Chû chû fait la souris (en japonais) – Catherine Pollaci

chû-chû-014ème de couverture
Pûn, mô mô, kero kero, bû bû, gâ gâ . dans ce ravissant livre-jeu pour les tout-petits, en soulevant une languette à chaque page, on découvre le cri des animaux en japonais : moustique, vache, grenouille, cochon, canard, et bien d’autres encore.

Capture d’écran 2015-01-23 à 09.54.17

Le japonais est une langue originale avec de douces sonorités. Alors pour aller à la découverte de ces mots tous délicats partons pour la rencontre des bruits que produisent les animaux. Car une chose assez étrange, dans chaque pays les animaux ne produisent pas le même bruit.

Chaque double page colorée, nous propose de découvrir une vingtaine d’animaux. Sur la page de gauche on trouve un petit dessin tout en couleur de l’animal. Puis sur la page de droite, le son de l’animal en français comme « ouah » et lorsque tu soulèves le papier, tu as le son en japonais, ici : wanwan. En bas de page, le nom en français et en japonais : chien/inu. Le tout avec des couleurs pop et des formes de toutes les sortes.

Un petit livre tout rigolo qui est bien plaisant à lire pour découvrir une autre culture, apprendre de nouveaux mots et rire. Il est toujours assez drôle de découvrir le son que peuvent entendre les autres. Par exemple la poule ne fait pas : cot cot codet, au Japon elle fait : kokkokko. De même que le bruit du moustique qui ne produit pas se son insupportable de : bzzz mais étrangement pûn. Un petit hic quand même, parfois la couleur trop fun nuit à la compréhension des mots.

Un chouette livre qui se lit à haute voie et qui se relie plusieurs fois. Quel délice de faire des bruits d’animaux en diverses langues. C’est drôle…

chu-chu-hibou-doublepage

Ralph Azham, Tome 2 : La mort au début du chemin – Lewis Trondheim

La_Mort_au_debut_du_chemin_Ralph_Azham_tome_24ème de couverture
Après avoir mis en déroute la horde de Vom Syrus, Ralph fuit le village, flanqué de Raoul et de Claire. Arrivés à Astolia, où sont regroupés les Élus avant d’être présenté à l oracle, ils réalisent que le Maître des lieux a une bien étrange conception de l hospitalité… Une fois encore, le salut est dans la fuite, Ralph poursuit sa quête en compagnie d’un improbable magicien et d’un fylphe. Le deuxième tome plein de surprises de la nouvelle saga de Lewis Trondheim, dont on retrouve la fantaisie débridée, l’humour décalé et le goût de l’aventure chevaleresque.

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.51.27

 

Lewis Trondheim nous propose une nouvelle série avec de l’aventure, des super-pouvoirs, des animaux qui parlent, des pouvoirs magiques… Bienvenue dans l’univers de Ralph Azham où l’on va suivre une quête incroyable.

Nous avons le héros, Raoul, un grand canard qui marche sur deux pieds avec un bec vert et torse plume. Il va arriver à Bélista, dernière étape avant Astolia, la ville des élus qui possèdent un don avant de rencontrer l’oracle, qui va trouver l’élu qui mettra un terme à la terreur de Vom Syrus. Mais voilà, tout ne va pas très bien se passer, un gros vilain tout encapuchonné tue les bébés et des plus grands et très peu vont pouvoir s’en sortir. Dans sa fuite, il va être accompagné d’un magicien drôle d’oiseau qui a le pouvoir de voir à travers les gens et d’un fylphe. Et il va rencontrer une jeune fille voulant sa mort qui est en fait sa soeur à qui on a effacé la mémoire. C’est un vil coup du gros méchant qui a un super pouvoir : celui de ne pas mourir.

ralph-azham-trondheim-collier

Le dessinateur et auteur se fait plaisir dans ce monde loufoque et drôle. Mais il est quand même préférable de commencer par le premier tome. Car je ne suis pas rentrée tout de suite dans l’univers car il fallait apprendre à connaître les personnages et le pourquoi de cette fuite et de ces combats. Pour les dessins, on reconnaît la touche de l’artiste tout de suite lorsqu’on a déjà lu Donjon ou Lapinot tout comme la mise en couleur. Et bien entendu l’humour bien particulier et loufoque de Trondheim se trouve à chaque page. Des enfants possèdent des dons totalement absurdes comme cela de ne jamais dormir ou d’avoir une ouïe fine ou le héros est prêt à sacrifier des enfants en bas âge si cela lui permet de rester envie. Ils n’avaient qu’à être moins bête.

RalphT2_yassou

Le terrain de chasse de Lewis Trondheim est la créativité le monde du 9ème art est un paradis pour lui. Il ne s’interdit rien et va où son obsession du crayon le mène. Je vais prochainement lire le tome 1 pour mieux s’approprier l’histoire et peut-être la poursuivre.

PlancheA_136487

Lu sur le conseil de la Belette

 

Du même auteur
La Mouche

99 animaux cachés – Antoine Guilloppé

imgres-14ème de couverture
Un Cherche & Trouve mystérieux dans la jungle signé Antoine Guilloppé. 99 animaux cachés à retrouver dans une somptueuse fresque de près d’1,70 mètre de long ! Pour tous les amoureux de l’univers du créateur de Pleine Lune, Plein Soleil et Ma Jungle. Une frise à afficher pour jouer, rêver et s’émerveiller…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Antoine Guilloppé propose une nouvelle rencontre avec les animaux grâce à ce livre tout en couleur et en douceur.

