Le Fantôme des Canterville – Jean-Luc Cornette et Christophe Hanze

51PGHQNCDXL._SX258_BO1,204,203,200_Titre : Le Fantome des Canterville
Dessinateur : Christophe Hanze
Scénaristes : Jean-Luc Cornette et Oscar Wilde
Editeur : Delcourt
Date de publication : 01 Janvier 2004

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.51.27

4ème de couverture
La famille américaine Otis a acheté un vieux château en Angleterre : le château des Canterville. Mais en s’appropriant cette demeure imposante, elle devient également propriétaire du terrible, du monstrueux, du sanguinaire fantôme des Canterville. Le fantôme va se faire un devoir d’effrayer et de faire fuir les nouveaux occupants. Il n’est pas au bout de ses peines !

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.51.27

En 1887, Oscar Wilde a publié une nouvelle Le Fantôme des Canterville qui a été adapté en bande dessinée pour le jeune public. Il faut dire que les histoires de fantômes séduisent aussi bien les petits que les grands. Alors pourquoi s’en priver?

Je me souviens d’avoir été voir l’adaptation de la nouvelle au théâtre, en anglais lorsque j’étais encore au collège. Je n’avais bien entendu rien compris mais l’histoire d’une tâche de sang qui n’arrête de réapparaître quelque soit le nettoyant, m’avait plu. C’est ce fameux fantôme qui d’ennui repeint la tâche avec ce qu’il trouve. Le jour où il ne trouve plus de peinture rouge, il se sent obligé d’utiliser de la peinture verte. Pour passer le temps, il va essayer de faire peur à ces arrivants américains. Mais ils ne craignent rien, contrairement à ces fameux british. De plus, les enfants lui font des farces et on va même lui proposer de la graisse pour ces chaînes. Heureusement que la douce Virginia faisant preuve d’écoute et de compassion va aider au fantôme de trouver la paix et le repos éternel.

J’ai adoré cette petite histoire toute rigolote et mignonne sur ce pauvre petit fantôme malheureux et malmené. Il a tué sa femme et pour cela, il est condamné à hanter ce château mais il n’a plus trop le coeur à cela. Heureusement, qu’une très gentille fifille à son papa va l’aider. C’est un peu niais comme histoire mais cette bande dessinée s’adresse à des enfants, alors il faut que cela soit très bon enfant, peut-être un peu trop. Mais j’adore les dessins, l’histoire allégée et les couleurs. En tout cas, j’ai très envie de relire la nouvelle de ce filou d’Oscar Wilde et de voir où sont les  modifications.

Une bande dessinée bien sympathique pour faire découvrir une bonne histoire anglaise de fantôme et un auteur très prolixe, à des enfants.

9782840553243_pg

Ghostopolis – Douglas TenNapel

imgres4ème de couverture
Le jeune Garth ne pensait pas découvrir si tôt le monde des spectres ! Propulsé par accident à Ghostopolis par Franck Gallows, un chasseur de fantômes un peu usé, il s y découvre des pouvoirs spéciaux… et de nouveaux ennemis ! Car ses nouvelles capacités font des envieux parmi les puissants. Frank sait que les heures de Garth sont comptées. Il n’a pas le choix : il doit s infiltrer dans Ghostopolis et trouver une issue vers le monde des vivants.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Garth doit bientôt mourir. En tout cas, c’est ce que les médecins annoncent à sa mère. Mais faut-il absolument les croire et baisser les bras?


Bien entendu que non, il ne faut pas baisser les bras d’ailleurs il va vite s’en rendre compte. Sans faire exprès, il tient un squelette de cheval qui passe dans sa chambre qui l’emmène dans un univers bien particulier. Direction Ghostopolis, la ville des fantômes où normalement ne vivent que les morts. Par chance, il se lie d’amitié avec le cheval et il retrouve son grand-père qu’il n’a jamais connu.

