Barakamon – Tome 4 – Satsuki Yoshindo

barakamon-tome-44ème de couverture
A peine installé dans sa nouvelle résidence, Seishû tombe nez à nez avec la petite Naru, une gamine du village qui le prend en affection et ne tarde pas à lui présenter tous ses amis… Au fur et à mesure des rencontres, le calligraphe retrouve peu à peu l’inspiration, seulement voilà : il ne finit que deuxième au concours suivant ! Complètement dépité, il recommence à broyer du noir. Heureusement, l’enthousiasme de Naru et les conseils avisés d’une ancienne du village vont lui permettre de repartir de l’avant…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Seishû a survécu au typhon qui a ravagé les appareils électronique de sa maison, surtout son ordinateur. Il doit se rendre au coeur du village pour contacter son ami Kawafuji afin qu’il lui en renvoie un neuf. Il apprend à ce moment qu’il va devoir participer à nouveau à un concours de calligraphie et qu’il va devoir se concentrer sur son art. Une bonne raison de s’inspirer de ce qui l’entoure et de ce qui l’accapare.

En effet, il ne peut jamais être tout seul tranquille chez lui, encore moins pendant les vacances scolaires. Les enfants des plus petits au plus grands sont présents même à son réveil sur son lit. Cela l’exaspère un peu il faut dire. Mais en fin de compte, il les adore ces jeunes qui lui donne un coup d’énergie et le libère doucement de ces peurs. Naru est tous le temps collée à lui et a toujours des idées plus farfelues les unes que les autres. Sa proximité avec l’enfant, va l’emmener à partager la fête des morts avec elle en vaillant sur le tombeau de sa grand-mère.

On découvre un peu plus les habitants de l’île qui s’attache au maître très maladroit et qui a du mal avec la nature. Au bois de trois mois, il se sent bien sur cette île coupée du monde avec des gens adorables et très gentils. De plus, il se rend compte lui même que son art évolue en positif dans la pratique. Il va même peindre de façon un peu forcée la coque d’un bateau avec la compagnie des turbulents enfants. La peur de tâcher, de dépasser commence à s’évanouir car il en est nécessaire pour libérer sa créativité.

Encore une histoire très sympathique qui se dévore tout simplement. J’adore cette plongée insulaire à la découverte d’une nouvelle culture et de personnages sympathiques et attachants. Il ne me reste plus qu’à lire la suite pour retourner en immersion dans l’art et l’amitié.

Les autres tomes lus
Barakamon – Tome 1 – Satsuki Yoshino
Barakamon – Tome 2 – Satsuki Yoshino
Barakamon – Tome 3 – Satsuki Yoshino

Barakamon – Tome 3 – Satsuki Yoshino

barakamon-tome-3-de-hiroyuki-yoshino-932992362_ML4ème de couverture De crise d’allergie en surmenage, le pauvre Seishû n’a pas fini de découvrir les aléas de la vie à la campagne ! Mais petit à petit, notre calligraphe égocentrique commence à changer et à se préoccuper des autres… C’est alors que Kawafuji, son ami d’enfance, débarque sur l’île dans l’intention de lui rendre visite. Et il amène avec lui un invité-surprise un peu particulier !   Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59 Deux nouveaux arrivants débarquent sur l’île et cela va changer la rythme des habitants. Mais que viennent faire ces deux inconnus? enlever des jeunes filles? aller à la pêche? ou rencontrer un artiste?

Après avoir quitter l’aéroport, les deux jeunes hommes partent en quête de Seishû sur l’île pour prendre de ces nouvelles mais surtout pour l’emmener avec eux sur Tokyo. Mais tout ne se passe pas aussi bien qu’il l’avait prévu. Déjà comment le trouvé sur l’île? Les gens sont bien étranges surtout qu’ils passent devant le conseil du village où ils vont sortir innocenté mais surtout saoul. L’ami d’enfance du maître et agent, Kawafuji, a beaucoup de mal à s’en remettre. Il va falloir beaucoup de sommeil pour se remettre sur pied.

L’autre personne, beaucoup plus jeune, Kôsuke est le calligraphe qui a gagné le premier prix devant Seishû qui est plus au moins responsable de son isolement sur l’île. Ces amis essaient de lui cacher l’identité du garçon mais il est au courant. Il se trouve que cet apprenti calligraphe, vénère le maître et que lui aussi souffre d’une panne de créativité. Une rencontre surprenante qui va insuffler aux artistes un nouvel élan créatif. Du moins, on le suppute mais cela se confirmera peut-être dans le prochain tome.

Malgré la différence de vie avec la capitale, les deux personnes s’attachent à ce bout de caillou avec ces habitants un peu loufoque. Une certitude, quand ils reviendront, ils prendront le temps de rester et de découvrir mieux cet univers particulier. D’ailleurs, j’ai hâte d’une nouvelle rencontre car je pense que cela va faire évoluer de façon certaine l’ensemble des protagonistes.

Un nouveau tome très plaisant à lire qui me permet de mieux connaître le maître et d’apprécier les villageois, surtout la petite Naru qui n’a peur de rien. J’ai retrouvé le dynamisme du premier tome avec des situations cocasses qui prêtent à rire. Il ne me reste plus qu’une chose à faire alors : lire le tome 3.

 

Barakamon – Tome 2 – Satsuki Yoshino

imgres4ème de couverture
À peine installé dans sa nouvelle résidence, Seishû tombe nez à nez avec la petite Naru, une gamine du village qui le prend en affection et ne tarde pas à lui présenter tous ses amis…
Au fur et à mesure des rencontres, le calligraphe retrouve peu à peu l’inspiration, seulement voilà : il ne finit que deuxième au concours suivant ! Complètement dépité, il recommence à broyer du noir. Heureusement, l’enthousiasme de Naru et les conseils avisés d’une ancienne du village vont lui permettre de repartir de l’avant…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

 

 

 

Le maître calligraphe se plaît bien dans cette petite île japonaise avec ces habitants un peu particuliers. Cela va t’il l’aider à se surpasser?

Ce tome 2 s’oriente moins sur la vie de notre grand maître mais surtout sur ceux qui l’entoure et qu’il apprend à connaître. Une fois les personnages principaux installés dans le tome 1, on peut se balader dans le village et aller à la rencontre de ces habitants. Ainsi on va découvrir la vieille dame sourde qui tient une supérette où les parents des petites filles qui viennent le voir presque tous les jours. J’ai été touchée par la création du lien d’amitié qui se créer entre tous les gens quelque soit leur âge ou leur métier. Certaines situations peuvent rappeler ce qui peut pourrait se passer pendant des vacances au bord de l’eau.

Un bon moment de lecture qui passe vite avec des sourires à la clé. J’ai envie de lire la suite pour découvrir si le maître calligraphie va trouver la confiance en lui pour sublimer son art.