Grand corbeau – Béatrice Fontanel et Antoine Guilloppé

4imgres-5ème de couverture
Un corbeau se rêve rouge, jaune, vert ou argent, oiseau des îles ou de paradis : mais rien à faire, il est noâr, noâr, noâr. Il lui faudrait un sorcier, pour le transformer en perroquet ! C’est alors qu’il tombe sur un poète : sous les premiers flocons de l’hiver, l’homme lui révèle la beauté de son noir, qui fait chanter les autres couleurs. « Mais oui, s’exclame le grand corbeau, dans tout ce blanc, on ne voit que moi, croâ, croâ, croâ ! »

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

Les corbeaux se sentent un peu tristes par moment, mais parfois une rencontre peut tout changer. Etes-vous à découvrir la face cacher de cet oiseau?

Le duo de Béatrice Fontanel et Antoine Guilloppé nous présentent une fabuleuse histoire autour d’un oiseau particulier : le corbeau. Le pauvre corbeau se sent bien triste surtout lorsqu’il regarde ce qui l’entoure. Il admire les oiseaux colorés. Moi, qui aimerais tant être un oiseau des îles, un oiseau du paradis, de toutes les couleurs, avec des houppes et une longue queue, un chant mélodieux... Mais lui est tout noir et rêve de couleur. Il jalouse même les pies. Si au moins, j’avais quelques plumes blanches ici ou là, pour ressembler aux pies qui paradent en habit de soirée… toute la journée. Pendant un vol, ce corbeau va rencontrer un poète en balade avec qui il va échanger. Suite à quelques mots, cela va lui être une révélation et il va être heureux.

Une jolie histoire très bien illustrée. On va retrouver la plume d’Antoine Guilloppé comme l’aspect découpé des arbres, les subtiles utilisations du noir/blanc et couleurs et bien entendu le corbeau. Chaque page qui se tourne est un plaisir pour le regard d’autant plus que l’on guette les détails tels que les pas de l’homme dans la neige où les flocons qui tombent. J’avoue que j’ai eu un véritable coup de coeur artistique pour la page ou le corbeau s’envole au milieu de coquelicot noir.

imgres-6

Un très beau livre à offrir aussi bien à des enfants que des adultes. Je ne me lasse pas de passer les pages de regarder le magnifique dessin et le texte précis et imagé. A ne pas rater.

99 animaux cachés – Antoine Guilloppé

imgres-14ème de couverture
Un Cherche & Trouve mystérieux dans la jungle signé Antoine Guilloppé. 99 animaux cachés à retrouver dans une somptueuse fresque de près d’1,70 mètre de long ! Pour tous les amoureux de l’univers du créateur de Pleine Lune, Plein Soleil et Ma Jungle. Une frise à afficher pour jouer, rêver et s’émerveiller…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Antoine Guilloppé propose une nouvelle rencontre avec les animaux grâce à ce livre tout en couleur et en douceur.

L’ouvrage est très grand et ne fait rien de moins qu’1m70 de long. Les pages doucement s’ouvrent et nous proposent de nombreux animaux en couleurs et noir et blanc. Antoine Guilloppé a décidé de se lâcher au point de vue artistiquement car à travers ces magnifiques dessins il faut trouver rien de moins que 99 animaux. Pour changer un peu de Charlie avec ces décors chargés, ici les grands espaces de vide surprennent. Bien entendu, très vite on voit les papillons, les perruches ou tigres. Mais ce cache dans les détails une multitude de sublimes petits animaux.

Un magnifique cadeau à offrir à des enfants pour jouer avec eux. Et si vous ne trouvez pas les 99 animaux, ce n’est pas grave, derrière l’illustration géante se trouve les réponses. Aussi beau que bien pensé, un vrai régal pour les yeux et un bon moment à passer à regarder partout.

Cache-cache dans le pommier – Antoine Guilloppé

Unknown-24ème de couverture
La ruche s’anime, les abeilles excitées butinent les fleurs du pommier, alors que les papillons dansent entre ses feuillages : le joli printemps est arrivé ! Puis, les pommes vertes se colorent jusqu’à rougir sous le soleil de l’été. Vers, chenilles et coccinelles pourront se régaler. Mais qui donc est le plus affamé ? « Crac ! Petit Ane croque », avant de se frotter contre l’arbre et de provoquer « une pluie de pommes » dont les oiseaux feront leur goûter. A l’automne, un tapis rouge, orange et jaune cache un petit hérisson, pendant que « dans son terrier, Campagnol fait ses provisions ». Arrive l’hiver qui enveloppe la prairie, mais attention, la partie n’est pas finie !

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Vous, parents, vous cherchiez un livre pour expliquer la vie d’une pomme à vos petits. Antoine Guilloppé vous propose une solution avec son ouvrage Cache-cache dans la pommier.

Dans des couleurs vives, le dessinateur-auteur nous emmène dans la campagne. Un âne tranquille semble heureux au milieu de la verdure à côté d’un pommier et d’une ruche. Tout est beau et tranquille avec le soleil et les papillons. Fleurs ou papillons? Bzzzz bzzz! Qui bourdonnent dans les feuilles? Les abeilles profitent de la floraison du pommier pour se régaler. Quand les pommes apparaissent, les chenilles en mangent. L’âne lui aussi adore déguster ce fruit. Crac! Petit Ane croque! Puis viennent d’autres animaux selon les saisons comme les crapauds, les oiseaux, les fourmis, le hérisson et le campagnol.

Un livre pédagogique pour les enfants pour leur expliquer les saisons et l’utilité de chaque chose. Simple et efficace, les enfants n’auront plus d’excuse de ne pas comprendre.