Mais un vivant ne peut rester dans cet univers sans être repéré. C’est alors que Franck Gallows, chasseur de fantôme, responsable de ce voyage va tout faire pour aider le jeune garçon, même s’il a perdu son travail. Il ne va pas pouvoir y arriver sans l’aide de l’amour de sa vie, Claire. Femme active et ingénieuse, elle possède une voiture qui permet de voyager dans l’autre monde.

A partir de se moment une fabuleuses aventures va débuter avec des rencontres extraordinaires avec les divers populations de Ghostopolis. Garth va découvrir qu’il n’est pas un garçon ordinaire car sommeil en lui de grands pouvoirs. Ces derniers vont d’ailleurs changer toute l’organisation de ce monde et va bouleverser sa famille aussi car lorsqu’il va retrouver sa famille, c’est un garçon plus fort qu’il va devenir. de l’autre côté, Franck peut enfin franchir la frontière pour être heureux avec celle qu’il a toujours aimé.

Une superbe bande dessinée que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Très bien dessinée et colorisée avec une mise en texte très réfléchie et constructive. On découvre aussi bien la déchéance d’une ville par un dictateur que les relations d’une famille un peu particulière mais qui s’aime avec la rencontre du grand-père mort devenant adulte. La science-fiction côtoie l’aventure et l’amour pour mon plus grand plaisir de lecture. Si un jour, Douglas TenNapel fait une suite, je la lirais.

Un grand merci à Valentyne qui m’a permis de découvrir cette excellente bd

L’avis de La Jument verte

 

43, rue du vieux-cimetière – tome 2 – Il faudra me passer sur le corps – Kate & M. Sarah Klise

Unknown-3

4ème de couverture
Le MIASME – Mouvement International Autoritaire pour la Sauvegarde Morale de nos Enfants – a décidé que Lester Perrance, onze ans, ne pouvait plus vivre « sans ses parents » au manoir Vranstock, 43, rue du Vieux Cimetière. Ignace Bronchon, auteur de best seller et locataire du manoir, tente de convaincre Dick Tatter, le président du MIASME, que le jeune garçon et lui y vivent parfaitement heureux et en sécurité. Depuis quelques mois en effet avec le fantôme d’Adèle I. Vranstock, ils écrivent et publient des histoires de fantôme très appréciées du public. Mais Dick Tatter ne veut rien entendre : il fait interner Bronchon dans un asile de fous, envoie Lester à l’orphelinat et annonce qu’il projette de faire exhumer le corps d’Adèle. Heureusement, les trois habitants du manoir ne sont jamais à court d’idées et n ‘ont pas l’intention de vivre séparés plus longtemps. D’ailleurs, ils réservent à Dick Tatter une surprise d’halloween dont il ne se remettra pas de sitôt…

M. Bronchon et les autres habitants de la maison auraient pu continuer à vivre tranquillement si le responsable de Miasme (Mouvement International Autoritaire pour la Sauvegarde Morale de nos Enfants ) n’était pas venu mettre son grain de sel.

Tout s’effondre aussi bien l’équilibre au sein de la maison que la confiance des lecteurs. Quelques stratagèmes vont être développés afin de reconquérir le bien-être au quotidien. Et comme dans le tome 1, je me suis laissée avoir par l’histoire, les personnages et la présentation. Toujours des échanges de lettres, le journal de la ville et les fameux dessins de Lester qui rend la lecture facile et agréable.

Mais le côté très enfantin ressort par rapport à certaines situations. A force de lire des romans pour grands, je trouve que certains détails auraient pu être plus recherché ou plus crédibles. Lester est adopté par un fantôme et le vieux grincheux grâce à une lettre que ces parents avaient rédigé en disant ne pas l’aimer. Et la marmotte dans l’histoire, elle emballe le chocolat.

Malgré un petit hic, je vais essayer de pouvoir lire le troisième tome si j’arrive à le trouver dans une bibliothèque.

