Couverture cartonné, dos rond, tranche-fil rouge… tout pour en faire un collector.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

La noirceur ne provoque en vous aucune peur. Alors plonger dans l’univers de Frank Miller avec Sin City où la violence, le racisme, l’homophobie, la misogynie se côtoient avec une harmonie surprenante. La couleur est utilisée avec parcimonie sublimant certains personnages ou situations. Prêt pour un bon vers un ailleurs?

Des filles et des flingues est un particulier par rapport aux autres livres de la série Sin City. Ce sixième ouvrage se compose de onze nouvelles où l’on retrouver certains personnages comme Marv, ce gros dur qui veut faire respecter la justice avec ces poings et son révolver. Il ne supporte pas la violence gratuite, le viol et les enlèvements d’enfants. Pour cela, il est prêt à tout affronter jusqu’à ce prendre des balles. En toile de fond, on voit la séduisante Nancy, qui danse comme une déesse et fait rêver bien des hommes. Car attention, ici les femmes sont souvent fatales. Pas de femmes qui ont toujours besoin d’un homme pour les défendre. Leur charme est leur premier atout, puis après elles ont l’intelligence et le courage. Pas de sentiments larmoyants, une bonne lame ou un talon dans un oeil et ces messieurs pleins de haine vont nourrir les asticots.

Des-filles-et-des-flingues-ouv-300x171

Saisissant de violence et de cruauté, Franck Miller nous emmène dans un futur lointain et pourtant si proche à la fois. Le fait que toute l’histoire soit en noir avec nuance de blancs avec parfois une pointe de couleur sur les femmes souvent super sexy. Les histoires courtes sont percutantes. Cela rappelle d’ailleurs souvent qu’une image peut avoir plus d’impact qu’un long discours. Les pages se tournent vite avec délice où je plonge dans la noirceur d’un monde injuste et sans espoir. Le bonheur se limite juste à ne pas mourir dans la journée.

SC Nancy

Un coup de blues et des idées noires, passez votre chemin. Par contre, envie de découvrir un grand maître du comics américain, ce livre est une bonne mise en bouche qui vous donnera surement envie de découvrir les autres tomes voir même regardez les films.