L’ouvrage est très grand et ne fait rien de moins qu’1m70 de long. Les pages doucement s’ouvrent et nous proposent de nombreux animaux en couleurs et noir et blanc. Antoine Guilloppé a décidé de se lâcher au point de vue artistiquement car à travers ces magnifiques dessins il faut trouver rien de moins que 99 animaux. Pour changer un peu de Charlie avec ces décors chargés, ici les grands espaces de vide surprennent. Bien entendu, très vite on voit les papillons, les perruches ou tigres. Mais ce cache dans les détails une multitude de sublimes petits animaux.

Un magnifique cadeau à offrir à des enfants pour jouer avec eux. Et si vous ne trouvez pas les 99 animaux, ce n’est pas grave, derrière l’illustration géante se trouve les réponses. Aussi beau que bien pensé, un vrai régal pour les yeux et un bon moment à passer à regarder partout.

Plein Soleil d’Antoine Guilloppé

 

Unknown-14ème de couverture
Dans la lumière dorée du SOLEIL,
toute la savane s’éveille.
Issa se met en route.

 

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

 

 

Comment résister à l’ouverture du livre à la vue de cette sublime couverture avec un lion doré sur fond noir avec un couché de soleil? Quel plaisir de se saisir le livre et de s’installer confortablement pour déguster ce délicat ouvrage.

Dés la première page, je suis prise d’un sourire enfantin en voyant simplement sur fond noir un vol d’oiseaux. On ne peut tourner simplement la page sans porter un regard sur l’ensemble des volatiles et essayer d’en identifier certains. Passé un petit laps de temps, je me prépare à tourner la page suivante où une page double blanche m’annonce le titre du livre avec un Plein Soleil doré en haut à droite.

Unknown-2

Les pages se tournent avec une certaine délectation où le jeux des couleurs des doubles pages en noir et blanc se mêlent avec délice au dessin, au texte et surtout les images découpés/ciselé laissant apparaître le contraste avec la page suivante. On suit avec lenteur le chemin d’Issa à travers la savane à la rencontre des zèbres, des éléphants, des girafes, des crocodiles. Les animaux possèdent une beauté élégante et sublime à la fois. Le soleil suit sa marche en pleine nature pour rejoindre sa belle au sourire charmeur.

Il ne faut pas rater ce livre des magnifiques éditions Gautier-Languerau où l’orfèvre de papier Antoine Guilloppé nous expose son talent.

Du même auteur
Prédateurs
Akiko la rêveuse

wonder

 

 

Les Outrepasseurs – Tome 1 – Les héritiers – Cindy Van Wilder

Unknown-24ème de couverture
Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Les éditions Gulf Stream pour lancer leur nouvelle collection Young Adult propose le premier tome, Les Héritiers de la trilogie Les Outrepasseurs. L’auteure nous emmène pour son premier essai livresque dans une aventure au coeur du fantastique.

L’histoire débute dans une époque qui nous est très contemporaine. Un jeune garçon, Peter, assiste à la transformation de sa mère en renard pour le protéger d’une agression magique. Il n’a pas trop le temps de comprendre qu’on l’emmène dans un château avec des gens qu’il ne connaît pas du tout. Cependant, il y a beaucoup de jeunes de son âge, dont une jeune fille dont il tombe sous le charme. Personne ne leur explique pourquoi ils sont présents. le seul moyen de savoir le pourquoi du comment reste de plonger dans un étrange bassin. Une fois plongé, l’histoire de leurs ancêtres va leur être raconté par leurs souvenirs. Bienvenue dans le 13ème siècle, dans le Moyen Age à un moment charnier dans l’évolution d’une société. L’histoire prend sa source dans une ville qui se créée, qui est en pleine mutation.

Le premier plongeon permet à chaque enfant de définir à quelle famille il appartient : lion, renard, chat… Et chacun découvre qu’en lui sommeille l’esprit d’un animal avec qui maintenant il va devoir partager la vie psychique et physique. Puis un deuxième et un troisième plongeons vont les propulser littéralement au coeur de leur origine. Leurs ancêtres ont été maudits pour avoir combattu des forces obscure cela va les pousser à devoir quitter leur village, leurs amis. Mais ensemble, ils sont plus forts. Pour aller où? Pour cela, il faudra lire le tome 2.
Malgré la très belle écriture de Cindy van Wilder, j’avoue avoir été très déçue par l’histoire. Pourquoi prendre le Moyen Age réel comme base du lieu de déroulement de l’action? Tellement cliqué. Et puis après on passe à l’affrontement du mal qui vit au sous-sol contre le bien, représenté par les croyants et les prières. Certes, c’est une période au règne l’obscurantisme mais pourquoi reprendre ce cliché qui me semble d’un autre temps. Petit détails qui m’a gêné, l’orthographe du mot fée qui s’écrit aussi fé. Cela m’a beaucoup perturbée. Les stéréotypes m’ont gâché la lecture tout comme la structuration de l’histoire.

Bref, je remercie Babelio de m’avoir permis de découvrir une maison d’édition et une jeune auteur. Mais une certitude après tournée la dernière page, je n’ai pas envie de lire la suite. le roman va partir dans les oubliettes de ma mémoire. Toutefois, je l’ai offert à une jeune fille qui elle devrait être ravie.

wonder