Mon avis sur le  tome 1

L’avis de Sharon

challengeus Wonderpatate

43, rue du vieux cimetière – Trépassez votre chemin – Kate et M. Sarah Klise

images-24ème de couverture
Ignace Bronchon est sans doute le plus grincheux des auteurs de séries pour enfants. Lui qui n’a pas écrit une ligne depuis vingt ans espère terminer le treizième volume de sa série dans la vieille demeure victorienne du 43, rue du Vieux-Cimetière qu’il a louée pour l’été. Mais il découvre horrifié qu’il doit cohabiter avec Lester, le fils des propriétaires, et – bien qu’il ait quelques difficultés à l’admettre – avec Adèle I. Vranstock, l’ancienne propriétaire. Ou, plus exactement, avec le fantôme d’Adèle…


M. Bronchon, totalement ruiné n’a pas le choix de devoir reprendre la plume après vingt-ans  pour écrire un treizième tome de sa série le Dompteur de fantômes. Cela pourrait sembler simple, mais une maison va lui poser problème.

En effet, il va habiter le temps de rédiger son roman au 43, rue du Vieux-Cimetière. Une demeure qu’il loue. Il croyait bien être seul mais c’est en fait une colocation. Un jeun enfant, Lester abandonné par ces parents dans la maison et le fantôme de l’ancienne propriétaire. M. Bronchon ou grognon, est perturbé par ces habitants non prévus.

D’ailleurs, au début de leur relation, ils ne communiquaient que par courrier. L’histoire se lit principalement par le biais de ces lettres et des extraits du journal local. « Nous rapportons vos secrets. Vos secrets nous rapportent. »Ce qui m’a beaucoup plu en plus des petits dessins enfantins. L’histoire se lit vite avec plaisir, car arriver à la fin, je n’avais qu’une envie, poursuivre la découverte des personnages. Pourtant, j’avais été prévenu dés le début.

« Attention. A partir du moment où vous aurez tourné cette page, les personnes qui ont réuni ces documents déclineront toute responsabilité en ce qui concerne les pensées, les obsessions, les hallucinations et les rêves (ou les cauchemars) relatifs aux fantômes – que ces derniers soient sympathiques ou non. (On vous aura prévenu). »

Une belle histoire d’amour, d’amitié et de partage qui s’apprécie même quand on a plus de 14 ans.

L’avis de Chroniques Littéraires et Sharon

Mon avis sur le tome 2  

challengeus 

Les aventures du jeune Jules Verne – Tome 1 – La porte entre les mondes – Jorge Garcia et Pedro Rodriguez

images

4ème de couverture
Un Jules Verne adolescent vit sa première grande aventure en compagnie de son frère Paul et de sa cousine Caroline.
Le 31 octobre 1837, veille de la Toussaint, ils embarquent tous les trois à bords du « Lady Rowena » : ce qui, à première vue, n’était qu’une simple promenade par un bel après-midi d’automne va se transformer en une expérience onirique au coeur d’un monde magique…

La couverture nous invite à une aventure surprenante où la magie et le suspens sont au coeur de l’histoire.

La veille de la Toussaint, le jeune Jules Verne part avec son frère et sa cousine en quête de l’île où Robinson Crusoé aurait échoué. La ballade les emmène devant des dolmens, Jules rencontre un fantôme. A ce moment là, les enfants se sont enfouis. A partir de ce moment, la magie, les fantômes font leur apparition.

De véritables références à la vie de Jules Vernes ponctuent la bd. « Je parie qu’il s’imaginait être un écrivain plus célèbre que Daniel Defoe« . Mais malgré une lecture assez facile et agréable, il manque un petit quelque chose pour accrocher. Le déroulement va trop vite à mon goût. Il rencontre un fantôme et puis basta. Il voit sa vie future et cela s’arrête ainsi. A moins que je dois lire le tome 2 pour contrer ma frustration.