Nanuq. Les Mille vies d’un Inuit – Marie-Florence Ehret et Antoine Guilloppé

images-2

4ème de couverture
Une plongée dans le monde polaire et la culture inuite à travers les paroles d’un vieil Inuit désabusé, ayant vu les coutumes de son peuple fortement ébranlées par l’arrivée des Blancs et la mondialisation.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59
La culture des inuits est auréolée d’une image positive et douce. En effet, on y assimile une certaine douceur et une communion avec la nature et les animaux. C’est que Marie-Florence Ehret à la plume et Antoine Guilloppé aux pinceaux ont voulu montrer dans leur livre Nanuq, les Mille vies d’un Inuit.

Bonjour petite fille, tu as mis un bel anorak rouge à la capuche bordée de fourrure pour venir visiter les Inuits! Je m’appelle Nanuq. Mais oui, je suis un Inuit, un vrai. Tu m’imaginais autrement, je parie! Tu as raison. Je n’ai pas toujours été le vieil ivrogne que tu vois…. 
Assieds-toi près de moi, n’aie pas peur. 
Je vais te raconter…..

La petite fille se mit à écouter l’histoire fabuleuse de cet inuit magnifiquement écrit et mis en couleurs. Les couleurs pastels donne un côté magique et d’une très grande douceur. Au début du l’histoire, il raconte qu’avant d’être inuit, il était une baleine bleu. L’image d’une baleine sous l’eau, légèrement verte avec des kayak avec des inuits est véritablement sublime. J’adorais avoir l’originale pour le mettre dans mon bureau. Les pages se tournent toujours avec ces représentations que je regarde avec plaisir accompagné d’un texte délicat.

A lire tranquillement tout seul avec un enfant, je ne doute pas que par la suite il fera de très beaux rêves 🙂

Première Neige – Marie-Astrid Bailly-Maître et Antoine Guilloppé

Unknown-3

4ème de couverture
Autour du vieux pommier,
tout est blanc et silencieux.
Mine la souris attend Gaspard le loup.
Ils ont promis de se retrouver aux premiers flocons
pour dessiner leur amitié sur le tapis de neige.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59On retrouve les deux amis Mine, la souris et Gaspard, le loup que j’ai découvert dans L’herbe rouge pour une nouvelle aventure à la lueur des premières neiges.

Les deux amis se sont donnés rendez-vous aux premières neiges. Dès qu’ils se retrouvent, Mine en profite pour monter sur le dos de Gaspard, lui tient les oreilles et direction une petite clairière.

La course du loup est rapide, la neige vole autour d’eux. Dans la forêt, les branches des arbres grincent et craques. 

Une fois qu’ils se sont arrêtés leur côté créatif à pris le dessus. Mine fait une sculpture en neige sous le regard curieux de corbeaux. Le loup avec son museau se met à bouger la neige et créé une étendue noir. Tout content, il montre ce qu’il vient de créer mais la souris ne voit rien et est vexée. Elle décide de lui faire la tête, alors un des corbeau qui observait la scène propose de prendre la souris sur le dos pour lui montrer la création. Du ciel, elle a pu ainsi observer une fabuleuse représentation d’elle.

Dans une grande sobriété, nos héros sont en noir et blanc dans un fond de couleur très doux. On retrouve les motifs propres à Antoine Guilloppé avec ce fin entrelacement dans les arbres noir qui rappel les motifs découpés comme dans Plein Soleil. On retrouve le corbeau aussi, animal qu’apprécie représenté l’illustrateur. Mais voilà, je n’ai pas accrocher non plus à cette deuxième histoire trop simple et pas assez travaillé.

Une nouvelle rencontre avec Mine et Gaspard qui ne m’a pas enchanté. Je passerai mon tour pour le troisième tome.

Du même illustrateur
Prédateurs

Akiko la rêveuse
Plein Soleil

L’herbe rouge – Marie-Astrid Bailly-Maître et Antoine Guilloppé

Unknown-24ème de couverture
Demain si le temps est clair, le loup ira trouver Mine la souris sous lunique arbre du plateau désert. À lheure rouge exactement, quand le Soleil et la terre se touchent.Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Il était une fois l’histoire d’amitié entre une souris, Mine et un loup. Une amitié surprenante qui étonne plus d’un animal.

Sur le grand plateau, il n’y a qu’un seul arbre. C’est justement là, au pied de ce pommier sauvage, qu’ils doivent se retrouver, Mine et le loup. 

Voilà comment débute l’histoire entre ces deux animaux représentés en noir et blanc dans un univers coloré. Une hirondelle de passage s’inquiète en voyant la petite souris d’un côté et de l’autre un gros loup. Elle veut l’alerter mais le loup sentant son ami accélère sa course. Le soleil va se coucher, cela sera dommage de rater le jeux d’ombre auxquels ils s’adonnent. Souris et loup deviennent chacun à leur tour, chouette, dauphin ou poule. Qu’il est bon de passer un moment avec ces amis.

Je pense que l’illustrateur Antoine Guilloppé est un passionné de loup. Il va même créer une série avec son amie, Marie-Astrid Bailly-Maître autour de l’amitié improbable entre une souris. Mais malgré ce sujet intéressant, je n’ai pas accroché ni aux dessins et ni à l’histoire. J’aurais apprécié quelque chose de plus travaillé ou plus raffiné. Pour me faire une vraie opinion, je lirais une nouvelle aventure.

Du même dessinateur
Prédateurs
Akiko la rêveuse
Plein Soleil
wonder